Alors que s’ouvre la saison de pêche 2010, entre le 15 mai et le 15 juin, c

Océans

Thon rouge : Greenpeace s’interpose pour empêcher le pillage de l’espèce


Alors que s’ouvre la saison de pêche 2010, entre le 15 mai et le 15 juin, ce matin, à 9h30, Greenpeace s’est interposée sur le port de Frontignan, près du quartier général des thoniers français, pour stopper 3 des bateaux qui s’apprêtaient à partir en mer pêcher les derniers thons rouges de Méditerranée. 14 militants ont encerclé ces bateaux, parmi ceux qui ont le plus gros quotas de pêche, grâce à 3 embarcations, 4 nageurs et une banderole de 20 mètres demandant aux pêcheurs : « Thon rouge : Liquidation totale avant fermeture ? »


© Nicolas Chauveau

Selon les scientifiques, le nombre de thons rouges adultes s’est effondré de 80 % au cours des vingt dernières années, du fait de l’essor de la pêche industrielle. Qu’attend-on pour fermer cette pêcherie ? Qu’il n’y ait plus de thons dans la mer ?

Soutenez la campagne de Greenpeace pour la protection du thon rouge et la mise en place de réserves marines.


Greenpeace demande la fermeture de la pêche industrielle au thon rouge
Greenpeace sera mobilisée dès l’ouverture de la saison de pêche, en mer, pour défendre le thon rouge, espèce emblématique et menacée de disparition. Depuis cinq ans, à chaque saison de pêche, Greenpeace met en oeuvre toute son expertise et son savoir faire pour connaître et surveiller cette pêche industrielle si préjudiciable. Greenpeace demande l’arrêt de la pêche au thon rouge et la création de réserves marines, notamment sur la zone des Baléares où cette espèce se reproduit.

Pour rejoindre la mobilisation en France, rendez vous sur www.greenpeace.fr/thon-rouge

Soutenez la campagne de Greenpeace pour la protection du thon rouge et la mise en place de réserves marines.





Commentaires (150)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Lb93

Le problême des pêcheurs est exactement le même que celui des agriculteurs, depuis des millénaires ils nourissent l'humanité en travaillant trés dur, tant que la pêche était artisanale et l'agriculture familliale la nature s'en accomodait, depuis l'industrialisation des temps moderne la donne à changer, en obligeant les cultivateurs à la surproduction et à l'utilisation de produit chimique on leur fait tuer notre terre nouricière, en obligeant les producteurs de viande à toujours plus de rendement on leur impose toujours plus de pollution, en transformant la pêche traditionelle en véritable industrie on leur fait carrément vider nos océans, il ne faut pas se tromper d'ennemi, c'est un peu trop facile d'accuser les individus, qui pour la plupart sont endetté et on bien du mal à s'en sortir, (c'est aussi absurde que d'accuser les ouvriers immigrés de venir manger le pain des français !...) Le seul coupable en l'occurance est le systême capitaliste, qui place l'argent au dessus de tout autre considération, c'est lui qu'il faut combattre, s'en prendre isolément aux pécheurs, aux agriculteurs ou autres ne fait que renforcer le corporatisme (diviser pour mieux regner) pour bonne preuve: le nombres grandissant d'échanges d'insultes ci-dessus. les seuls coupables sont les richisimes capitalistes qui engrangent leurs profits sur le dos des miséreux, c'est eux qu'ils faut combattre et anéantir si on veut vraiment établir une paix verte et construire un monde meilleur pour nos générations futures ! "Puisque l'argent ne sert essentiellement qu'a acheter les consciences, et financer les mauvaises action, peut-être serait-il enfin temps d'apprendre à compter différement !..." "L'humanité ne sera heureuse que le jour ou le dernier capitaliste sera embastillé en compagnie du dernier bureaucrate !..." "La révolution (verte) sera la floraison de l'humanité, comme l'amour est la floraison du coeur !..."

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

petit pécheur

Protéger la ressource d'accord mais de grasse arrétez de croire les ayatolas de lécologie a force de raconter des conneries ils perdent leur crédibilité.Comment peut on affirmer que 80 pour cent des stock se sont effondres alors que nous constatons de plus en plus de thons surtout dans la bande côtière la ou nous n'en voyons pas avant .Bien sur qu'il faut limiter les efforts de péche industrielle n'oublions pas que leur campagne ne dure qu'un mois la météo n'est pas toujours au RDV et des commissaires européens vérifient les cotas attribués le pire c'est que nous les petits pécheurs artisanaux avec un fil et un hameçon on nous a levé le thon rouge ce qui nous permettait de dés intensifier l'effort de pêche a terre en été au milieu des centaines de plaisanciers.Autre chose personne ne dit que de l'autre coté de la méditerranée les pays du Maghreb qui ne font pas partie de l'UE se frottent les mains et continuent la péche du thon rouge sans cotas et aux filets maillants dérivants qu'ils sont venus racheter aux pécheurs français a qui on a interdit cette pratique.Aujourd'hui on casse du pécheur et quand il y en aura plus il y aura moins de monde pour dénoncer ce qui se passe réellement en mer comme les pétardements on les abandons volontaires des balises acoustiques bourrées de LITHIUM de notre chère marine nationale alors oui a la gestion non a l'escrologie gérard carrodano a la ciotat..

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Daisy

Message aux pêcheurs : si vous n´êtes pas contents changez de métiers et cessez d´exterminer les espèces en voix de disparition!!!!!!!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.