Des millions de gens touchés Les conséquences de Tchernobyl et Fukushima co

Nucléaire

Tchernobyl, Fukushima : le désastre nucléaire continue

L’accident nucléaire de Fukushima a eu lieu il y a cinq ans maintenant, le 11 mars 2011. Celui de Tchernobyl, il y a 30 ans : le 26 avril 1986. Avec quelles conséquences ? Quelles traces en reste-t-il, des années après ? Jusqu’où s’étend la pollution nucléaire ? Nous avons mené des recherches poussées en Russie, en Ukraine et au Japon pour répondre à ces questions et publions aujourd’hui un rapport scientifique [en] qui en compile les résultats. Et tire la sonnette d’alarme.

 Des millions de gens touchés

Les conséquences de Tchernobyl et Fukushima continuent de se faire sentir jour après jour pour des millions de gens. Comme une agression quotidienne. D’après nos recherches, les survivants de Tchernobyl, dont plusieurs centaines de milliers ont été contraints d’abandonner leur logement pour s’établir plus loin, continuent par exemple de manger de la nourriture contaminée dans des proportions largement supérieures aux normes en vigueur. Et 5 millions de personnes environ vivent encore dans des zones contaminées.

Au Japon, ce sont près de 100 000 personnes qui n’ont toujours pas pu rejoindre leur maison – et une bonne partie d’entre elles ne le pourra sans doute jamais, malgré la rhétorique illusoire du gouvernement japonais qui continue de minimiser le problème. Nos recherches montrent par exemple que les forêts qui entourent Fukushima et Tchernobyl forment des sortes de “réservoirs” de radioactivité, générant des risques de santé publique forts pour les communautés qui vivent encore à proximité.

Recueil de données concernant la contamination des forêts et de la nourriture, Ukraine, Septembre 2015 © Denis Sinyakov / Greenpeace

Des gouvernements irresponsables

Mais le plus inquiétant, c’est le fait que les gouvernements en place, qu’il s’agisse de ceux du Japon ou de ceux propres aux pays contaminés par Tchernobyl, sont tous en train de réduire les mesures de radioprotection des populations. Les programmes de surveillance alimentaire autour de Tchernobyl ont ainsi été largement réduits. Quant au gouvernement japonais, il invite les habitants à retourner “ chez eux ” dès 2017, alors même que le territoire de Fukushima est encore bien loin d’être décontaminé. C’est pourquoi nous appelons les autorités politiques à poursuivre leur soutien financier envers les survivants de Tchernobyl et Fukushima, afin qu’ils puissent continuer à vivre à distance des radiations.

Commerces et maisons abandonnées à Namie, Fukushima, 2014 © Christian Aslund / Greenpeace

Un enjeu de santé publique

Car il s’agit là d’un problème de santé publique. Nous avons par exemple observé des impacts graves sur la santé des individus appartenant aux communautés concernées par les accidents de Tchernobyl et Fukushima. Au sein des zones contaminées, le taux de mortalité est en effet nettement supérieur à la normale, le taux de natalité est quant à lui inférieur. La prévalence du cancer et des maladies mentales en forte hausse. A Fukushima, une expansion du cancer de la thyroïde sévit parmi les enfants. Et un tiers environ des mères vivant à proximité ou dans les zones contaminées montrent des symptômes de dépression.

Sortir enfin de la mythologie nucléaire

Les conséquences du nucléaire sont donc dramatiques pour des millions de personnes. C’est un fait. Le nucléaire est un désastre à long terme. Pas un accident spontané qu’il suffirait de réparer – ou d’oublier. Et les leçons de Tchernobyl et Fukushima doivent être inlassablement répétées pour tordre le cou aux idées reçues qui continuent de circuler en dépit du bon sens : non, le nucléaire n’est pas une énergie sûre. Non, le nucléaire n’est pas une énergie propre.

Le gouvernement japonais a récemment décidé de relancer deux réacteurs nucléaires. Heureusement, la justice vient de s’y opposer : « A la lumière de l’accident de Fukushima (…) il reste des interrogations sur les mesures de protection vis-à-vis d’un tsunami et concernant les plans d’évacuation« , a souligné le juge. Espérons qu’il soit entendu. Exigeons surtout que les gouvernements du monde entier décident une bonne fois pour toute de se tourner vers les énergies renouvelables, aujourd’hui prêtes à prendre la relève des énergies fissiles et fossiles à grande échelle.

Les leçons en terme de sûreté n’ont pas été tirées

Que ce soit au Japon comme en France, les autorités n’ont pas suffisamment pris en considération le retour d’expérience de ces tragédies, qui aurait dû amener à fermer bon nombre d’installations immédiatement. En France, les centrales nucléaires de Fessenheim, Bugey, Gravelines, Tricastin et Blayais sont une menace immédiate du simple fait de leur vétusté. Mais aussi d’inondations potentielles ou de risques sismiques. Elles sont une épée de Damoclès pour les populations.

Bien que certaines mesures aient été prises, notamment sous la pression de l’Agence de sûreté du nucléaire (ASN), celles-ci ont en réalité été pensées uniquement pour assurer la continuité du fonctionnement du parc actuel, sans imaginer qu’un arrêt de certaines centrales – pourtant nécessaire – puisse être possible. Le gouvernement français, de son coté, fait tout pour tenter d’oublier et de faire oublier ces catastrophes historiques. Un immobilisme coupable, et dangereux.





Commentaires (63)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

FLUCHERE

Quelle jouissance pour Greenpeace! Ah que ce serait bon une désastreuse guerre nucléaire avec plus que des OGM à manger pour les survivants

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Naturellement 25

@BMD Pourquoi citez-vous les défauts évidents du charbon pour critiquer les énergies renouvelables? Je vous répète qu'en Allemagne, ce sont les énergies renouvelables qui ont remplacé les centrales nucléaires fermées et non le charbon comme vous le prétendez. Quant à la faillite du nucléaire, elle est évidente au vu des comptes de EDF et AREVA tout autant que dans les prochaines projections de l'union européenne. Jugez vous-mêmes! Au niveau européen d'ici 2050 il est prévu: 450 à 550 milliards pour la rénovation et la construction de réacteurs. 142 milliards pour la gestion des déchets. 126 milliards pour le démantèlement des réacteurs qui seront fermés. Voilà plus de 700 à plus de 800 milliards prévus et sachant qu'en matière de nucléaire, les budgets prévisionnels sont systématiquement multipliés par plus de 3 au cours de leur réalisation, il faut s'attendre à une dépense de 2 fois la dette de la France. Ce rapport prouve l'impasse où s'est engagé les pays qui ont opté pour le nucléaire surtout en considérant les risques que les compagnies ne peuvent assumer en cas de catastrophe. C'est particulièrement vrai en France où seulement 31% des frais prévus pour le démantèlement des réacteurs sont provisionnés. Continuer à agiter les épouvantails ne change rien à la réalité du nucléaire. Quant à l'émergence de l'éolien et du solaire c'est une réalité avec des coûts de production qui diminuent de plus en plus alors que ceux du nucléaire sont en hausse perpétuelle. C'est pourquoi plus aucun grand investisseur ne veut financer le nucléaire.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

françoise

Vous avez ke courage de voir clair et de deviner le danger. Il n'est pas inutile de le dénoncer, bien au contraire. Mais comment arrêter ce nucléaire qui sévit depuis que les hommes ont inventé l'atome et ses effets dévastateurs. trop peu de scientifiques se sont réellement penchés sur ce grave problème et ses nuisances faute d'antécédents. Un autre problème majeur est que nous consommons énormémént d'électricité dans les villes, ne serait ce que pour éclairer à Noël tous ces sapins et le reste et qu'on pourrait réduire ces consommations déjà en priorité. Comment produire de l'électricité à faible prix si certains dénoncent aussi les éoliennes qu'ils trouvent moches alors qu'elles me font penser moi à d'anciens moulins à vent tout simplement. Nous vivons dans un pays où certains voteront noir alors que d'autres essaieront de montrer le blanc. C'est malheureusemnt le mental français qu'il faudrait changer de A àZ car il est bien souvent très décourageant. Bravo à vous de voir le danger là où il est et de le dénoncer. Merci. Françoise

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.