[caption id="6683" align="alignnone" width="780"][img class="size-img_

Nucléaire

Sûreté nucléaire : rien ne va plus

C’est une information qui pourrait paraître anodine, mais qui est pourtant extrêmement préoccupante. Et révélatrice des dysfonctionnements techniques et des dénis politiques qui entourent le nucléaire depuis tant d’années. Les certificats de contrôle de plusieurs composants auraient en effet été falsifiés.

 

Site AREVA de la Hague © Nicolas Chauveau / Greenpeace

Soupçons de falsification autour des composants nucléaires

L’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) vient en effet d’annoncer qu’il y avait des soupçons de falsification de documents relatifs à des nombreuses pièces destinées aux centrales nucléaires. Ce qu’AREVA, qui fabrique ces pièces depuis des dizaines d’années dans son usine du Creusot, en France, a elle-même admis.

De quoi s’agit-il exactement ? Au moins 400 des 10 000 documents de contrôle (des bordereaux de conformité technique) épluchés par AREVA à la demande de l’ASN comportent des défauts. Plus exactement, certains taux de concentration de carbone, qui définissent la résistance des composants usinés, soit ne sont pas renseignés, soit sont mal renseignés. Pourquoi ? Parce que les pièces en question ne répondaient vraisemblablement pas aux normes édictées par l’ASN.

Les anomalies détectées par l’ASN en 2015 sur la cuve de l’EPR de Flamanville (dans laquelle se produit la réaction nucléaire) ont poussé le gendarme du nucléaire à réclamer un audit à AREVA sur l’ensemble des pièces fabriquées depuis 2004. C’est lors de cet audit que les « falsifications » ont été détectées, sur toutes sortes de pièces : éléments de cuve, couvercle, viroles de générateurs, rotors de turbines, etc.

Il faut savoir que les tests réalisés par AREVA avant 2005 étaient effectués sur les résidus des pièces usinées – et on en concluait à l’homogénéité de la pièce en matière de concentration carbonique. Mais un arrêté de l’ASN de 2005 stipule que les tests doivent être réalisés sur l’ensemble de la pièce usinée et des étapes de fabrication. Et c’est là que les choses se sont compliquées : il est vraisemblable qu’en réalité AREVA n’arrivait plus, déjà depuis longtemps, à garantir la qualité exigée par l’ASN et que pour continuer d’honorer les contrats en cours, elle ait versé dans quelques petits arrangements.

Quel scénario ? Des valeurs non renseignées pour masquer les défaillances ? Une moyenne de valeurs pour masquer la distribution éparse de ces valeurs prises séparément à différents endroits de la pièce ? Modification de ces valeurs par AREVA pour rester dans les clous dès usinage de la pièce ? Fraude de Veritas, l’agence de certification internationale ? Fraude d’AREVA suite aux retours de Veritas ? On ne le sait pas encore.

Fermer en urgence les installations nucléaires concernées

Quoiqu’il en soit, cela signifie très simplement qu’AREVA n’est plus en mesure de garantir la sécurité d’un grand nombre de composants éparpillés dans une centaine de centrales nucléaires dans le monde (Etats-Unis, Royaume-Uni, Finlande, Chine, Corée du Sud, Afrique du Sud, Espagne, Belgique, Suisse, Suède, Brésil, Slovénie). Et les déclarations de Ségolène Royal sur des “premiers contrôles positifs” au Creusot relèvent d’une très mauvaise blague : a-t-elle eu le temps d’aller vérifier dans la nuit la teneur en carbone des composants incriminés dans chacune des centrales en fonctionnement concernées ? Ou s’est-elle contentée de vérifier la qualité du papier utilisé dans l’usine du Creusot pour ses documents de contrôle ? Tests de déchirures ?

Ces anomalies signifient que des dizaines d’exploitants de par le monde (aux Etats-Unis par exemple, la production nucléaire est privatisée et répartie entre plusieurs entreprises différentes) sont fondés aujourd’hui à poursuivre AREVA – déjà sauvée de la faillite par un rachat forcé d’EDF – en justice. Mais surtout que des dizaines de centrales nucléaires dans le monde ne sont aujourd’hui pas sûres : on ne sait pas réellement quelle est la qualité des pièces qui les composent. C’est pourquoi nous demandons que les installations concernées soient immédiatement arrêtées, le temps d’approfondir et d’achever l’audit en cours.

Alors que nous venons de commémorer la catastrophe de Tchernobyl, qui a fait environ 900 000 morts, autant de légèreté laisse sans voix. Cette défaillance de traçabilité et ces soupçons de fraude, s’ils devaient être avérés, sont proprement criminels : on « joue » là avec la vie de millions de gens.

Commentaires (6)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Sentinelle (@sentinelle26)

Bonjour , oui oui évidement la machine doit être en état de marche et avec le bon matériel MAIS il y a un élément majeur pour notre Association MZC qui ne trouve pas pour l'instant de réponse sérieuse " Le dumping social exercer par les exploitants nucléaire (EDF/CEA/AREVA) " Le grand carénage pourquoi pas , mais il faut surtout mettre un terme à ce dumping social au nom d'une crise économique, mondialisation Les salariés de la sous-traitance réalisent + de 80% des activités chez tous les exploitants nucléaire (radioprotection compris :( ) , les opérations de démantèlement , la maintenance , l'exploitation d'installation c'est un salarié(e) sans réel statut , garantie social . Nous voulons remettre au coeur du débat les salariés de cette industrie Nous nous mobilisons pour que les projets de réforme en cours dans l’industrie nucléaire soient réellement discutés par tous. Pour cela, les salariés de la sous-traitance doivent prendre toute leur place dans ce débat. Bien entendu, les organisations syndicales et leurs représentants, tout comme les employeurs ont aussi à faire valoir leur conception de l’organisation du travail. Les salariés de la sous-traitance, ne doivent pas remettre à d’autres le soin de décider de leurs conditions de vie et de travail. Association MZC http://www.ma-zone-controlee.com Collectif de salariés précaires sous-traitants de l'industrie nucléaire Sous-traitance bafouée = Sûreté menacée Sentinelle 26/07

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

leutellier gérard

il faut arreté les coupable q'il soit juger rapidement et saisir leur bien s'il le faut car ils on probablement reçu des dessous de table il faut arreté les central considérer dangereuse ses une bombe atomique certain on des abri mes pas le peuples

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

francois

je cite depuis ci-dessus: "la catastrophe de Tchernobyl, qui a fait environ 900 000 morts". C'est quoi ce chiffre de 900'000 morts effectifs ??? Un excès de communication ? Une erreur d'écriture ? Je prefères de loin m'en tenir au sérieux document technique publié par Greenpeace en 2006 et qui prudemment dit "The most recently published figures indicate that ... the accident resulted in an estimated 200,000 additional deaths between 1990 and 2004." Reference: The Chernobyl Catastrophe - Consequences on Human Health Publication - 18 April, 2006. Edited by Greenpeace International. 139 pages; ISBN: 5-94442-013-8

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.