Huit activistes étaient jugé-e-s mardi 27 février à Thionville pour s’êtr

Nucléaire

Nos militant-es condamné-es : nous faisons appel

Je signe la pétition

« Greenpeace France, ses militants et son chargé de campagne nucléaire ont immédiatement décidé de faire appel de cette décision de justice très sévère », a déclaré Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France, à la sortie du tribunal de grande instance de Thionville, dans la soirée du 27 février.

Huit activistes étaient jugé-e-s mardi 27 février à Thionville pour s’être introduits dans la centrale de Cattenom en Moselle et avoir déclenché un feu d’artifice au pied de la piscine d’entreposage de combustible usé, en octobre 2017.

Par ailleurs, Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire de Greenpeace France, était poursuivi pour « complicité », et Greenpeace France en tant que « personne morale ». EDF réclamait à l’association et aux activistes plus de 700 000 euros en réparation dont 500 000 euros pour « atteinte à sa crédibilité ».

A l’issue du procès, le verdict, particulièrement lourd, est tombé :

  • Deux activistes ont été condamnés à deux mois de prison ferme.
  • Le chargé de campagne nucléaire a été jugé coupable de « complicité » dans le cadre de ses fonctions à Greenpeace et sanctionné de cinq mois de prison avec sursis.
  • Les six autres activistes sont condamné-es à cinq mois de prison avec sursis.
  • L’association Greenpeace est jugée coupable et devra payer une amende de 20 000 euros. Par ailleurs elle devra verser 50 000 euros à EDF au titre du « préjudice moral ».
  • Concernant le « préjudice matériel », une évaluation a été demandée à un expert. Greenpeace France doit provisionner 20 000 euros

C’est la première fois que des militants de l’association sont condamnés à une peine de prison ferme. Yannick Rousselet, salarié de Greenpeace France, est quant à lui condamné pour « complicité » alors qu’aucun fait n’a été établi. Ces lourdes sanctions ne sont pas acceptables pour l’organisation qui a joué son rôle de lanceur d’alerte.

Greenpeace France tentera d’en convaincre la Cour d’appel et ne cessera pas de dénoncer l’irresponsabilité d’EDF en matière de sécurité nucléaire. Tout comme elle continuera à participer au débat institutionnel pour démontrer la fragilité des installations nucléaires d’EDF.

A Thionville, nos militant-e-s et de nombreuses personnes venues de France, du Luxembourg et d’Allemagne sont venues montrer leur soutien aux activistes de Greenpeace et dénoncer les risques nucléaires. Les centrales d’EDF ne sont pas assez sécurisées et poursuivre celles et ceux qui dénoncent cette situation ne résoudra pas le problème.

Nous continuerons à nous mobiliser pour dénoncer les failles de sécurité des installations d’EDF

Sur les réseaux sociaux, continuez à soutenir les activistes de Greenpeace et à dénoncer les problèmes de sécurité nucléaire, avec les hashtags #ProcèsEDF et #SécuritéNucléaire.





Commentaires (371)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Hélou Anne

Je suis profondément outrée que des membres de Greenpeace soient face à la justice : ils ont prouvé l'insécurité de centrales nucléaires. C'est inadmissible qu'EDF réclame une indemnisation (mais oui ! pour faute de sécurité !!!). Quelle indemnisation EDF versera-t-elle aux victimes d'accidents nucléaires ??? A mon avis... RIEN ! Je suis dégoutée !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Peter Bu

EDF, L'Autorité de sûreté nucléaire et le Ministère de l'Environnement devraient remercier Greenpeace pour leur avoir leur fait découvrir une faille de plus dans la sécurité des centrales nucléaires ! Ceux qui font condamner ces "lanceurs d'alerte" méritent la prison pour "mise en danger" de nous tous.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Marcel DAUNAY

EDF sait bien que les militant(e)s ont raison Les juges savent que les auteurs de cet acte ont eu raison de le faire . Mais qui parle de justice? Le système parle de justice . Mais cela ne signifie plus rien dans ce contexte. Les résistant des années quarante étaient aussi condamnés par la justice du pays ....Le jour ou viendra l'accident majeur dû à une centrale nucléaire , qui sera responsable? EDF? Non bien sûr....

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.