[caption id="6934" align="alignnone" width="780"][img class="size-img_

Nucléaire

Scandale des anomalies : nous portons plainte contre EDF et AREVA NP sur le cas Fessenheim

Suite à la détection d’une anomalie sur le réacteur 2 de Fessenheim, nous avons décidé de porter plainte. Nous demandons au Procureur de la République de Paris d’ouvrir une enquête préliminaire sur quatre délits majeurs, dont usage de faux et mise en danger délibérée de la vie d’autrui.

 

Déchets nucléaires transportés par train entre la France et la Suisse © Christian Schmutz / Greenpeace, 2011

Nous sommes associés dans cette démarche au Réseau « Sortir du nucléaire », Stop Transports-Halte au nucléaire, Stop Fessenheim, CSFR, Alsace Nature et France Nature Environnement et déposons une plainte contre AREVA NP et EDF.

De la falsification d’informations à la mise en danger des populations

Le travail d’enquête mené par l’ASN dans l’affaire des anomalies du site Creusot Forge d’Areva a en effet permis de révéler qu’EDF et AREVA NP avaient connaissance d’une grave irrégularité sur le réacteur 2 de Fessenheim. La pièce incriminée est un générateur de vapeur, un composant essentiel des réacteurs nucléaires, qui comporte une anomalie similaire à celle de la cuve de l’EPR de la Flamanville.

Nous reprochons donc à EDF et AREVA NP d’avoir mis en service un équipement à risques ne satisfaisant pas aux exigences essentielles de sûreté.

De même nous accusons EDF d’avoir tardé à déclarer cette anomalie à l’ASN risquant d’avoir des conséquences notables sur la sûreté de l’installation. EDF a en effet dissimulé cette irrégularité à l’ASN pendant un mois entre mai et juin 2016.

Dans le cadre des contrôles effectués par l’ASN, AREVA a présenté un dossier avec un état descriptif falsifié. La description de la pièce dans le dossier ne correspond pas à son état réel. Nous l’accusons donc d’avoir sciemment utilisé un faux en vue d’obtenir un certificat de conformité délivré par l’ASN.

Enfin, nous portons plainte pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui, le risque d’accident nucléaire étant démultiplié par le fonctionnement de réacteurs à risques. EDF, en tant qu’exploitant, a en fait décidé de faire primer ses intérêts économiques sur la protection des populations et de l’environnement.

Pour un arrêt immédiat et définitif des réacteurs de Fessenheim

L’annonce de la fermeture de Fessenheim en 2017 a été faite dès 2012 par le président de la République. Or EDF aurait dû déposer le dossier de fermeture de la centrale le 11 octobre 2015, conformément aux dispositions prévues par la loi de transition énergétique.

Par ailleurs, le réacteur 1 de la centrale est également équipé d’un générateur de vapeur qui pourrait comporter une anomalie, comme l’a annoncé l’ASN en juin dernier.

Etant donné ces circonstances, et au vu de la gravité de l’anomalie détectée sur le réacteur 2, il est plus qu’urgent que les deux réacteurs soient mis à l’arrêt de manière définitive.
Le cas Fessenheim, symbole du degré de gravité de l’affaire des anomalies

Dans l’affaire des anomalies, EDF et AREVA s’obstinent à jouer la carte de la non-transparence. Les entorses graves à la sûreté commises par le fabricant et par l’exploitant apparaissent évidentes dans le cas de l’irrégularité sur le réacteur 2 de Fessenheim.

Mais les réacteurs de Fessenheim ne sont pas un cas isolé : 30 autres réacteurs sont aussi concernés par des anomalies. Tant que les contrôles n’ont pas été effectués par l’ASN et que les démonstrations de sûreté complémentaires n’ont pas été apportées, ces réacteurs doivent être mis à l’arrêt.

EDF et AREVA doivent en outre divulguer immédiatement les analyses et données recueillies jusqu’à présent sur l’ensemble des pièces incriminées.

Car il est fondamental que l’ASN ait en sa possession tous les moyens pour continuer d’investiguer et de mener les tests nécessaires pour garantir la sûreté des installations nucléaires en France.

Réviser la PPE

La PPE, sensée décliner les objectifs de réduction du nucléaire figurants dans la loi Transition énergétique votée l’été dernier, n’est aujourd’hui pas à la hauteur : elle ne prévoit aucune fermeture de centrales à part Fessenheim (vous pouvez d’ailleurs la commenter encore aujourd’hui sur le site du ministère).

Pourtant, la multiplication des accrocs majeurs dans la filière nucléaire montre qu’elle est aujourd’hui à bout de souffle. Or la PPE est justement un bon outil pour prévoir une sortie du nucléaire progressive et maîtrisée, plutôt que de subir des fermetures de centrales brutales et inopinées liées à la dégradation inévitable du parc. Encore faut-il un peu de courage et de responsabilité politique.





Commentaires (10)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Blandin

Monsieur, Madame Nous vous remercions de rendre publiques les informations concernant l'entretien des centrales notamment celles qui ont trente ans et de s'expliquer sur toutes les failles révélées par Greenpeace tant sur le plan du transport, que des faciles intrusions, que des mesures de sécurité, que des enquêtes sur les drone, que les toits de piscine, que des personnels extérieurs s'introduisant par le biais de la sous traitance, que des sécurités informatiques ; l'éternel argument consistant à ne pas donner d'armes pour les mal faisants s'entend mais il reste toutefois des réponses à donner par rapport à toutes ces actions de Greenpeace mettant de façon pacifique les manquements graves à la sécurité. Quid des déchets nucléaires nationaux et internationaux Il y a des causes nationales, celle ci en est une et doit s'accompagner d'un engagement fort et effectif, médiatiquement transmis

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

GAL Michel

AREVA dont les anciennes mines d'uranium à Bessines sur Gartempe mériteraient elles aussi une petite enquête (déchets enfouis sans autorisations ), et EDF nous mènent en bateau et nous font supporter les risques ! Macron étant un fan de ces grosses sociétés déficitaires et irrespectueuses des citoyens , je doute d'une fin heureuse dans cette histoire .

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Chris Denfert

Un GV ne se remplace pas si facilement, un accident 'impossible' (d'après EDF) s'est produit : http://www.asn.fr/Informer/Actualites/Chute-d-un-generateur-de-vapeur-l-ASN-a-diligente-une-inspection-immediate-a-Paluel-76 Et oui il s'agit bien d'un problème de taux de carbone

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE