[MOBILISATION] : Soyons nombreuses et nombreux à descendre dans les rues ce 16

Climat

Printemps écologique et social : 4 raisons de se mobiliser le 16 mars

Je participe

Nous sommes aujourd’hui des millions, prêt·es à résister, à déployer les alternatives, à demander des comptes au gouvernement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe en tête, mais aussi aux multinationales et aux banques. Il est temps de changer de système politique et économique, pour protéger l’environnement, la société et les individus. Notre printemps sera climatique et social. Le 15 mars, la jeunesse sera en grève partout en France et dans le monde pour réclamer des mesures concrètes pour le climat. Le 16 mars, nous marcherons ensemble, pour dire « ça suffit ! » et demander un changement de politique immédiat. Plus de 70 évènements sont déjà prévus à travers toute la France : joignez-vous à la mobilisation !

[MOBILISATION] : Soyons nombreuses et nombreux à descendre dans les rues ce 16 mars ! Vous pouvez retrouver ici la carte des évènements prévus en France. Pour les personnes qui se mobilisent à Paris, rendez-vous dès 12h, Place du Trocadéro. Le cortège « Affaire du siècle » partira également du Trocadéro à 12h : rendez-vous au 87 rue Kleber pour nous rejoindre ! Retrouvez l’événement ici !

1. Nous sommes entrés dans l’ère de l’urgence climatique

Malgré l’alerte des scientifiques, les émissions de CO2 continuent de grimper au niveau mondial. Elles ont augmenté de 2,2 % par an entre 2005 et 2015 au niveau global. En 2017, la concentration de CO2 a atteint un niveau record (405, 5 ppm) – et nous attendons les chiffres pour 2018. Les 4 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées au niveau mondial. Et 2018 l’année la plus chaude enregistrée en France depuis 118 ans !

Le GIEC a publié un rapport en octobre 2018 sur les impacts d’un réchauffement de +1,5°C (et au delà) et sur les actions à engager pour éviter ce réchauffement. Ses conclusions sont alarmantes : l’augmentation globale des températures est plus rapide et les conséquences du changement climatique plus graves que prévues.

Selon une étude publiée au début du mois de février 2019 par les météorologues britanniques du Met Office, un réchauffement global de +1,5°C par rapport aux niveaux pré-industriels pourrait même être atteint avant 2023.

Nouvelles épidémies, extinctions de masse, hausse brutale des inégalités, multiplication des sécheresses, désertification, pénuries d’eau, impacts sévères sur les récoltes, etc : ensemble, mobilisons-nous pour changer le système politique, économique et social – pas le climat !

2. Soutenir la jeunesse en grève pour le climat

Un rapport de l’organisation humanitaire espagnole DARA, commandé par le Climate Vulnerable Forum (CVF), montre que la crise climatique fait déjà de nombreuses victimes. Chaque année, la famine et les maladies qui résultent du changement climatique, auquel s’ajoute la pollution de l’air, serait responsables de plus de 5 millions de décès. Un chiffre qui pourrait atteindre les 6 millions de morts par an d’ici à 2030 si nous ne changeons pas de trajectoire.

Les jeunes du monde entier sont en première ligne : celles et ceux qui sont aujourd’hui à l’école, au collège, au lycée, à l’université vivront vraisemblablement sur une planète qui aura déjà été minée. Leur vie sera touchée de plein fouet par le changement climatique et ses impacts économiques et sociaux dévastateurs.

La jeunesse se soulève pour le climat : rdv le 15 mars !

« Quand je serai grand, je voudrais être vivant » Vendredi dernier s’est déroulée dans de nombreuses villes de France une deuxième journée de grève des « jeunes pour le climat ». A Paris, les jeunes ont marché en compagnie de Greta Thunberg pour protester contre l'inaction des dirigeants face à l'urgence climatique 🌡️🌍. Un appel à la grève mondiale des jeunes pour le climat a été lancé pour le vendredi 15 mars. Nous encourageons tous les lycéen-ne-s et tous les étudiant-e-s à participer à cette grève inédite qui marquera probablement l’histoire des revendications politiques pour le climat ! ✊Trouvez votre mobilisation près de chez vous ➡️ https://ilestencoretemps.fr/youthforclimate/#GrèvePourLeClimat #FridaysForFuture #YouthStrike4Climate

Publiée par Greenpeace France sur Jeudi 28 février 2019

Ce sont aujourd’hui des dizaines de milliers de jeunes qui demandent aux responsables politiques des actions concrètes pour le climat. Un appel à la grève mondiale des jeunes pour le climat a été lancé : le vendredi 15 mars, collégien-ne-s, lycéen-ne-s et étudiant-e-s marcheront dans plus de 50 pays, en Europe de l’Ouest, des Etats-Unis au Brésil et au Chili, de l’Australie à l’Iran, de l’Inde au Japon, pour refuser une vie de peur dans un monde dévasté.

22 février 2019 : des milliers d’étudiants et de lycéens ont défilé pour le climat à Paris. Ils demandaient une politique climatique plus ambitieuse. La jeune Suédoise Greta Thunberg était présente à cette marche afin d’attirer l’attention sur le changement climatique.

En France, plus de 129 évènements sont déjà prévus le 15 mars. Au lendemain de cette grève d’une nature et d’une ampleur inédite, le 16 mars, soyons nombreuses et nombreux pour soutenir cette jeunesse qui se lève pour le climat.

3. L’inaction de nos dirigeants ne peut plus durer

Les preuves scientifiques sont là. Les solutions sont là. Les technologies sont là. Et pourtant, les gouvernements du monde entier n’en font pas assez pour répondre à l’urgence climatique. À la COP24, en décembre dernier, les États ont, une fois de plus, manqué une occasion de répondre à l’urgence climatique.

Forte présence des lobbies et du secteur privé dans les couloirs de la COP, pays riches qui jouent la montre et préfèrent défendre leurs intérêts industriels dans un contexte international : les États ne sont pas parvenus à rehausser leurs ambitions climatiques et n’ont pour l’instant pas pris en compte le rapport spécial des scientifiques du GIEC de 2018 invitant à limiter le réchauffement du climat à +1,5°C.

En France, Emmanuel Macron a tenté de se construire une image de champion du climat. Mais la communication du président français et de son gouvernement ne résiste pas à l’épreuve des faits.

La démission de Nicolas Hulot, le feu vert donné à plusieurs projets climaticides (forages en Guyane, autorisation donnée à la raffinerie de Total à la Mède), l’aversion d’Emmanuel Macron pour toute régulation contraignante envers les entreprises, les reculs contenus dans les plans climat-énergie présentés (en contradiction avec la loi sur la transition énergétique et la croissance verte votée en 2015),le gel de la taxe carbone, son absence à la COP24, pourtant cruciale, ont démontré quelle était la stratégie inacceptable d’Emmanuel Macron sur le climat : le grand écart permanent entre les beaux discours et les actes.

Face aux 2 millions de soutiens de l’Affaire du siècle, le gouvernement français a fini par s’exprimer à la fin du mois de février. Mais ne l’a fait que pour discréditer l’initiative des ONG et ses 2 millions de signataires, verdir son action et appeler les français à une mobilisation collective autour de changements de comportements.

4. Réclamer une transition écologique juste et solidaire

La transition écologique ne doit laisser personne sur le bord de la route : elle doit être juste et porteuse de nouvelles solidarités. Nous devons contraindre celles et ceux qui nous gouvernent à protéger les intérêts de toutes et tous plutôt que ceux d’une minorité. Nous devons répartir les richesses pour garantir une existence digne pour chacune et chacun. Tout comme les dérèglements climatiques, répression, discrimination et violence sociale doivent être farouchement combattues.

Le 16 mars, mobilisons-nous pour demander un réel changement politique. Cela commence par une fiscalité socialement juste au service de la lutte contre le changement climatique, la possibilité donnée à toutes et tous de se déplacer proprement, le droit à une alimentation saine et durable pour toutes et tous, le développement massif des énergies renouvelables et la fin des cadeaux aux grandes entreprises !

(Crédits photographiques : © Jérémie Jung / Greenpeace)
Commentaires (2)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

jocerandall

Ce courrier pour vous relater la marche pour le climat de Bordeaux (33) le 15 mars 2019 et le ressenti que nous en avons eu. Cette marche pour le climat commença par une belle journée ensoleillée avec une foule de gens très motivée par les multiples préoccupations écologiques du moment. Mais quelle déception dès les premières prises de parole quand l’animateur de ce rendez vous (le représentant local de Greenpeace), a voulu nous imposer une convergence des luttes avec les gilets jaunes, ce qui n’était pas du tout le sujet de notre venue. Parmi notre groupe on comptait des enfants, des ados et une majorité de personnes pour qui il n’était pas question de manifester aux cotés des gilets jaunes, même si nous comprenons le fond de ce mouvement mais pas du tout la forme : les cris de haine et les actes violents qui les accompagnent. Après une prise de parole d’une représentante des gilets jaunes, des cris de mécontentement ont fusé de toutes parts et il n’a plus été question de marcher aux cotés des gilets jaunes. Bientôt La manifestation des gilets jaunes a commencé avec une horde de motards qui faisaient hurler leurs moteurs et crisser leurs pneus, bonjour l’écologie…. De notre coté tous les enfants étaient effrayés par cette pétarade et cette haine. Ils se sont réfugiés dans les bras de leurs parents. Notre marche a donc commencé un peu plus tard et sans les gilets jaunes avec une grande convivialité et de façon pacifique. Au milieu de la manifestation, quelle surprise de voir notre groupe faire un arrêt sur la place des Victoires et le représentant de Greenpeace demander une prise de parole des gilets jaunes avec une inconscience totale des organisateurs qui mettent les ados en première ligne. A partir de ce moment, sentant le danger de côtoyer ce groupe et ne souhaitant pas le cautionner, nous avons vu une grande partie des manifestants de « la marche pour le climat » se disperser et finalement quitter les lieux. Nous étions de ceux-là. Quelle déception !! Quel mélange des genres désastreux. Nous sommes adhérents de Greenpeace depuis des années et nous avons été très déçus de cette "récupération". Nous vous en supplions, occupez-vous d’écologie, vous le faites merveilleusement bien et ne vous laissez pas entrainer dans cette avalanche de haine, vos prochaines marches ne s’en porteront que mieux. 2 fidèles adhérents

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

PEREZ Marie-Hélène

Bonjour, Je suis vraiment heureuse de voir cette mobilisation de la jeunesse pour le climat, ils ont raison et surtout qu'ils ne lâchent rien, tout en restant non violents, non casseurs car çà, ce serait un désastre pour leur mouvement, à mon niveau j'essaie déjà de faire des choses (tri, économie d'eau d'électricité, consommer local, compost,éviter de prendre la voiture....(c'est sûr c'est plus facile pour moi je ne travaille plus) j'initie mes petits enfants à cette philosophie, ils comprennent très vite l'enjeu, préservons notre belle planète, pour les futures générations car comme dirait un certain St Exupéry :" Nous n'héritons de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants" chaque génération doit la protéger, il faut refuser la présence des lobbies dans les décisions de la COP, qui préfèrent défendre leurs intérêts industriels au détriment de l'humain, il faut absolument changer de politique, Merci de m'avoir lu

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.