Rejoignez le mouvement !

Climat

Panorama mobilité durable 2018 — Toulouse

Signez l'appel

Climat

Restrictions sur les voitures polluantes

⭐⭐ Simple engagement à mettre en place une zone à circulation restreinte (ZCR) permanente et pas d’engagement en faveur d’une ville libérée des voitures diesel et essence.

Explication de Greenpeace et du Réseau Action Climat 

Lauréate parmi d’autres de l’appel à projets “villes respirables à 5 ans” lancé en 2015, Toulouse s’était dans ce cadre engagée à étudier la mise en place d’une Zone à circulation restreinte. Une zone de protection de l’atmosphère a été mise en place en 2017 (restrictions de circulation ponctuelles et en réaction à des pics de pollution). Dans le cadre de la feuille de route “qualité de l’air” élaborée suite à l’injonction du Conseil d’État de juillet 2017 et rendue publique par le gouvernement en avril dernier, la métropole de Toulouse s’engage sur une étude de préfiguration d’une Zone à circulation restreinte permanente. On en est donc encore au stade de l’étude, et  il n’y a pas d’ambition affichée en faveur d’une ville à très faibles émissions (sans véhicules diesel puis essence).

Renforcement de l’offre de transports en commun

⭐⭐⭐ Volonté politique mais projet(s) ne répondant pas forcément aux enjeux prioritaires, pour l’association AUTATE.

Témoignage de l’association des usagers des transports de l’agglomération toulousaine et de ses environs (AUTATE)

Il existe un engagement politique avec un Plan de déplacement urbain et un projet mobilité sur 15 ans (2015-2030). Mais il prévoit d'investir beaucoup sur le réseau métro (augmentation du nombre de rames et création d'une nouvelle ligne) au détriment des autres projets, et il ne permet pas d'assurer un maillage suffisant entre la ville et la banlieue. Il répond à un besoin mais cela ne réduira pas suffisamment la place de la voiture en ville.

L'AUTATE souhaite et cherche des alternatives au tout métro. Par exemple, il existe déjà des lignes de bus Linéo. Elles sont plus avantageuses que les bus traditionnels en ce qu'elles offrent un haut niveau de service (fréquence de passage, amplitude horaire) et elles s'adressent davantage aux personnes vivant en banlieue. Mais les dix lignes “Lineo” restent une offre insuffisante pour la banlieue, il devrait y avoir plus de lignes de bus, avec de meilleures amplitudes horaires et fréquences, pour rétablir un équilibre ville/banlieue.

La majorité du budget est absorbée par l'ouverture de la troisième ligne de métro et les autres projets sont sous-financés. D'autre part, les énormes budgets alloués aux infrastructures pour l'automobile pourraient être réinjectés dans les transports en commun. On peut aussi obtenir plus d'efficacité avec peu de ressources financières en modifiant légèrement ce qui existe déjà, par exemple en créant encore plus de voies prioritaires pour les bus.

Malgré une volonté affichée d'investir dans les transports en commun, les priorités du Plan de déplacements urbains (PDU) sont mal placées.

Plus d'informations sur le site internet de l’AUTATE

Mise en place d’un réseau express vélo

⭐⭐⭐ Ambition affichée et plutôt satisfaisante de mettre en place un réseau express vélo et aménagements en cours, pour l’association Deux Pieds Deux Roues.

Témoignage de l’association Deux Pieds Deux Roues

Dès 2011, l'association Deux Pieds Deux Roues (2P2R) a porté le projet Réseau Express Vélo auprès des élus et techniciens de Toulouse Métropole. Ces échanges n'avaient pas abouti. Dans le cadre de la révision du PDU (février 2018), le projet REV, porté par 2P2R, a été inscrit comme une des actions majeures pour développer l'usage du vélo au quotidien. 2P2R peut se féliciter de cette prise en compte affirmée des collectivités, mais reste vigilante sur la suite.

Le projet REV nécessitera deux efforts importants. Financier : estimation à 20 millions d'euros par an. Politique : rééquilibrage de l'espace public en faveur des usagers du vélo. Sur ces deux aspects, 2P2R reste réservée. Malgré un budget cyclable, sur le papier, en hausse dans le Plan de déplacements urbains, plusieurs éléments récents (mai 2018) nous laissent croire qu'il n'y aura pas, dans les faits, de réelle augmentation de budget. Et le président de la métropole ne s'est jamais positionné pour un rééquilibrage conséquent de l'espace public en faveur des modes actifs.”

Plus d'infos sur le site de Deux Pieds Deux Roues

En complément, nous vous invitons à consulter :

Incitations au changement des comportements

⭐⭐ Des mesures incitatives en place mais qui restent insuffisantes, pour les associations Deux Pieds Deux Roues et AUTATE.

Témoignage de l’association Deux Pieds Deux Roues

La principale politique d'incitation mise en œuvre concerne l'amélioration des transports en commun, dont la 3e ligne de métro (28 km, 2,3 milliards d'euros) est la pièce maîtresse. Il s’agit ainsi de dépenser beaucoup en souterrain pour s'épargner de redistribuer l’espace public en surface. 2P2R déplore ce manque d'efficacité qui continuera à faire de Toulouse la métropole française ayant la part modale voiture la plus importante.

Une des incitations peu médiatisée mais pourtant très efficace en termes de baisse de l'usage de la voiture, c’est la mise en place du stationnement résident (= payant) dans la commune de Toulouse. 2P2R soutient cette politique même si son déploiement se fait lentement à cause d'une culture "voiture" très ancrée dans la population. Tellement ancrée que M. Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, plaide pour l'aménagement d'une seconde rocade faute de transports en commun efficaces également répartis sur le territoire et ce malgré quatre milliards d'euros exclusivement investis dans les transports en commun.

Plus d'informations sur le site Web de Deux Pieds Deux Roues

Témoignage de l’association AUTATE

Il n'y a pas vraiment de volonté de mettre en place des mesures incitatives au report modal. En 2004 par exemple, il a été constaté que 85 % des transports motorisés dans Toulouse faisaient moins de trois kilomètres et aucune mesure incitative n'a été mise en place en réaction. Pourtant, des mesures simples et symboliques sont possibles comme rendre les transports gratuits pendant les journées de dépassement des seuils de pollution.

À Toulouse, on peut mieux faire en termes d’incitation au report modal. À titre d’exemples, le prix du parking reste aujourd'hui moins cher que celui du métro ; la subvention à l’achat d’un vélo électrique (à concurrence de 200 €) mis en place en 2008 a été retiré par le maire actuel, M. Moudenc, alors qu'il ne s'agissait pas d'un gros budget.

Mais certaines mesures vont dans le bon sens et peuvent contribuer à réduire le nombre de voitures en centre-ville, comme la piétonisation de certaines zones. À Toulouse, les commerçants pensaient que la piétonisation de la rue Alsace-Lorraine serait une catastrophe. Le précédent maire Pierre Cohen a donc préféré faire une expérimentation (très concluante) avant de finalement rendre cette rue piétonne. D’autres mesures pourraient permettre de réduire le nombre de voitures en centre-ville, comme le développement de zones apaisées. Il s'agit de zones où la séparation vélos, piétons, voitures et autres n'est plus matérialisée, et il est donc assez laborieux et décourageant pour les véhicules motorisés d'y circuler.

 

Signez l'appel et demandez à votre maire d'agir contre l'omniprésence des voitures

En cliquant sur "Je signe", vous acceptez de recevoir des communications et des formes d'engagement de la part de Greenpeace via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données resteront strictement confidentielles ; elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. La désinscription est possible à tout moment.

Plus d'informations sur le site de Lyon-Métro Transports Publics et de la coordination Darly

Plus d'informations sur la page Facebook de l’AUTATE

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus