Greenpeace, les Amis de la Terre, la FFAP (Fédération française des apiculteu

Agriculture

OGM : lettre ouverte aux distributeurs de semences

Greenpeace, les Amis de la Terre, la FFAP (Fédération française des apiculteurs professionnels), les Faucheurs volontaires d’OGM et une trentaine d’autres organisations ont adressé ensemble aujourd’hui une lettre ouverte aux sociétés commercialisant des semences agricoles en France.
Dans ce courrier, les associations demandent à ces entreprises de clarifier leurs intentions concernant la commercialisation de semences de maïs Mon 810 sous licence Monsanto, en vue des semailles du printemps 2012.

Une situation peu claire… et risquée !

La position française est des plus floues : un exploitant agricole français peut aujourd’hui acheter légalement des semences de maïs Mon 810 sur le marché et ce, malgré la demande effectuée par les autorités françaises auprès de la Commission européenne le 20 février 2012 de suspendre l’autorisation de mise en culture des semences de maïs Mon 810.

Une brèche juridique qui entrouvre la porte aux semailles de maïs OGM

Dans l’attente de la réponse de la Commission, un agriculteur français souhaitant semer du maïs transgénique est absolument libre de le faire. Or la période des semailles commence dans quelques jours, début mars… De surcroît, si la Commission européenne refuse finalement de donner une suite favorable à la demande de la France et de suspendre l’autorisation de mise en culture du Mon 810, le risque d’un retour des OGM dans les campagnes perdurera tant que les autorités françaises n’auront pas pris des mesures d’urgence d’interdiction.

Cette brèche juridique ouvre la voie à la réapparition du maïs génétiquement modifié dans les champs français. La menace est immédiate et bien réelle : la demande de suspension des autorités françaises ne change rien pour l’instant.

Les associations signataires de cette lettre demandent donc aux semenciers de clarifier leurs intentions : ces entreprises ont-elles déjà commercialisé des semences de maïs Mon 810 ou ont-elles l’intention de le faire ? Si cette commercialisation permettait à des exploitants agricoles français de semer du maïs Mon 810, les conséquences seraient irréversibles pour l’environnement, pour les autres exploitants (agriculteurs bio notamment), pour les apiculteurs. La mise en culture de maïs transgénique serait par ailleurs contraire à la volonté des Français, qui sont massivement opposés aux OGM.

La lettre ouverte a été adressée aux sociétés suivantes : Euralis semences, Caussade Semences, Maïsadour semences, RAGT, Limagrain, Pioneer semences SAS, KWS maïs France, Syngenta, Terrena, Triskalia, Arterris, Terre du Sud et Lur Berri. Elle sera remise également par des militants, en main propre, à toute société faisant négoce de semences.

Commentaires (392)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Joceline

J'adore quand les suppôts du capitalisme nous font la morale ! GFP a écrit : => Saccager le travail d’autrui vous expose à des poursuite judiciaires. Si vous saccagez mon travail je n’hésiterai pas dans un premier temps à le défendre farouchement et à vous amenez devant les tribunaux si nécessaire. Un casseur reste un casseur, quelque soit ses motivations. ==> Brandir la "justice" et la menace de représailles dans un premier temps puis asséner un principe moral pour amplifier la culpabilisation. Non, GFP, un casseur n'est pas un casseur. En fonctions des situations, un casseur peut être un Résistant. Et je mets une majuscule pour rappeler que, s'il n'y avait pas eu des casseurs et des terroristes en 39/45, l'histoire eût été très différente.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

GFP

@ saule, "quel travail d’autrui ?" => Les champs cultivés par des agriculteurs ou encore les travaux de chercheurs du public ou du privé. "c’est quoi ton travail à toi ?" => je travaille dans le public. "je ne laisserai pas une bande de profiteurs détruire le mien !" => Personne ne veut saccager votre travail. "c’est pour cela que j’irai faucher votre soi-disant travail !" => Saccager le travail d'autrui vous expose à des poursuite judiciaires. Si vous saccagez mon travail je n'hésiterai pas dans un premier temps à le défendre farouchement et à vous amenez devant les tribunaux si nécessaire. Un casseur reste un casseur, quelque soit ses motivations. "et dire que tu traites zeppe d’ignoble…" => Oui, zeppe est un ignoble personnage qui insulte les morts en les traitant de collabos. Ce n'est pas pour ien que je ne réponds plus à ses commentaires. Ce gars est à vomir et ne mérite que le mépris. http://ogm.greenpeace.fr/mais-ogm-des-super-insectes-nuisibles-resistants-aux-pesticides#comment-668012 "l’ignominie, c’est de travailler pour une boite qui a fait des centaines de milliers de mort, et ce en toute impunité, bien au contraire, ils se gavent, ils grossisent, sans un cris…comme les urubus du nordeste du bresil." => Je ne travaille pas pour Philip Morris, je travailles dans le public.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

saule

ouais, comme les urubus, vous vous engraissez sur la misère. c'est vous les ignobles !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.