Selon une information du JDD, l’État souhaite prolonger de dix ans la durée

Climat

Nucléaire : une prolongation à la logique comptable, au mépris du reste

Selon une information du JDD, l’État souhaite prolonger de dix ans la durée de vie des centrales nucléaires françaises. Selon le JDD, qui cite des « plusieurs sources proches du gouvernement » l’annonce serait faite avant la fin de l’année.

Cette rumeur, qui reste à confirmer, pose de nombreuses questions

Rappelons d’abord qu’en France, il n’y a pas de durée d’exploitation a priori, contrairement aux États- Unis qui fixent deux dates clés pour les licences d’exploitation : 40 ans, puis 20 ans. En France, les réacteurs sont soumis à deux types de mesures de contrôle : contrôle permanent et revue de sûreté par inspections, et revues de sûreté nucléaire périodiques, tous les dix ans.

L’État n’est pas seul décisionnaire. L’État ne peux pas décider l’extension de durée de vie des réacteurs nucléaires, il n’en a pas le pouvoir. C’est l’Autorité de sûreté nucléaire qui évalue au cas par cas la possibilité d’autoriser l’exploitation des réacteurs nucléaire existant. L’ASN se base pour ces évaluation sur des critères de sûreté de fonctionnement.

De plus, l’éventuelle mise en place de ce mécanisme comptable d’étalement de l’amortissement sur 50 ans semble avoir été lancée pour envoyer un signal aux marchés, aux investisseurs et surtout pour mettre l’autorité de sûreté nucléaire devant le fait accompli. Cela a d’ailleurs apparemment fonctionné sur les marchés financiers : vers 13h lundi, l’action EDF gagne 2,6% sur un marché parisien en baisse de 0,2%.

L’impasse sur le risque nucléaire

Parmi les composants non remplaçables des centrales nucléaires, deux des principaux sont la cuve du réacteur et l’enceinte de confinement. Or, le système de confinement, basé sur l’étanchéité d’enceintes successives, dont les éléments structurels du réacteur que sont la cuve et son couvercle est particulièrement affecté par le vieillissement d’une installation. Fragilisation, corrosion, évolution des bétons … sont autant d’affres du vieillissement des structures sur lesquelles aucun pays n’a de retour de d’expérience.

Notons de plus qu’André-Claude Lacoste, dans une audition parlementaire en mars 2011 affirmait :

La position constante de l’ASN a toujours été la suivante : personne ne peut garantir qu’il n’y aura jamais en France un accident nucléaire. Je dis ce que je dis, et je répète une position constante de l’ASN française

Des incidents réguliers ont cours sur les centrales nucléaires françaises. Voici une revue non exhaustive des événements de l’année 2013 :

Belleville
Tricastin et aussi ici
Flamanville
Fessenheim
Civaux
Penly
Golfech
Cattenom
Bugey

Voir les avis d’incidents sur le site de l’ASN

La politique énergétique otage des finances ?

Si un nouveau prolongement de la durée de vie des centrales nucléaires était décidé, la sûreté nucléaire et le pilotage de la politique énergétique seraient pris en otage de la logique financière.

Le paradoxe que soulève cette proposition est que d’une part François Hollande annonce vouloir piloter la politique énergétique et inscrire dans la loi la possibilité de fermer des réacteurs nucléaire de manière anticipé, et d’autre part annoncerait quelques semaines plus tard son intention de prolonger la durée de vie des réacteurs jusqu’à 50 ans. Ces deux options sont incompatibles entre elles, tout comme les investissements dans le nucléaire ne sont pas compatibles avec ceux dans la transition énergétique.

Et dans ce cas, EDF, pour des raisons uniquement financières, comptables, empiète sur l’autorité de l’ASN en matière de sûreté du nucléaire. Et empiète sur l’autorité politique. Toute fermeture demandée au compte de la politique énergétique ouvrirait droit à des compensations d’EDF jusqu’à 50 ans. Bloquant ainsi toute possibilité d’atteindre 50% en 2025, mais aussi toute transition énergétique.

La commission de régulation de l’électricité avait démontré dans un rapport publié en juin que même en étalant la durée d’amortissement (40 ou 50 ans), les tarifs de l’électricité vont augmenter quand même très fortement.

Cet étalement n’est qu’un leurre, car il n’obéit qu’à une logique comptable et aucunement à une logique de politique économique et encore moins de politique énergétique.





Commentaires (22)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

calmelet

Ares combien etes vous paye pour affirmer de telles inepsies? donnez nous vite vos coordonnees,j'aimerais vous rencontrer dans l'attente,recevez mes salutations avez vous encore votre thyroide? Jeanne Marie Calmelet 39 Chaussenans

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

calmelet

Simon Denys c'est tres bien de ne pas avoir la tele je vous felicite,c'est meme un acte citoyen je vous invite a adherer au reseau sortir du nucleaire;je peux meme vous envoyer mes brochures mensuelles vous verrez par vous meme que supprimer le nucleaire de suite est posible pourquoi est ce possible ailleurs qu'en France uniquement? je vous prie de m'excuser si je vous ai blesse donnez moi votre adresse postale et je vous offre toute la doc merci pour vos messages tres interessants et constructifs tres cordialement Jeanne Marie39

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

no nuke

@Polluman, « l'homme qui pollue » ? Je crois que je suis visée par votre commentaire. Désolée de voir que vous pensez que mes réponses ne sont pas sensées, que mon argumentaire est absurde, et que je ne sais pas de quoi je parle. - Allemagne : avez-vous lu les cahiers de Global Chance cités dans mon commentaire plus haut ? Je ne peux pas me permettre de faire des pages et des pages d'argumentaire ici, ce n'est pas le lieu et c'est inutile puisque d'autres l'ont déjà très bien fait. Rigolez si vous voulez mais je ne vois aucun argument dans votre réponse. Je ne m'exprime pas au nom de Greenpeace, je ne suis pas une ONG mais une simple citoyenne, donc votre dernière phrase sur ce point n'a pas de sens. De plus je ne soutiens pas la filière fossile, je rappelle simplement que ce qu'on entend beaucoup dans les média (à savoir que l'Allemagne remplace son nucléaire par du fossile) est faux. - Je n'ai jamais affirmé que les énergies fossiles sont un bienfait pour la planète. L’Allemagne diminue ses émissions de CO2, si ça vous déplaît je n'y peux rien. Si j'ai parlé des générations de réacteurs, c'est en réponse à une question de Simon Denys : ayez la tolérance d'accepter que certains s'intéressent à des sujets qui ne vous passionnent pas. Pour les objectifs, même remarque que précédemment → Gobal Chance n°33 - La France émet moins de CO2 que l'Allemagne, oui. Et l'Allemagne émet moins de CO2 que les USA qui ont plus de nucléaire. (Dois-je rappeler que l'industrie Allemande est plus développée et que dans les calculs de CO2, ce qui est produit en Chine pour fabriquer les produits que nous consommons en Europe n'est pas pris en compte ? Je serais curieuse de connaître le résultat du calcul.) Ce qui importe de toute façon, ce n'est pas la production de CO2 à un instant donné, mais l'évolution de cette production. On produit moins, mais trop et on baisse beaucoup moins vite. L’Allemagne produit plus mais baisse plus rapidement et son évolution montre qu'elle va aller au-delà des objectifs européens de réduction de GES (cf ci-dessus) contrairement à la France. - remplacer le nucléaire par le fossile ? Mais il n'y a que les pro-nucléaire qui parlent de faire ça ! Nous le nucléaire, on le remplace par de l'efficacité énergétique, de la sobriété, et ce qu'il reste à produire, par du renouvelable. - dernier paragraphe : je ne tape sur personne moi (relisez le début de votre commentaire). Je ne fais que répondre à des commentaires, et la personne à qui j'ai répondu à l'air satisfaite de pouvoir échanger de manière argumentée (on peut ne pas être d'accord, ce n'est pas un problème). Argumentaire technique et chiffré, oui. Interminable : je voulais répondre point par point (et je viens de recommencer, désolée). En quoi mon argumentaire est-il lamentable ? Et oui, ça chauffe. Il y a des gens qui se bougent, et d'autre qui les insultent.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.