On peut mesurer l’ampleur de la crise que traversent les forêts du Grand Nord

Comment l’exploitation forestière « durable » détruit les forêts du Grand Nord

Auteur(s) : Greenpeace

Forêts

Les paysages de forêt boréale qui entourent la région subarctique, également connue sous le nom de forêts du Grand Nord, représentent environ un tiers de la surface forestière qui persiste sur la planète. Pourtant, seulement 2,8 % des forêts du Grand Nord sont officiellement protégées, contre 27 % des forêts tropicales et 11 % des forêts tempérées.

On peut mesurer l’ampleur de la crise que traversent les forêts du Grand Nord à leur taux de perte des paysages de forêts intact, qui est 1,5 fois la moyenne annuelle du taux de déforestation de la forêt amazonienne.

Les entreprises Pomor Timber et APPM/Titan sont au centre d’un conflit concernant un projet de protection du cœur de la forêt de Dvinsky, un paysage forestier intact d’une biodiversité exceptionnelle qui s’étend sur 835 000 hectares et abrite les dernières populations de rennes sauvages (Rangifer tarandus), menacés d’extinction. Cette zone fournit également un habitat important pour plusieurs espèces de mammifères telles que l’ours brun (Ursus arctos), le glouton (Gulo gulo) et le lynx (Lynx lynx).

Seuls 60 % (soit 489 000 hectares) de ce qui reste de l’IFL de Dvinsky sont destinés à être protégé. Bien que le projet de réserve de la forêt de Dvinsky ait été officiellement inclus, en 2008, dans le Plan de la forêt de l’oblast d’Arkhangelsk et dans le Plan d’aménagement du territoire, des conflits persistent concernant la délimitation de la zone protégée.



A TELECHARGER | Rapport_Dvinsky_Greenpeace_resume







Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.