Chaque semaine ou presque, de nouveaux scandales écologiques, politiques ou sanitaires émergent. Derrière eux, des personnes qui lancent l’alerte courageusement :  exposer la vérité se fait souvent au prix de sévères représailles. La loi doit mieux protéger les lanceurs et les lanceuses d’alerte, dans notre intérêt à tous et toutes !

Lanceuses et lanceurs d’alerte : protégeons-les !

Je signe l’appel

Chaque semaine ou presque, de nouveaux scandales écologiques, politiques ou sanitaires émergent. Derrière eux, des personnes qui lancent l’alerte courageusement : exposer la vérité se fait souvent au prix de sévères représailles. La loi doit mieux protéger les lanceurs et les lanceuses d’alerte, dans notre intérêt à tous et toutes !

Les lanceurs d’alerte nous protègent…

Vétusté des centrales nucléaires, déchets nucléaires, pollutions environnementales, contaminations et fraudes alimentaires… Les scandales écologiques font malheureusement régulièrement l’actualité. Derrière ces affaires, ce sont souvent des hommes et des femmes qui se laissent guider par leur seul souci de l’intérêt général : prendre la parole pour dénoncer des dysfonctionnements et éviter que le pire n’advienne. Alors que ces personnes devraient être saluées, elles se retrouvent parfois à vivre un quotidien intolérable, rempli de menaces, d’intimidations, voire de poursuites judiciaires abusives. A nous de prendre leur défense et d’exiger une loi qui les défende !

Qui pour protéger les lanceurs d’alerte ?

A ce jour, un lanceur d’alerte n’a aucune garantie que son alerte soit traitée, ni de bénéficier du statut de lanceur d’alerte. L’Union européenne a pris la mesure du problème et adopté une directive dès 2019 pour imposer aux États membres un certain nombre d’avancées par rapport au droit actuel, notamment en France. Elle met, par exemple, fin à l’obligation, pour un salarié, d’alerter d’abord au sein de son entreprise. Mais sur d’autres points, elle laisse aux États le soin de définir eux-mêmes les modalités d’amélioration de leur législation. Cette directive doit être transposée dans la loi française avant la fin de l’année 2021. Nous demandons au gouvernement et aux parlementaires de saisir cette occasion inédite de mieux protéger les lanceurs d’alerte.

Douze propositions pour défendre un droit d’alerte essentiel

Si les lanceurs d’alerte sont insuffisamment protégés, ce sont nos droits, nos libertés et notre intégrité qui sont menacés. Les lanceurs d’alerte sont des sentinelles qui prennent des risques pour défendre l’intérêt général. Nous devons leur permettre de parler en toute sécurité et nous assurer que cette parole soit entendue. C’est pourquoi Greenpeace se mobilise aux côtés de la Maison des Lanceurs d’Alerte et de plusieurs dizaines d’organisations, pour porter douze propositions concrètes dans le débat public, parmi lesquelles un fonds de soutien aux lanceurs d’alerte en difficulté, un guichet unique auquel adresser une alerte, ou encore le renforcement des sanctions contre les « étouffeurs d’alerte ».

La désobéissance est nécessaire en démocratie

Face au laxisme de l’Etat sur de nombreux sujets environnementaux, Greenpeace lance régulièrement l’alerte en ayant recours à la désobéissance civile non-violente. C’est une nécessité pour faire entendre nos messages sur l’urgence climatique ou les risques d’accidents industriels. C’est notamment le cas sur le nucléaire : un secteur opaque, où le débat démocratique est inexistant, par exemple sur les risques liés à la prolongation de la durée de vie des centrales au-delà de 40 ans. C’est précisément pour alerter sur les installations vétustes et dangereuses de la centrale nucléaire du Tricastin que nous avons pénétré le site en février 2020. Pour cette action, nous serons jugés le 29 juin 2021 dans le cadre d’un procès où EDF nous réclame une somme totalement disproportionnée : 500 000 euros de dommages-intérêts pour une prétendue “atteinte à sa réputation”. Pourtant cette action est légitime : elle défend l’intérêt général et devrait être saluée, plutôt que jugée devant un tribunal.

Nous avons besoin de vous : la défense des lanceurs et lanceuses d’alerte est un enjeu démocratique essentiel. C’est à chacun et chacune de nous de porter leur voix en interpellant les parlementaires de l’Assemblée nationale et le ministre de la Justice. Signez l’appel de La Maison des Lanceurs d’Alerte et de près de 30 organisations :

 

Si vous avez des informations relatives aux sujets abordés dans cet article, vous pouvez nous contacter à l’adresse investigation@greenpeace.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter sur le site Greenleaks.





(Crédits photographiques : © Pierre Gleizes / Greenpeace)
Commentaires (4)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Treompan

Et dire que vous avez réussi à faire fermer une centrale des plus sûre en Europe ,vous êtes responsables de cette catastrophe sanitaire ,à la place nous avons du charbonné,vous êtes la honte de l’écologie !!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Behra

La vérité doit être protégée

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

BERTRAND chantal

Ce n'est plus qu'une histoire de temps maintenant...Je vous invite à écouter l'ingénieur physicien Philippe Guillemant...Un changement de conscience est en cours, et , ce , grâce à des gens courageux qui tracent la route tels des rois mages. Nous les soutiendrons...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE