Paris, le 12 février 2008. Révélé en catimini par voie de presse jeudi m

Agriculture

L’AFSSA hors sujet et instrumentalisée

Paris, le 12 février 2008. Révélé en catimini par voie de presse jeudi matin, l’avis de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) est maintenant public : il estime que le maïs MON 810 ne présente pas de danger pour la santé humaine. L’importance de cet avis d’une agence publique historiquement pro-OGM ne doit pas être surestimée… Quelques jours avant une réunion d’importance à Bruxelles, il est néanmoins symbolique du retour en force des lobbies pro-ogm et de l’urgence de se remobiliser dès maintenant pour le droit et la liberté de consommer et produire sans OGM.

Méthodes méprisables
« On peut légitimement s’étonner de la fuite organisée d’un rapport soi-disant secret, quelques jours avant que le sort de la clause de sauvegarde française soit discuté à Bruxelles, observe Arnaud Apoteker de Greenpeace France. Cette fuite est un coup bas des lobbies biotechnologiques visant à affaiblir M.Borloo, mais aussi à inciter les autres Etats Membres de l’UE à voter contre les moratoires nationaux. On ne peut que mépriser de telles pratiques et encourager le ministère français à défendre au nom du peuple français son opposition à des cultures potentiellement dangereuses et mal évaluées devant les institutions européennes. »

L’avis de l’AFSSA ne répond en rien aux préoccupations qui ont justifié la clause de sauvegarde française, prise en vertu de principes écologiques et non de principes sanitaires de court terme. En annonçant jeudi en milieu de journée que la France ne remettait pas en cause la suspension des cultures de maïs OGM, le gouvernement français s’est donc engagé dans la seule voie possible. Celle du bon sens. Greenpeace appelle maintenant le gouvernement à faire preuve du même discernement et de la même conviction les 16 février et 2 mars lors des réunions à Bruxelles qui doivent se prononcer sur les clauses grecque, française, hongroise et autrichienne.

Des doutes sérieux
Rappelons que la clause de sauvegarde française est principalement basée sur des considérations écologiques. En voici certaines :
– « Le risque de pollinisation croisée ne peut être négligé »
– « La protéine Bt produite naturellement par le bacille et celle produite par le maïs MON810 n’ont pas les mêmes séquences primaires »

Néanmoins, des risques sur la santé ont aussi été évoqués :
– « A ce jour, aucun travail scientifique ne permet d’affirmer l’innocuité pour la santé de ces plantes transgéniques »

Il est vrai qu’en l’état actuel des connaissances, les risques à long terme de ces derniers sur l’environnement et la santé ne sont pas connus. La suspension des cultures d’OGM doit donc être maintenue au nom du principe de précaution et du droit des consommateurs et des agriculteurs à consommer et produire sans OGM.

Le mépris de la prévention
L’AFSSA ne s’est jamais intéressé aux effets sanitaires à long terme des OGM. L’avis de l’AFSSA doit donc être ramené à sa juste valeur, celle d’une agence sanitaire qui s’intéresse au court terme et néglige son rôle de prévention. A ce titre, non seulement il n’affaiblit en rien la position de la France et celle des autres pays ayant activé une clause de sauvegarde, mais il justifie la demande unanime des Etats Membres de réformer les méthodes d’évaluation.

Donnez votre avis sur le dernier rapport de l’AFSSA, en participant aux sondages en ligne sur les sites du monde.fr et du figaro.fr

Commentaires (110)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

KnithhoxZit

Colleges For Forensic Medicine venlafaxine medication It has also been approved and been successful in treating obsessive compulsive disorder, panic attacks, and social anxiety disorders in children and adults. http://1337beat.com/ - cheap effexor online

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

désabusé

Il me semble très probable que le risque sur la santé et l'environnement est sérieux et que les études finiront bien par le démontrer mais nous avons déjà malheureusement perdu le combat contre les OGM : la contamination de la nature est déjà largement entamée et ne s'arrêtera pas avant d'avoir atteint un équilibre "naturel" que les OGM soient autorisés ou non ! Le seul domaine sur lequel on puisse encore avoir un pouvoir est avant tout celui de l'argent ... Il faut continuer à interdire les OGM et peut être pourrions nous trouver un moyen de trainer en justice les fabricants d'OGM et "propriétaires" des gènes pour "corruption" des plantes saines. Dans le cas contraire, si les OGM devenaient légaux, ces mêmes propriétaires s'empresseraient de faire des contrôles sur toutes les cultures et de réclamer des royalties lorsque la présence de leurs gènes aura été prouvée. Le temps joue pour eux et si nous ne sommes pas vigilants et intraitables, comme pourrait le dire Lafontaine, nous ne mourrons pas tous mais nous serons tous taxés .

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

teissier elizabeth

L'empoisonnement lent et irréversible par les OGM semble, hélas, une perspective inévitable si nous continuons d'être passifs face aux deux fléaux en cause: le mépris de la Nature, de notre environnement "naturel" qui s'exprime à travers nos expériences d'apprentis sorciers, fruit de'lincommensurable arrogance d'une certaine science sans scrupules d'une part (cf. les croisements génétiques en cours entre cellules humaines et animales- où allons-nous? les taureaux sans cornes que l'homme se permet de fabriquer parce que c'est tellement plus pratique, n'est-ce pas); et d'autre part la cupidité sans bornes de certains lobbies commerciaux (comme Monsanto), prêts à sacrifier les générations actuelles et à venir au nom d'un profit immédiat. "Science sans Conscience n'est que ruine de l'âme". Depuis Rabelais, les choses n'ont fait qu'empirer et nous voici au bord du gouffre! Luttons tous ensemble afin que les politiques n'aient d'autre alternative que d'entendre la vox populi!!!!!!!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES