Ce 8 juin, c'est la journée mondiale des océans... L'occasion de nous rappeler

Océans

Journée mondiale : des océans au bord de l’épuisement

Ce 8 juin, c’est la journée mondiale des océans… L’occasion de nous rappeler, ou de réaliser, que nous avons oublié l’évidence : ce que sont les océans.
Ils représentent 70% de la surface de la planète. Ils sont le berceau d’une biodiversité incroyable et encore méconnue. Ils sont source de vie, de survie… Mais ils sont aujourd’hui au bord de l’épuisement.

Pourquoi ? Parce qu’il y a une incompréhension de ce qu’est la mer.

Nous sommes habitués à y puiser sans limite poissons et fruits de mer que nous aimons manger. Parce que les fonds des océans nous sont invisibles, nous avons imaginé qu’ils étaient sans limites.
Nous avons oublié des évidences : la pêche n’est pas une industrie de production : c’est un prélèvement d’animaux sauvages dans leur milieu de vie. Si la pression de pêche sur un stock de poisson est trop forte, il ne peut pas se maintenir à un niveau stable car le prélèvement de poisson est supérieur au nombre de nouveaux poissons issus de la reproduction du groupe.

Lire : Les océans pris en étau entre pêche destructrice et surpêche

La quête de croissance méprise les océans et les populations qui en dépendent

La pêche industrielle est la première à piller les ressources des océans. Les bateaux industriels de pêche prennent d’énormes quantité de poissons, sans forcément viser une espèce en particulier, ou parce qu’ils utilisent des méthodes de pêche destructrices, telles que le chalutage profond.

Mais nos dirigeants, nos politiques ne proposent pas de bonne solution : 7 stocks sur 10 dans les eaux européennes sont surexploités ou au bord de la surexploitation. Si on continue à pêcher à ce rythme, d’ici 35 ans nous aurons tout simplement vidé les océans. Mais depuis son instauration, il y a 30 ans (1983), la Politique Commune des Pêches n’a manifestement pas rempli sa mission de « garantir une exploitation des ressources aquatiques vivantes qui crée les conditions de durabilité nécessaires tant sur le plan économique, environnemental, qu’en matière sociale ».
Au contraire, elle a privilégié le court terme et les intérêts des bateaux européens les plus destructeurs en leur attribuant des subventions et des quotas de pêche trop généreux. Ces pratiques se sont traduites par un désastre environnemental, des performances économiques médiocres et un déclin de la stabilité sociale et de l’emploi.

Revoir la campagne en mer et à terre : SOS Océans, l’Europe doit protéger ses mers

Les océans, décharge à ciel ouvert

Les océans sont devenus une immense poubelle. Il y a bien sûr les pollutions dues au passage des pétroliers et des chimiquiers ou aux plates formes pétrolières. Mais 80% des polluants retrouvés dans les mers et les océans proviennent de nos activités à terre. Ce sont les eaux usées, les plastiques, les rejets industriels, les pesticides et les engrais agricoles, les déchets radioactifs, les armes périmées (ou « déchets de guerre)…

Le cercle vicieux des dérèglements climatiques

C’est une autre conséquence des activités humaines. Et les effets en sont nombreux et déjà mesurables : fonte des glaces, avec pour effet la montée des eaux. D’autres phénomènes sont tout aussi préoccupants : la montée de la température, la modification des courants océaniques, l’acidification des eaux ou les changements de salinité, le développement d’espèces invasives… Les océans deviendraient alors de nouveaux vecteurs de dérèglements climatiques. C’est le cercle vicieux : les dérèglements climatiques affectent gravement les océans, en retour ces bouleversements des équilibres de nos mers accélèrent à leur tour les dérèglements climatiques…

La situation des océans réclame une vigilance de chaque instant, et une réaction immédiate ! Les leviers d’action sont nombreux, et le réveil est absolument crucial !
Notre politique de pêche est archaïque. D’abord, parce qu’elle ne considère les ressources que de manière quantitative. Greenpeace se bat pour protéger les océans et permettre aux pêcheurs de continuer leur métier. 80% des pêcheurs en Europe pratiquent une pêche artisanale, sur de plus petits bateaux, moins puissants, en pêchant plusieurs espèces selon les périodes de l’année, en adaptant leurs pratiques à leur environnement. Ce sont EUX que l’Europe doit aider !

Les océans ont désormais besoin d’espaces protégés, de réserves marines avec un cadre réglementaire au niveau non seulement national mais aussi international! Les océans sont une ressource, une richesse commune à tous, un patrimoine que l’ensemble des pays du monde doivent respecter, et protéger.

Les rendez-vous sont nombreux cette année, et les responsables politiques devront agir : Mardi, à Luxembourg, les ministres européens de la pêche discutent une proposition de réforme de la Politique commune des pêches (PCP). Dans quelques jours, le sommet de Rio+20 démarrera, puis, en décembre, la conférence des Nations Unies.
Un peu d’ambition, un peu de volonté, un peu de courage politique … il est temps !

Commentaires (27)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

AON

J'irai bien avec vous sur un de vos bateaux pr me "battre" pacifiquement à vos côtés et plonger avec vous au cœur d'une réalité que nous ne voyons pas ou ne voulons pas voir, m'interposer entre ceux que l'on doit défendre et ceux qui impunément détruisent le bien commun de l'humanité. Merci Greenpeace .

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

01010101

NE VOUS 1QIÈT PAS TOUT PASS C'EST AFFR DE TIME

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

dix de derne

Si les océans redevenaient poissonneux les pécheurs ne seraient plus obligés de faire des heures de déplacement en bradant un fuel hors de prix pour trouver des lieux de pèche rentables.Je m'inquiète surtout pour les phoques de la cote d'opale qui pourraient souffrir de la faim.Des réserves marines interdites à la péche seraient les bienvenues.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE