“Obs’ à gauche !” Le protocole d’observation mis en place par les scie

Océans

Guyane : il y a de la vie sous l’océan

Signez la pétition

Ces deux semaines d’expédition dans les eaux guyanaises ont été l’occasion de confirmer la présence de très nombreuses espèces d’animaux marins (poissons, oiseaux, cétacés…) Alors qu’en Guyane les regards se tournent instinctivement vers la terre et la forêt, nous pouvons affirmer maintenant sans le moindre doute que les eaux guyanaises sont tout aussi riches et abondantes.

“Obs’ à gauche !”

Le protocole d’observation mis en place par les scientifiques du CNRS de l’observatoire Pelagis de l’université de La Rochelle reposait sur des transects effectués d’est en ouest au large de la Guyane, à une vitesse constante de 8 nœuds. De 6h30 à 18h30, l’équipe d’observateurs et observatrices perchée sur Monkey Island scrute l’horizon, note, répertorie, identifie tout ce qu’elle voit.

Le poste d’observation des scientifiques, sur Monkey Island, lors de l’expédition Protect The Oceans, en Guyane.

Cela leur demande une concentration et une patience infinies. Il peut se passer plusieurs heures sans qu’aucune observation ne soit faite quand tout à coup : “Obs’ à gauche !”. Dans le jargon, cela signifie qu’ils ont repéré quelque chose. Cela peut être un oiseau, un banc de poissons, un déchet, un cétacé. La diversité n’a pas manqué au cours de cette expédition. C’est une zone très riche. Il y a beaucoup de vie sous la surface. Simplement, rares sont celles et ceux qui s’y sont intéressé.es. Pour la première fois, des requins soyeux, des rorquals de Bryde et des dauphins d’Electre ont été filmés en Guyane dans leur milieu naturel. Au total, ce sont 14 espèces de cétacés qui ont été identifiées, 14 oiseaux marins, et de nombreux poissons.
 

Nous nous sommes également trouvés sur la route de baleines à bosse ! Nous avons eu la bonne surprise de les voir à chaque fois accompagnées de leur petit. Nous pouvons donc non seulement confirmer l’existence d’une route migratoire au large de la Guyane, mais mieux encore, cela signifie que c’est une zone vitale pour l’espèce puisqu’elles s’y reproduisent, mettent bas et allaitent.

Toutes ces observations, réalisées en l’espace de seulement deux semaines, permettent de mettre en évidence l’importance des habitats en mer et de mieux appréhender certains enjeux de conservation.

Le pétrole qui fait tache

L’histoire était trop belle pour s’arrêter là. Comme vous le savez, non loin d’ici, au large du Brésil, des projets d’exploration pétrolière sont encore possibles. Ce serait désastreux pour toutes ces espèces, qui seraient alors soumises à un immense stress lors des tests sismiques effectués par les pétroliers et à une pollution sonore insoutenable. On ne vous parle même pas des dégâts irréversibles en cas de marée de noire ou même simplement de fuite de pétrole…

La présence du Récif de l’Amazone dans cette région n’a pas semblé convaincre les majors pétrolières d’abandonner leur projet de forage, notamment BP qui cherche encore à obtenir l’autorisation de forer au large des côtes nord du Brésil. Ces données sur la mégafaune marine ne font que renforcer notre conviction et notre détermination : aucun puits de pétrole ne doit être foré près d’ici. Cette région a la chance d’être encore préservée de l’impact des activités humaines. Il faut que cela reste ainsi. 61 % des océans n’ont pas cette chance.

Des mesures de conservation efficaces doivent être mises en place mais surtout c’est un traité mondial pour les océans qui doit être adopté, et il doit être solide ! Ce texte négocié aux Nations unies doit permettre la création d’au moins 30% de réserves marines en haute mer. Alors que les enjeux industriels autour de la haute mer sont énormes, nous sommes déjà près de 2 millions à travers à le monde à avoir interpellé nos dirigeant·es pour leur demander de se secouer les nageoires et de faire preuve de courage politique.





(Crédits photographiques : © Pierre Baëlen / Greenpeace )
Commentaires (1)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Borie

Bonsoir, avec mon compagnon nous vous soutenons, en mer avec notre voilier, nous deux ou avec des amis, enfants ou clients, sillonnant les mers,nous sommes ravis de voir la vie sous l'eau, partager des moments avec dauphins, globycephales, baleines ou même 1 cachalot devant la Corse au petit matin, quel spectacle à chaque fois, bonne continuation, cordialement borie prisca

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Vous voulez nous aider à protéger les océans ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions en faisant un don !