Mise à jour du 17 décembre, 15h58 : l'EFSA vient de publier un communiqué inc

Agriculture

Greenpeace souhaite défendre l’interdiction des insecticides tueurs d’abeilles devant la Cour de justice européenne

Mise à jour du 17 décembre, 15h58 : l’EFSA vient de publier un communiqué incriminant deux insecticides néonicotinoïdes, dont un concerné par la procédure engagée par Bayer et Syngenta contre la Commission européenne. L’acétamipride et l’imidaclopride pourraient en effet avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain.

Nous le savons: les abeilles sont en déclin. Parmi les causes de mortalité des abeilles, l’utilisation massive de pesticides. Pourtant, les abeilles et les autres pollinisateurs jouent un rôle fondamental dans la production de notre alimentation. C’est pourquoi, le 24 mai 2013, la Commission européenne a décidé de restreindre pendant 2 ans l’utilisation de trois pesticides produits par Syngenta et Bayer, et jugés dangereux pour les abeilles. Mais Syngenta et Bayer ne l’entendent pas de cette oreille. Ils ont engagé une procédure devant la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) visant à faire annuler cette interdiction.

GREENPEACE-KLETTERAKTION BEI SYNGENTA

Greenpeace souhaite intervenir dans la procédure opposant la Commission Européenne à Syngenta et Bayer

Greenpeace International ainsi que cinq autres associations (la coordination apicole européenne « Beelife », Pesticides Action Network Europe, ClientEarth, Buglife et SumOfUs) souhaitent intervenir, en tant que partie de la défense, dans la procédure qui opposent la Commission européenne à Syngenta et Bayer.

L’interdiction des trois pesticides tueurs d’abeilles, de la famille des néonicotinoïdes, produits par Syngenta et Bayer (la clothianidine, l’imidaclopride et le thiaméthoxame) est entrée en vigueur le 1er décembre 2013. Réfutant le bien-fondé de cette interdiction, ces derniers ont saisi la CJUE afin de faire annuler cette décision, qui, pour eux, ne serait que la conséquence d’une interprétation erronée du principe de précaution. Il s’agit pourtant d’une décision basée sur la science.

Des pesticides qui contaminent jusqu’au liquide de guttation des plantes

Bien évidemment, l’enjeu pour Syngenta et Bayer est purement économique. Pour Greenpeace et les autres associations qui souhaitent intervenir dans la procédure juridique européenne, les preuves scientifiques sont là. Elles ont notamment été fournies par l’Autorité Européenne de Sécurité des aliments (EFSA). Aujourd’hui, une étude scientifique pilote réalisée par Greenpeace International montre une concentration élevée d’insecticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles dans le liquide de guttation des plantes testées dans ce cadre. Ce liquide, sécrété par les plantes à l’extrémité de leurs feuilles, est consommé par les abeilles pour s’hydrater. Nos tests visent à mettre en lumière une voie de contamination peu étudiée et qui nécessite des études scientifiques approfondies.

L’interdiction de la Commission Européenne est certes insuffisante, mais complètement indispensable pour ouvrir la voie à une agriculture moins toxique et plus écologique. Il est nécessaire de la maintenir au-delà de la période de deux ans actuellement prévue, et, de l’élargir à tous les insecticides responsables du déclin des abeilles.

Commentaires (20)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
Envoyer

calmelet

Raoul,je crins que ce que tu dis soit vrai...ils sont tellement pourris... merci a Greenpeace;pour nous tous,vous etes des heros,au sens propre et figure.

calmelet

sauvons les abeilles il ne faut surtout pas se demoraliser,nous devons nous mobiliser 24 H sur 24H nous devons tous montrer l'exemple 24H sur24H

raloul

Bonjour! Que c'est calme et agréable, un fil de commentaires de Greenpeace France sans trolls pour venir parasiter et faire leur sale besogne... Démonstration affligeante et supplémentaire que ces abrutis sont des lobbyistes qui viennent défendre uniquement leurs ogm chéris et n'ont aucune considération pour les problématiques de l'agriculture au sens large, aucun avis sur les saloperies chimiques de compagnies qu'ils défendent de facto à longueur d'années sur ce site. J'aimerais rappeller un aspect important du contexte au sens large. La commission européenne est une équipe de vendus pro-américains, une nouvelle forme de dictature institutionnelle et une erreur géostratégique historique des gouvernements des pays d'Europe. Rien d'étonnant que ces abrutis prennent des décisions contraires aux intérêts des populations européennes depuis le début de l'UE. Je vous invite à voir ce que dit par exemple l'eurodéputé eurosceptique anglais Nigel Farage à propos des membres de la commission européenne: https://www.youtube.com/watch?v=YWSYMpuCFaQ en anglais, désolé, voici un "meilleur de" pour les francophones purs et durs: https://www.youtube.com/watch?v=rGNVk05iVXA Je n'adhère pas à tout ce que M. Farage dit, mais c'est bien de se souvenir de quoi et de qui on parle quand on évoque une décision de la "commission européenne". Il faut écouter par exemple ce que dit M. Asselineau en France pour comprendre certains ressorts méconnus de la construction européenne actuelle et voir clair dans le jeu des nouveaux "dictateurs soft" de l'union. Ce n'est malheureusement qu'une interdiction pour deux ans, je crains que ces vendus pourris jusqu'à la moelle ne tentent juste de gagner du temps pour poursuivre discrètement leurs politiques de corrompus à la solde des multinationales une fois la vague de l'indignation populaire retombée....

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.