Réaction de Greenpeace au discours de la Première ministre devant le MEDEF

Climat

Les ministres changent, les mauvais choix persistent

Devant le patronat, Elisabeth Borne s’est contentée de rappeler l’urgence de la situation sans aucune remise en question du modèle économique incompatible avec l’accord de Paris, ni annonce concrète de mesures radicales pourtant promises depuis des semaines.

Un discours complaisant avec les entreprises, sans évoquer de possibles régulations, alors que l’heure n’est plus aux vœux pieux. Le Haut conseil pour le climat, la Convention citoyenne pour le climat, les rapports du GIEC, … Les mesures à prendre pour respecter nos engagements climatiques sont connues et ne manquent pas. Le temps n’est plus aux groupes de travail.

Alors que dans son discours de politique générale, en juillet, Mme Borne se disait prête à apporter des « réponses radicales à l’urgence écologique », les annonces concrètes se limitent à des plans de sobriété détaillés par ministère puis à l’initiative de chaque entreprise, mais surtout pas contraignants, et le lancement d’une campagne d’information sur les écogestes.
La Première ministre affirme que le gouvernement agit et cite comme exemple… le terminal méthanier au Havre !

Tout en faisant croire que l’innovation suffira à nous sauver de la crise climatique, avec une liste à la Prévert habituelle comprenant hydrogène, véhicules électriques, nucléaire…

Pour Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France :
Ce discours présenté comme clé pour la rentrée politique du gouvernement a un air de déjà-vu. Mme Borne a reconnu que l’été avait sonné comme un ‘puissant rappel à ’l’ordre’ et pourtant les fausses solutions que le gouvernement précédent brandissait déjà comme un étendard continuent de faire partie de l’histoire que l’exécutif veut nous raconter, et qui nous mènent droit dans le mur.

Seule indication tangible concernant le projet de planification écologique, la promesse d’un “tableau de bord public”… Si ce projet est à l’image de la loi climat et résilience tuée dans l’œuf, cela n’augure rien de bon.

En pleine crise climatique et énergétique, le gouvernement persiste dans le recyclage de fausses solutions. Malgré l’urgence, aucune mesure concrète n’a été annoncée sur des questions précises comme la taxation des super-profits, la régulation des jets privés, l’interdiction des panneaux lumineux et le développement massif des énergies renouvelables“, ajoute Jean-François Julliard.





(Crédits photographiques : © Omar Havana / Greenpeace)