C’est aujourd’hui que l’Accord de Paris entre en vigueur. Issu des négoci

Climat

Accord de Paris : la transition en marche, la France à la traîne

C’est aujourd’hui que l’Accord de Paris entre en vigueur. Issu des négociations climatiques internationales de la COP21, cet accord a permis plusieurs avancées, en identifiant notamment les énergies renouvelables comme la solution incontournable pour répondre au défi climatique. Mais il est aussi très peu contraignant. En se réjouissant sans modération de l’entrée en vigueur de l’accord, le gouvernement français confond les points marqués par la diplomatie avec les points marqués dans la lutte contre les changements climatiques. Surtout, il ne parvient pas à faire oublier que la France est loin d’être exemplaire en matière de climat et qu’il lui reste du pain sur la planche avant la fin du quinquennat.

 

 

Alors que Paris illumine ses monuments en verts pour fêter l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, on regrette que les engagements de la France en matière de climat ne se traduisent pas plus concrètement.

Accord de Paris : la transition énergétique mondiale en marche

L’entrée en vigueur de l’Accord de Paris aujourd’hui est-elle le sursaut mondial qui va permettre de concrétiser les engagements climatiques ? Elle montre a minima que les dirigeants ont pris conscience que la transition énergétique mondiale est inévitable pour limiter le réchauffement climatique en deçà de 1,5 degré.

Les énergies renouvelables grignotent chaque jour des parts de marché aux énergies fossiles et nucléaires, et le charbon entame sa phase de déclin. Le dépassement par les énergies renouvelables des capacités de production électrique à partir du charbon en 2015 fait partie de ces signaux qui donnent de l’espoir. Mais nous savons qu’il faudra encore plus d’innovation et de mobilisation citoyenne pour pouvoir crier victoire.

Des contributions nationales largement insuffisantes

Les contributions actuelles des États ne permettront pas d’atteindre l’objectif de l’accord. Aujourd’hui, selon l’ONU, elles nous emmènent vers une hausse des températures qui pourrait atteindre 2,9 à 3,4 °C. Ces contributions ne sont pas à la hauteur d’une crise climatique qui bat son plein. Tous les mois, de nouvelles catastrophes et de nouveaux records de température nous rappellent que le dérèglement en cours se confirme. Cette trajectoire de réchauffement compromet chaque jour un peu plus notre capacité à lutter demain contre les inégalités et la faim dans le monde.  

 

La France ne sera à la hauteur du défi climatique que si elle recule sur le nucléaire pour laisser la place aux énergies renouvelables.

 

Les gouvernements doivent donc être beaucoup plus ambitieux au niveau de leur politique énergétique nationale pour réduire les émissions. Une première piste d’action : ne pas attendre 2018, comme le permet l’Accord de Paris, pour revoir leur engagement à la hausse ! Les gouvernements doivent saisir l’opportunité de la conférence de Marrakech (COP22) pour mettre dès maintenant leurs ambitions au diapason de l’urgence climatique. Une recommandation qui s’applique tout particulièrement à la France.

La France, cancre du climat

Alors que la présidence marocaine de la COP22 prend effet dans quelques jours, l’Elysée continue de marteler de belles promesses : “la mobilisation de la France restera entière pour que la justice climatique soit respectée” et “pour que l’esprit de Paris se prolonge et s’amplifie”. A l’international, la France continue de se cacher derrière cet esprit de Paris pour se targuer d’être « exemplaire » et s’autocongratule :

 

 

Dans les faits, la France n’a pas à crier cocorico : en matière de transition énergétique, le gouvernement français démissionne. Il y a une semaine, il publiait sa feuille de route pour la transition énergétique : la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE). Supposée traduire les objectifs de la loi transition énergétique, cette PPE s’avère terriblement décevante. En ne proposant aucune avancée sur la réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique français, elle condamne le développement massif des énergies renouvelables. Il sera impossible pour la France de répondre à l’urgence climatique si le gouvernement laisse à EDF le soin de calibrer la politique nucléaire de ces prochaines années.

Esprit de Paris, es-tu là ? Aujourd’hui et demain, la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe et les Berges de Paris s’illuminent pour fêter l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris. Rien qui ne suffise à faire oublier que la France ne fait en réalité que trahir cet accord comme elle trahit ses promesses en matière de climat.

Le cap de long terme fixé par l’Accord de Paris est ambitieux : la France doit d’urgence en finir avec les opérations de communication et cesser de cacher son manque d’ambition derrière “l’esprit de Paris” pour mettre ses plans climatiques en cohérence avec les objectifs de la COP21. Objectif : en finir avec l’impasse nucléaire pour laisser la place aux énergies renouvelables et rendre possible une sortie des énergies fossiles d’ici au milieu du 21e siècle.





Commentaires (8)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Dupuy

Mme Royal ne réalise pas la portée de cette nouvelle catastrophique! " + 3° degrés rien que cela, elle me donne de gerber!!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

arno

pour répondre à votre question, il faut bien distinguer 2 choses: - la diminution des émissions de gaz à effet de serre qui necessite une diminution de notre dépendance aux énergies fossiles en passant par la réduction de notre consommation d'énergies fossiles et l'utilisation des énergies renouvelables. pas pour les remplacer mais seulement pour ce qui est indispensable. - la sortie du nucléaire qui est un mode de production d'électricité dangereux et non contrôlable en cas d'accident. sortir du nucléaire signifie remplacer l'énergie nucléaire par des énergies renouvelables. cela signifie également diminuer notre consommation d'énergie électrique. je rappelle que si chaque habitant de la planète consommait comme un Européen, il nous faudrait 3 planètes. on a pas vraiment le choix quant à la diminution de notre dépendance aux énergies en général.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Enoriel C.

Cher Arno, Je fais bien cette différence. Bien que ne partageant pas votre avis sur la sortie du nucléaire, mais ce n'est pas ici la question. Mon problème est que Greenpeace ne fait pas cette distinction que vous-même m'expliquez ! Ils nous parlent de la sortie du nucléaire comme un impératif climatique. Ou, dans l'autre sens, que la France est un cancre du climat à cause de son nucléaire. Or, vous dites vous-même que ce sont deux choses différentes, et je suis bien d'accord ! Donc à moins que Greenpeace ne soit en mesure d'apporter une explication sur le LIEN (vous ne m'expliquez pas le lien mais la différence vous, mais je la connais bien la différence ^^) entre climat et nucléaire... À moins qu'ils ne soient en mesure de l'expliquer, donc, je les considère au mieux dans l'erreur... Au pire en train d'essayer d'enfumer le public avec des amalgames assez inadmissibles. Que l'on soit pour ou contre le nucléaire civil, que l'on accepte d'en courir les risques ou non, c'est une affaire d'opinion. Le fait que le nucléaire soit une énergie bas-carbone et qu'elle ne soit donc pas en contradiction avec les accords de Paris, en revanche, ce n'est pas une opinion. C'est un fait, une réalité physique, que Greenpeace ne peut pas remettre en cause (sauf à l'expliquer de manière un peu plus soutenue). Donc je souhaiterais qu'au mieux ils explicitent ce lien, encore une fois... Au pire qu'ils s'abstiennent de faire de tels amalgames qui les font passer pour des incompétents ou des manipulateurs (selon que l'erreur soit accidentelle ou délibérée).

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.