Alors que l’avenir énergétique de la France se joue maintenant et que le pay

Énergie : quel coût actuel pour l’électricité bas carbone ?

Climat, Nucléaire

Alors que l’avenir énergétique de la France se joue maintenant et que le pays va devoir faire des choix énergétiques cruciaux pour atteindre la neutralité carbone en 2050, Greenpeace France et l’Institut Rousseau ont mis en commun leur expertise technique pour apporter leur contribution à un débat majeur : celui du coût de l’énergie et plus spécifiquement celui de l’électricité bas carbone.

Dans un rapport intitulé “Les coûts actuels des énergies électriques bas-carbone” publié ce jour, Greenpeace France et l’Institut Rousseau proposent d’analyser les coûts liés aux installations existantes offrant pour la première fois un chiffrage objectivé permettant une comparaison des coûts par MWh. Ils proposent ici une analyse des coûts actuels des principaux moyens de production d’électricité bas carbone : nucléaire (existant et EPR de Flamanville), éolien et photovoltaïque, ainsi que leur impact sur le réseau.

NB : Le périmètre de cette étude n’est pas exhaustif : il ne traite pas des installations “futures” (SMR, EPR2 etc) mais se concentre sur les moyens de production “existants” qui émettent peu de gaz à effet de serre tout au long de leur cycle de vie et qui sont amenés à jouer un rôle central dans le renouvellement et le développement de la production d’électricité en France métropolitaine.
L’énergie hydraulique n’est ainsi pas traitée car son déploiement est d’ores et déjà relativement proche du maximum.
L’éolien en mer flottant, bien que voué à jouer un rôle dans les prochaines décennies, n’est pas non plus considéré du fait du manque de recul actuel sur cette technologie.
En revanche, l’EPR de Flamanville a été intégré au calcul bien qu’il ne fonctionne pas encore et qu’aucune certitude n’existe sur le respect de la date prévue de mise en service en 2023. En construction depuis 2007, il est la tête de série de la technologie EPR en France et enchaîne les déboires : alors que son coût initial était estimé à 3,3 milliards d’euros et qu’il devait être mis en service en 2012, le chantier accumule plus de 10 années de retard et le coût total du projet a été multiplié par 6.



A TELECHARGER | Les coûts actuels des énergies électriques bas-carbone_Greenpeace France et Institut Rousseau_Novembre 2021







(Crédits photographiques : © Jeronimo Acero / Greenpeace)