Avec une bonne semaine de retard sur le calendrier initialement annoncé (et mê

Climat

Débat sur l’énergie « tout est sur la table » parait-il. Nous sommes sur le terrain

Avec une bonne semaine de retard sur le calendrier initialement annoncé (et même 4 mois de retard sur la promesse du candidat Hollande), le débat national sur la transition énergétique a officiellement démarré ce 29 novembre au ministère de l’Écologie. Débat auquel Greenpeace a choisi de ne pas participer (voir : Débat sur l’énergie : nous ne serons pas à l’intérieur).

Les médias (et certains participants du débat) ont retenu que Greenpeace faisait une « politique de la chaise vide », en raison de la composition du comité de pilotage. C’est réducteur. C’est faux. Le problème est plus profond.

Un débat sans objet, une organisation floue

Greenpeace a participé assidûment aux rendez-vous préparatoires. Nous avons rencontré la ministre et son équipe. Nous avons « joué le jeu » … Mais voilà. Le nombre de questions sans réponses est alarmant.

Pourquoi enfermer la question nucléaire dans la fermeture unique de Fessenheim ? Pourquoi laisser dépérir les filières renouvelables ? Pourquoi éviter le sujet des transports pourtant clé dans la problématique énergétique ? Pourquoi s’acharner sur le projet Notre-Dame-des-Landes, issu d’un autre âge ?

Le comité de pilotage et le Gouvernement ont beau déclarer que « tout est sur la table« , qu’il « n’y a a pas de questions tabous« , ces dossiers sont restés sans réponses, malgré notre volonté de les aborder.

Quant aux « règles du jeu » pour reprendre les éléments de langage du ministère, elles sont pipées : comment mener un débat équitable, ouvert, transparent, quand le comité de pilotage est présidé par la ministre elle-même, juge et partie. Que ce comité reste composé, pour le collège entreprises, de deux représentants des acteurs du CAC 40 uniquement qui ont fait carrière dans les secteurs du nucléaire, de l’automobile ou encore de la cimenterie. Que ce comité se fait sans représentation des PME, ou des filières de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Nous n’avons plus confiance dans la volonté de ce gouvernement d’engager la France dans sa nécessaire transition énergétique. Et ce n’est pas son attitude sur Notre-Dame-des-Landes ou les nouvelles prises de parole sur les schistes qui vont nous faire changer d’avis… La vision qu’il défend actuellement appartient au passé.

Être présent là où nous sommes forts : à l’extérieur

Nous ne refusons ni le débat ni la discussion. Mais nous voulons un débat qui aborde les bonnes questions.

Pour illustrer l’un des manques du débat, une dizaine d’activistes de Greenpeace ont déployé hier matin à la centrale du Tricastin une banderole de 60m² sur laquelle on pouvait lire “Tricastin en zone sismique, on en parle vraiment !”.
Comme celle du Bugey, celle de Gravelines ou par exemple celle du Blayais, la centrale de Tricastin cumule les risques : plus de 30 ans comme Fessenheim, sismicité élevée, risque d’inondation, 5 sites Seveso à proximité, zone à risque d’incendie …

Nos militants étaient également présents hier, à l’accueil du ministère. Avec un message simple : Et si on parlait vraiment ?

Greenpeace ne participera pas au débat “dans les salons” mais sera bien présente pour défendre sa vision de la transition énergétique sur le terrain avec sa capacité d’interpellation, d’action et de mobilisation.

Commentaires (68)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

folienucléaire

Polluman, comme d'autres, a peur de faire quelques trous dans un jardin ou sous un parking, trous de tout petit diamètre, à peine plus profonds que le gros trou creusé pour poser une fosse sceptique ou pour un puits Canadien pour pompe à chaleur, ou celui pour des fondations sur des pieux, sans danger catastrophique énorme, mais il a toute confiance pour continuer et développer le nucléaire, qui pourtant radioactive et fait évacuer toute une région pour des siècles dans une catastrophe de type Fukushima, inévitable tôt ou tard en France, vu que, nous Français, ne pouvons pas être infaillibles à perpétuité, mieux que les Japonais, dans le nucléaire sans aucune assurance pour plus de 1000 milliards de dégâts !! Lorsque cela sera arrivé en France, il sera trop tard !!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Pugnetta

Si je ne me trompe pas, une centrale nucléaire fonctionne grâce à du personnel. Sans eux je crois savoir que tout sauterait assez vite. Que se passerait-il si pour une raison quelconque une sérieuse épidémie survenait, impossible me direz-vous, dieu nous a faits invincibles, ou bien encore le barrage de Vouglans en zone sismique qui cède envahissant jusqu'à Lyon sous 6 mètres d'eau en passant pas le Buggey où se trouve la centrale avec 9 mètres d'eau, impossible si un tremblement de terre survient on mettra les sismologues en prison, ou encore un petit astéroide, il n'y en a qu'u cinéma me direz-vous. Les défenseurs du nucléaire sont dans l'irrationnel total et ont décidé que rien ne peut arriver. Pourtant si pour une raison quelconque même temporaire, pas d'hommes pour faire marcher ces merdes et c'est une catastrophe définitive. Franchement comment peut on penser être invincible à ce point, le manque de culture, un égoisme pathologique ?

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

jpm59fr

Green peace découvre la conception de la concertation et de la discussion des socialistes : je provoque une réunion, je créé une commission, je décide de tout avant, je fais semblant de discuter, j'applique ce que j'avais décidé avant. Ça je l'ai découvert il y a 35 ans dans l'action militante ét rien n'à changé. Alors oui boycottons les discussions de salons Parisiens (et de province aussi d'ailleurs), boutons leur la pression sur le terrain, et espérons qu'à la prochaine échéance électorale on ne sera plus obligé de voter pour ces collabos de classe sociaux libéraux comme on a dû le faire il y a 6 mois pour virer qui vous savez....

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.