Signez la pétition

Pas d’argent public pour les fermes-usines !

Pas d’argent public pour les fermes-usines !

Les fermes-usines sont une menace pour l’environnement et notre santé. Elles polluent les eaux et l’air, nuisent à la biodiversité et contribuent au réchauffement de la planète, en plus de mettre en danger les élevages à taille humaine. En France, il y en a déjà beaucoup trop et il faut que ça cesse.

Demandez au ministre de l’Agriculture de couper court aux subventions qui financent l’élevage industriel. L’argent public doit servir la métamorphose de notre modèle agricole. Signez notre pétition.

En cliquant sur "Je signe", vous acceptez de recevoir des communications et des formes d'engagement de la part de Greenpeace via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données resteront strictement confidentielles ; elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. La désinscription est possible à tout moment.

La menace fermes-usines

Comme partout en Europe, en France, les fermes-usines pullulent. Cette carte de France des plus grandes fermes-usines vous permettra de savoir s’il y en a près de chez vous. Mobilisons-nous pour dire stop à ce modèle d’élevage qui menace l’environnement et notre santé.

Des fermes-usines partout en France

Les fermes-usines sont le symbole de l’élevage industriel. Elles se caractérisent par la présence d’un grand nombre d’animaux sur une surface trop petite pour produire leur nourriture et/ou épandre sans risque le lisier ou fumier qu’ils ont produit.

Peu de régions sont épargnées par les fermes-usines : elles sont présentes dans 90% des départements français. A partir d’une base de données du ministère de la Transition écologique et solidaire, nous avons recensé sur le territoire français 4413 fermes-usines réparties dans 2340 communes.

carte fermes-usines

Le Grand Ouest, notamment la Bretagne, est particulièrement menacé par ce système des fermes-usines. Rien que dans les départements des Côtes d’Armor, du Morbihan et du Finistère, on trouve 1720 fermes-usines ! Cette concentration est loin d’être sans conséquence puisque c’est aussi la région la plus confrontée au problème de la pollution de l’eau par les nitrates.

1 % des fermes françaises produisent plus de la moitié des porcs, poulets et œufs produits en France. 1 % seulement ! C’est cette utra-concentration de l’élevage qui conduit à la multiplication des fermes-usines dans nos champs. Au total, en 2017, ces fermes-usines ont touché directement 48 millions d’euros de la Politique agricole commune. C’est donc notre argent qui finance ce modèle d’élevage destructeur. Il faut que ça cesse !

Pas d’argent public pour les fermes-usines !

Les fermes-usines sont une menace pour l’environnement et notre santé. Elles polluent les eaux et l’air, nuisent à la biodiversité et contribuent au réchauffement de la planète, en plus de mettre en danger les élevages à taille humaine. En France, il y en a déjà beaucoup trop et il faut que ça cesse.

Demandez au ministre de l’Agriculture de couper court aux subventions qui financent l’élevage industriel. L’argent public doit servir la métamorphose de notre modèle agricole. Signez notre pétition.

En cliquant sur "Je signe", vous acceptez de recevoir des communications et des formes d'engagement de la part de Greenpeace via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données resteront strictement confidentielles ; elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. La désinscription est possible à tout moment.

Focus sur 3 fermes-usines et leurs impacts

 

A Lescout, 185 000 poules menacent la santé des habitants. En savoir plus

A Landunvez, 26 000 porcs et des eaux polluées. En savoir plus

A Escoubès, 402 habitants et bientôt 37 000 porcs ? En savoir plus

Méthodologie

Pour illustrer l’élevage industriel en France et identifier les fermes-usines présentes sur le territoire, nous avons eu recours à la base de données la plus complète disponible à ce jour, celle des installations classées du ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES). La liste nous a été fournie le 7 novembre 2018 par le MTES et correspond à une version actualisée à cette date.

Elle représente toutes les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) en bovins, porcins et volailles qui sont soumises à autorisation et en fonctionnement. Plus concrètement, cela correspond aux fermes-usines qui dépassent les seuils suivants :
- plus de 750 emplacements pour les truies
- plus de 2000 emplacement pour les porcs de production (de plus de 30 kg)
- plus de 40 000 emplacements pour les volailles
- plus de 400 vaches laitières
- plus de 800 animaux pour les élevages de veaux de boucherie et/ou bovins à l'engraissement

Cette liste n’est pas nécessairement exhaustive mais elle donne un bon état des lieux des fermes-usines existantes en France aujourd’hui.