Dites non aux fermes-usines en France !

Les animaux s'entassent et les problèmes aussi.

Pétition
Merci d'avoir signé :
PascaleCorinneJean PierreMarieJicelyneMoniqueJeanMaryseMaryleneJean-PaulYvetteAurélieDanieleBeatriceMarieLauraLouisaVeronicaLailaChristine

Partout en France, au cours de ces derniers mois, la colère paysanne a explosé au grand jour, renvoyant dos à dos écologistes et monde paysan. La crise agricole et la crise écologique ont pourtant les mêmes racines : un système agro-industriel vorace et destructeur ! Il est aujourd’hui urgent de transformer en profondeur notre modèle d’élevage au profit de fermes écologiques de petite taille et plus nombreuses. Ensemble, mobilisons-nous pour lutter contre les fermes-usines, symboles de cette agriculture dépassée. Comment ? En poussant le gouvernement à adopter un moratoire pour stopper la construction ou l’agrandissement de fermes-usines en France. Signez maintenant cette pétition pour lui donner plus de poids !

Les fermes-usines, symboles de l’élevage industriel, nous conduisent droit dans le mur. Environ 60% des animaux d'élevage sont concentrés dans 3010 fermes-usines*, qui ne représentent que 3% des fermes d'élevage en France.

Ces méga-exploitations qui comptent des centaines de milliers d'animaux entassés sont un danger environnemental, sanitaire et social :

  • Un fléau pour l'environnement : en France les fermes-usines polluent nos sols, l’eau, et l’air que nous respirons (pollutions aux nitrates et à l’ammoniac).
  • Un fléau pour les forêts : en important massivement du soja d’Amérique du Sud pour alimenter les animaux d’élevages industriels, les fermes-usines aggravent la déforestation.
  • Un fléau pour notre santé : l’usage excessif d’antibiotiques pour les animaux entassés a des conséquences dramatiques sur la santé humaine puisqu’il développe notre résistance aux antibiotiques. Le confinement des animaux augmente aussi le risque de zoonoses, des maladies qui se transmettent de l’animal à l’être humain, comme la grippe aviaire.
  • Un fléau pour les paysans et les paysannes : ces méga-fermes menacent l’existence même de modèles paysans et accélèrent la disparition des fermes à taille humaine. Les éleveurs perdent peu à peu leur autonomie en se retrouvant pieds et poings liés à l’agro-industrie et à la grande distribution.
  • Un fléau pour les animaux : des centaines de vaches, des milliers de cochons et des dizaines de milliers de volailles sont entassés dans des bâtiments, sans aucun respect de leur comportement naturel ni de leur bien-être.

Ces méga-fermes, qui n’ont de ferme que le nom, sont l’incarnation d’un modèle d’élevage à bout de souffle. L’élevage industriel n’a comme seul objectif la rentabilité et le profit.  Nous devons y mettre un terme. 

Il est urgent de transformer en profondeur ce mode de production. Une autre forme d’élevage est possible : adaptée à son territoire, qui respecte les limites planétaires, basée sur les pratiques de l’agroécologie et qui permet l’autonomie des paysans. Nous devons produire et consommer les produits d’origine animale différemment : moins et mieux.

Signez cette pétition et soutenez ainsi notre demande de suspension de tout projet de construction ou d'extension de fermes-usines en France. Trop c’est trop !

Pour transformer notre modèle d’élevage, nous demandons de : 

  • Mettre un terme à la course à l’industrialisation de l’élevage en instaurant un moratoire sur les fermes-usines en France. Cela permettra d’entamer une sortie de ce système agro-industriel et de développer d’élevages écologiques.
  • Mieux répartir et organiser l’élevage sur le territoire  : les fermes d’élevage doivent être connectées et adaptées aux spécificités de leurs territoires.
  • Subventionner le renforcement et le développement de l’élevage écologique, notamment l’élevage biologique, et un un soutien à l’installation renforcé pour les systèmes de polyculture-élevage.
  • Soutenir et développer les filières végétales (fruits et légumes frais biologiques, légumes secs et légumineuses) pour l’alimentation humaine.
  • Réformer notre système alimentaire en favorisant l’accès à la consommation de produits végétaux notamment dans les cantines scolaires.

Signez cette pétition dès maintenant et agissons ensemble pour un modèle d’agriculture plus durable !

* Sources : chiffres issus de l'analyse de la base de données des ICPE d'élevage transmise par le Ministère de la Transition écologique en janvier 2023, GraphAgri 2022, Note du MAA intitulée " Le bien-être et la protection des volailles de chair" et Fiche technique sur le poulet de chair du Point Vétérinaire.