Ségolène Royal a présenté ce matin les grandes lignes de la loi sur la trans

Climat

Transition énergétique, quelle transition énergétique?

Nucléaire : ce projet vous est offert par EDF

Ségolène Royal a présenté ce matin les grandes lignes de la loi sur la transition énergétique. Si le projet de loi reste tel qu’annoncé, soit sans limite d’âge pour les réacteurs nucléaires ni mécanisme de fermeture, la transition énergétique promise n’aura pas lieu…

Ce projet de loi, c’est quand ?

Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique était très attendu … et depuis longtemps déjà ! Car le candidat Hollande, élu président, s’est quelque peu précipité dans ses annonces notamment lors de la première conférence environnementale, persuadé qu’une loi de programmation énergétique serait rédigée et votée (!) en peu de temps.

Les couacs se sont multipliés sur les échéances : Ségolène Royal a contredit Matignon ce dimanche 8 juin : alors que les service du Premier ministre annonçaient vendredi que la loi de programmation serait mise à l’agenda parlementaire en 2015, la ministre de l’Écologie a assuré, lors d’un déplacement, qu’elle restait programmée pour une adoption à l’automne 2014.

Après la communication en conseil des ministres de ce jour, le projet est transmis pour avis au Conseil économique, social et environnemental (CESE) ainsi qu’au Conseil national de la transition écologique (CNTE). Le 11 juin a eu lieu la saisine du CESE par le Premier ministre sur l’avant-projet de loi relatif à la Transition énergétique. Deux sections du CESE, respectivement de l’Environnement et des Activités économiques, présenteront un seul avis qui sera soumis en plénière le 9 juillet prochain. Il est prévu que le CESE auditionne Ségolène Royal ce 19 juin, même si cette audition n’est pas confirmée dans les agendas.

C’est seulement alors que la « navette parlementaire » pourra être envisagée.

Ce projet de loi, c’est quoi ?

C’est un projet de « loi de programmation » ou loi de programme…
Selon la définition, elle est donc censée : « décrire les objectifs que se fixe l’État dans un domaine (enseignement, dépenses militaires…) pour les années à venir, et les moyens financiers qu’il envisage d’y consacrer. Cependant, les crédits correspondants ne peuvent être ouverts que par une loi de finances. » (voir la définition sur le site de l’Assemblée nationale)

Ce projet de loi, que dit-il ?

Aucun élément dans la loi ne garantit que la promesse phare de François Hollande de réduire la part du nucléaire à 50% en 2025 sera tenue.
En effet, la loi ne propose aucun mécanisme clair permettant de fermer des réacteurs nucléaires.
Des études récentes ont montré que leur prolongation au-delà des 40 années de fonctionnement pourrait coûter aux alentours de 4,4 milliards d’euros par réacteur ce qui rendrait le nucléaire définitivement moins compétitif que les énergies renouvelables. Lire sur le sujet notre billet : Très cher nucléaire

Graph_09_WEB_1280

Le bon sens économique et environnemental voudrait que le gouvernement plafonne à 40 ans maximum la durée d’exploitation des réacteurs nucléaires. Sans décision claire sur ce point, comme l’a souligné la Cour des comptes, l’État laisse EDF imposer aux Français sa coûteuse obstination pour le nucléaire.
Les responsables politiques ne se donnent donc pas les moyens de faire sauter le verrou du nucléaire en France, menaçant dès lors le développement des énergies renouvelables et la promesse présidentielle.

Revenons sur les déclarations d’Henri Proglio lors du colloque de l’Union française de l’électricité du 17 juin 2014 à propos du projet de loi :

« On a beaucoup travaillé en commun avec le gouvernement et les administrations compétentes. On a eu la possibilité d’émettre un certain nombre d’idées, de préoccupations. […] Je ne le sens pas mal. Je n’ai pas de raison de douter une demi-seconde du fait que ce texte devrait aller dans le sens de l’intérêt du pays et donc nous convenir parfaitement. »

En juillet 2013, nous publiions le premier volet de notre enquête sur les décideurs de l’énergie en France et posions la question : qui décide de la politique énergétique de la France ? Aujourd’hui la question ne se pose plus. C’est bien EDF.

Énergies renouvelables et émissions de CO2 : un manque d’ambition

Concernant les objectifs de développement des énergies renouvelables en France et de réduction des émissions de CO2, ceux-ci sont clairement décevants à l’image des positions prises par l’Hexagone au sein des négociations européennes en cours.

Pour être un leader européen, la France aurait dû pousser un objectif de 45% de renouvelables d’ici à 2030 dans le mix énergétique français alors que dans le projet de loi aujourd’hui l’objectif est de 32%. C’est un mauvais signal qu’envoie une nouvelle fois la France à ses partenaires diplomatiques alors que notre pays s’apprête à accueillir la COP en 2015.

Comme l’a récemment rappelé la Cour des comptes, nous sommes au pied du mur et ne rien décider aujourd’hui c’est décider d’étendre la durée de fonctionnement des réacteurs nucléaires.

C’est donc imposer aux Français les coûts et les risques afférents, au détriment de la transition, des bénéfices économiques et sociaux qui y seraient associés.





Commentaires (45)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

eboiro

La transition énergétique passe d'abord par une réduction drastique de la consommation (électrique ou non) avec moins de gaspillage: (isolation, locaux chauffés et lumière allumées hors periodes utiles,..; vie plus sobre) et plus d'éfficience (rendement des moteurs); ensuite par chauffer passivement au soleil nos habitations avec des toits a effet de serre; enfin combiner les énergie renouvellable au niveau local et si possible global en minimisant au possible le recours au stockage et au transport. Et commencer aussi par augmenter le prix de l'électricité en France au niveau de ses voisins (car artificiellement bas avec le nucléaire, couts cachés, et surtout FREINE la concurentialité des ENR). Cet avantage de prix ne se retrouve étrangement pas en avantage de compétitivité! Idem dans une certaine mesure pour le prix du pétrole. On ne mesure pas assez le cout de l'énergie, et tant que le prix de notre facture d'energie (individu, sociétés) ne pèsera pas assez par rapport au cout de l'alimentaire, du confort et du loisir, ca n'incite pas à se dire qu'il est temps changer de moins consommer, moins gaspiller ou mieux utiliser, quitte à modifier notre mode de vie. Et aussi, puisque le nucléaire n'en a plus que pour 70-80ans!, transferer une bonne partie de la R&D du nucléaire (70% des subventions de recherche fondamentale sur l'énergie en France!) vers les ENR (voire un peu de la fusion nucléaire, mais alors très peu: sans grande perspective avec ce que ca a déjà couté $$$$... comme jadis pour la fission dont le cout R&D fut compté pour nos imports plus qu'intégré au prix de l'energie nucléaire!) J'insiste sur les techniques solaires thermiques: elles sont les plus simples et efficaces (99% de conversion primaire), sous réserve de valoriser au maximum la chaleur directement (qui représente 2/3 de la conso d'énergie) plutot que vouloir la convertie en électricité ou autres formes plus "nobles" au prix d'un rendement plus ou moins désastreux pour la stocker et transporter (pas bien d'ailleurs) et in fine la redégrader en chaleur. D'autant que la chaleur se stocke correctement (pas pire que l'électricité!). C'est plutot pour le 1/3 d'énergie necessaire sous formes d'energies plus 'évoluées', à commencer par l'électricité devenue la sacrosainte solution à tout (parfois à tord, dispensieusement), qu'il nous faudrait inventer un 'mix énergétique' d'hydroélectrique, de nucléaire (eh oui un peu), et des ENR (thermoélectrique à cycle stirling, ORC,...): ces dernières existent et fonctionnent bel et bien mais demandent une vraie volonté et des efforts pour les instaurer dans un modèle économique trop conditionné par les energies fossiles. Car il ne suffira pas (ou sera trop tard) de faire confiance au marché qui certes devrait orienter vers les ENR comme l'explique Oeildecain. Ni attentisme, ni révolution, mais une transition assez radicale s'impose. En outre, développer l'architecture solaire, les panneaux et centrales solaire thermique et thermoélectrique ne ferait pas que résoudre une partie essentielle de l'équation énergétique!: elle stimulerait l'économie des matériaux (verre, PMAA, béton, noir, fluides caloporteurs) et équipements (turbines), déjà existants et satisfaisants pour ca, ce qui n'empechera pas de les optimiser (dopants, stabilisants, fluidifiants, nanoparticules,...). Et corollairement l'emploi des fabricants amont de matériaux et turbines, et l'emploi pour installer ces systèmes solaires. Une richesse qui demande un investissement bien plus limité et qui sera plus partagée par et dans toutes les sociétés comparée aux solutions hitech du nucléaire, de photovoltaique, de l'hydrogène, ou de la fusion!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Dany49

J'aimerai savoir comment a été établi le graphique publié plus haut concernant les coûts de production du MWh électrique des différentes sources d' énergies.Il est complètement fantaisiste, comme d'habitude avec GREENPEACE. Quel est le contenu carbone du MWh de chaque source.(y compris la délocalisation de la frabrication du matériel) D'où viennent ces chiffres? De même, j'aimerais bien voir un comparatif de prix de l'électricité détaillé entre la France et ses voisins.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

antiEDF

J'habite en Allemagne et j'en ai marre de voir ce pays sans cesse villipendé dans les discussions francaises (les méchants Allemands qui émettent du CO2). Oui, ils ont réouvert des centrales à charbon, temporairement, parce qu'après Fukushima ils ont voulu accélérer leur sortie du nucléaire. Mais pourquoi ne parle-t-on pas de nos déchets nucléaires, alors qu'on nous rabache les oreilles avec leur CO2? Dans le jeu difficile des comparaisons, soyons au moins honnêtes. Munich est la 1ère ville de plus d'1 million d'habitants dans le monde à être fournie entièrement en énergies renouvelables, et je recois chaque année une lettre de mon fournisseur d'électricité qui m'annonce de combien le prix de mon électricité va être REDUIT l'année prochaine. Quand j'habitais en France, EDF ne m'a jamais envoyé ce genre de lettre... Alors stop avec vos discours sur "on ne peut pas arrêter le nucléaire", "on ne peut pas passer au 100% renouvelable", "ca va faire augmenter le prix de l'électricité" etc etc etc. L'Europe a passé le cap des 50% d'NRJ renouvelable en 2014, et la mainmise d'EDF qui réussit encore à faire croire à la majorité de nos concitoyens que "nous produisons une énergie peu chère et bonne pour l'environnement que le monde entier nous envie" disparaitra un jour. On ne peut que souhaiter que ce soit le plus vite possible, et si possible avant un accident nucléaire. Ca signera certainement l'entrée de France dans l'ère moderne de l'énergie, que les (méchants) Allemands ont faite il y a environ 15 ans. Et la fin des privilèges d'EDF, sur les coûts desquels on pourrait se pencher aussi avec profit... A bon entendeur.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.