Alors que la catastrophe nucléaire est toujours en cours, Jean-François Jullia

Nucléaire

« Privés de nos terres » – agriculteurs à Fukushima

Alors que la catastrophe nucléaire est toujours en cours, Jean-François Julliard est en ce moment à Fukushima au Japon. Invité par le bureau de Greenpeace sur place, il rencontre des habitants, des agriculteurs de la zone sinistrée de la centrale.

Ce lundi, alors que la neige continue de tomber sur la préfecture de Fukushima, nous sommes allés à la rencontre d’agriculteurs du village d’IItate, situé à 39 km au nord-ouest de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

Ce sont leurs témoignages que je souhaite partager aujourd’hui, parce que c’est leur souhait : que le plus grand nombre de personnes sachent.

Des hommes en colère

Kenichi Hasegawa est fermier dans la région de Fukushima. Il vit à une trentaine de kilomètres de la centrale nucléaire. Depuis la catastrophe il se sent investi d’une mission : celle de raconter son histoire et de la faire connaître au monde entier. Avant, son village était un havre de paix, en pleine nature. Depuis, les zones interdites se sont multipliées, les terrains abritant des matériaux contaminés ont remplacé les champs. De toute manière, les champignons et légumes qui y poussaient ne pouvaient plus être consommés.

20140217_111743
M. Hasegawa est en colère.
En premier lieu contre le gouvernement qui a caché la vérité aux habitants. Pendant un mois entier, après la catastrophe, les officiels ont nié la réalité et tenté de rassurer la population locale en disant que le taux de radioactivité était normal. Et puis, soudainement, fin avril 2011, le ton a changé et il fallait évacuer les lieux immédiatement. Trop tard, rappelle le fermier. Tout le monde avait été exposé pendant plus d’un mois. Mais comme personne n’était équipé d’un dosimètre, impossible de connaître précisément les doses reçues par les habitants.
Trois ans après, l’amertume reste vive : « Aujourd’hui le gouvernement ment sur le travail de décontamination comme il l’a fait sur l’exposition aux radiations juste après la catastrophe« . M. Hasegawa explique que les postes de mesures de la radioactivité installés par les autorités dans les rues de son village, Iitate, ne sont pas fiables. « Juste à côté des postes, on mesure 0,9 micro-sieverts par heure. Mais si on s’éloigne de dix mètres, ça monte à 2,4 μSv et à 20 mètres, on dépasse 3 μSv. Ca montre qu’ils ont décontaminé juste autour des postes mais rien de plus« .
Plus grave encore, à Iitate, les autorités viennent de proposer de monter le seuil officiel de 1 milli-sievert par an (seuil acceptable reconnu dans le monde entier) à 5 milli-sievert. Peu importe les risques pris par la population. Quand M. Hasegawa interroge sur les raisons de l’augmentation de ce seuil, on lui répond que si on reste au taux de 1, alors la décision officielle permettant le retour dans le village pourrait ne pas avoir lieu avant 10 ou 20 ans. Pour un gouvernement qui souhaite relancer rapidement des réacteurs, ce délai est impossible à faire accepter à la population.

Un sentiment d’abandon

Hiroshi Kanno, lui aussi agriculteur dans le village d’Iitate, a perdu espoir. Il ne voit plus ses petits-enfants qui ont peur de venir dans la région. « Pourquoi doit-on souffrir autant ? Le Japon ne vient pas en aide à ses propres citoyens. Nous, habitants de la préfecture de Fukushima, avons l’impression que le pays se moque de notre sort et que nous ne comptons pas« .

20140217_125702
Pour M. Kanno, seul un autre accident dans le pays rendrait le nucléaire totalement inacceptable pour la population. « De toute manière, nous n’aurons plus d’autre endroit où habiter« , ajoute-t-il, dans son désarroi.

Les deux hommes ont en commun d’avoir été privés de leurs terres. Et par la même occasion de leur travail et de leur moyen de faire vivre leurs familles.
Leur colère est vive parce qu’ils savent que cette situation aurait pu être évitée si le gouvernement avait fait d’autres choix pour alimenter le pays en énergie.
« Les humains ont détruit la nature à Fukushima. C’est notre responsabilité. Nous n’en connaissons pas encore toutes les conséquences mais un jour ou l’autre nous aurons à les affronter » termine M. Kanno avant de reprendre la route pour rejoindre l’appartement qu’il habite dans la ville de Fukushima depuis qu’il a dû quitter la maison familiale dans son village contaminé.

à suivre…





Commentaires (19)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Ève

Ce témoignage m'a beaucoup touché, car de toutes les choses qui peuvent s'être passées ces derniers temps, l'histoire de Fukushima est la plus terrible. Une fois que de la terre est touchée avec un produit chimique ou qlq chose de dangereux, la terre est, sincèrement, foutue. Toutes leurs récoltes sont anéanties. J'envoie du courage à ces gens qui ont vécus d'horribles aventures ! :-)

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Reba Stanback

Je tenais a vous remercier et au plaisir de lire vos prochains articles. http://jeuxetjouetsenfant.wordpress.com/

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Desombre

Pour bien comprendre l'horreur nucléaire en général, scientifiquement, objectivement, il faut réviser des notions de base. Par exemple, les médias se trompent souvent quand ils parlent de la durée de vie des isotopes. Ils confondent demi-vie (période) et durée de vie. Et c'est pas du tout du tout pareil. On lit ou entend souvent des "durées de vie" de 24.000 ans. Mais erreur, il s'agit de la période, la demi-vie d'un isotope, le temps pour diviser par deux sa quantité. Ça veut dire qu'en 100.000 ans, il restera encore 12% du stock de départ, ce qui est encore beaucoup. Bref, pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur la page :http://www.pierreverte.com/index.php?option=com_content&task=view&id=139&Itemid=196. Là, il y a de l'info, de la vraie.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE