Une enquête de Greenpeace réalisée dans trois concessions de Papouasie Nouvel

Forêts

Papouasie Nouvelle Guinée : des compagnies forestières exploitent les populations locales

Une enquête de Greenpeace réalisée dans trois concessions de Papouasie Nouvelle Guinée révèle que des compagnies forestières exploitent les populations locales et pillent les ressources forestières. Des témoignages recueillis au sein de villages isolés font état de cas de travail forcé sur les concessions de Turama Forest Industries (TFI), Rimbunan Hijau Group et Ribunan Hijau (RH).

Destruction de sites sacrés, absence d’infrastructures pourtant promises par les compagnies forestières, défaut d’entretien des routes, des écoles, absence de matériel médical ou de médicaments, salaires de misère, travailleurs ayant des dettes à vie envers leurs employeurs, sécurité au travail défaillante… autant de maux qui sont le quotidien des habitants des forêts de Papouasie Nouvelle Guinée.

« Le sentiment général recueilli par Greenpeace auprès des propriétaires terriens est que ces compagnies forestières volent les ressources et exploitent les populations locales tandis que le gouvernement ferme les yeux sur ce scandale, explique Sam Moko, chargé de campagne Forêts à Greenpeace. Beaucoup de questions se posent aussi sur la légalité de leurs opérations et sur le processus d’attribution des permis d’exploitation forestière. »

Des bulletins de salaires transmis à Greenpeace montrent que des salariés travaillent de très longues journées pour un salaire de misère. L’argent qui leur est versé retourne ensuite, pour la plupart, directement à l’employeur. En effet, au sein des concessions, ces entreprises forestières ont ouvert des magasins où se pratiquent des prix très élevés. Ne parvenant plus à trouver de nourriture près de leurs habitations du fait de la déforestation, les employés sont contraints de se fournir à crédit dans ces magasins onéreux, rentrant ainsi dans le cercle vicieux des dettes à vie envers leurs employeurs.

La Banque Mondiale estime que 70% de la déforestation est illégale en Papouasie-Nouvelle Guinée. Greenpeace considère, de son côté, que ce chiffre s’élève même à hauteur de 90%, de très nombreux licences d’exploitation forestière étant obtenues sans le consentement éclairé des propriétaires terriens.

Commentaires (4)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Virginie, Greenpeace France

Bonjour Isabelle, Pas besoin de casser les soirées pour lutter contre la déforestation ! C'est très chouette d'en parler au plus grand nombre pour qu'ils soient informés des désastres de la déforestation auprès des populations autochtones et sur la biodiversité. Tu peux aussi dire à ton entourage que des choses concrètes peuvent être faites comme signer la pétition pour demander aux commissaires européens de réglementer le commerce de bois dans l'Union europénne et interdire l'entrée du bois illégal sur le marché européen, par exemple. Ou encore, encourager les collectivités à n'acheter que du bois FSC, le seul label qui garantisse un bois issu d'une gestion durable des forêts... Comme le dit François, il existe des groupes locaux de Greenpeace un peu partout en France que tu peux rejoindre pour lutter contre la déforestation, les changements climatiques ou la dissémination des OGM.....et qui seront contents de t'accueillir dans leurs rangs ! http://www.greenpeace.org/france/groupes-locaux/ Et il y a plein d'autres moyens de faire passer la bonne parole ou d'agir pour l'environnement: devenir cyberactiviste, par exemple, ou bénévole au siège parisien de Greenpeace. Tu retrouveras tout cela dans la rubrique A vous d'agir du site internet : http://www.greenpeace.org/france/getinvolved A bientôt ! Virginie (Greenpeace)

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Véro

Malheureusement, ce comportement est typique des exploitations forestières. En Afrique ou en Amérique du sud les problèmes sont identique. c'est une forme de colonisation moderne. Isabelle, continue d'en parler, car c'est en faisant circuler l'information que les choses peuvent bouger.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

francois

Bonjour Isabelle - moi aussi je suis "petit" (d ailleurs aux sens propre et figuré). Mais nous sommes plus de 110'000 "petits" soutenant Greenpeace en France, et plus de 3 millions adherent a Greenpeace au niveau mondial. Ce sont tous ces "petits" ensemble qui permettent a notre association d agir efficacement et de se faire entendre du gouvernement. Bien sur que tu peux nous aider sur le terrain, par exemple en rejoignant les militants-benevoles d'un Groupe Local proche de chez toi. Nous avons besoin de tous les "petits" de bonne volonte afin de raisonner les "grands" de mauvaise volonté.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES