Vue aérienne de la zone humide du Pantanal. - Vue aérienne du Pantanal.

Forêts

Le Pantanal, la plus grande zone humide du monde

Forêts

Une multitude de lacs, de lagons, de fleuves et de tourbières dessinent les paysages de la plus grande zone humide du monde : le Pantanal. Situé juste en dessous de la forêt amazonienne, entre le Brésil, la Bolivie et le Paraguay, il abrite une biodiversité exceptionnelle. Bien qu’une grande partie de son territoire soit encore préservée, il est gravement menacé par l’élevage industriel.

Un écosystème unique qu'il faut préserver

Véritable réservoir de biodiversité, le Pantanal abrite une flore et une faune exceptionnelles. On y trouve 3500 espèces de plantes, ainsi que de nombreux mammifères comme la loutre géante, le tapir et le caïman. Plusieurs milliers de jaguars vivent également dans le Pantanal brésilien, sans compter les centaines d’espèces d’oiseaux, de poissons et de reptiles.

Les zones humides stockent efficacement le carbone, ce qui fait de ses tourbières des atouts essentiels dans la lutte contre le dérèglement climatique. 

Un écosystème doublement menacé

Aujourd’hui, bien que 84 % de sa surface soit encore préservée, le Pantanal est en danger à cause de deux grandes menaces : le réchauffement climatique et l’élevage industriel.  

Cette zone humide dépend des inondations, censées recouvrir 80% de ses plaines chaque année. Or actuellement, cette zone humide est l’écosystème d’Amérique du Sud le plus affecté par la sécheresse. En 2021, 82 % de son territoire a fait face à une méga-sécheresse, et selon certaines projections, ce phénomène est parti pour durer encore deux ans.

Durant la saison humide, l’eau recouvre de moins en moins de surface : alors qu’en 1985, elle recouvrait 5,9 millions d’hectares du Pantanal brésilien, en 2021, elle n’en recouvrait plus que 1,5 million. C’est le plus bas niveau jamais mesuré en 36 ans. Cette situation catastrophique menace profondément le Pantanal, dont l’équilibre repose sur les inondations qui permettent sa régénération.

Le réchauffement climatique n’est pas la seule menace qui pèse sur cette zone humide. Ces dernières années, l’élevage industriel a commencé à ravager les terres du Pantanal. En moins de 40 ans, le biome a perdu 12% de sa surface naturelle et la place laissée aux élevages bovins a presque triplé. On compte près de 3000 ranchs dans cette partie du Brésil, pour 3,8 millions d’animaux élevés.

Un espoir de le protéger ? 

Une réglementation européenne anti-déforestation est discutée depuis plusieurs mois. Avec un texte ambitieux et contraignant, on pourrait mettre fin à la déforestation importée à laquelle l’Europe participe en important et en commercialisant des produits à risque de déforestation.

Le Pantanal est un grand oublié de cette loi, qui ne protège pour le moment pas l’ensemble des écosystèmes terrestres menacés. Nous nous mobilisons depuis plusieurs mois pour que cela change et que cette réglementation tienne compte des régions comme cette zone humide ou comme la savane du Cerrado

Vous aussi, faites entendre votre voix ! Signez notre pétition et ensemble, mettons la pression sur nos responsables politiques pour les pousser à s’engager véritablement contre la déforestation. 

(Crédits photographiques : © Markus Mauthe / Greenpeace)