Alors que la catastrophe nucléaire est toujours en cours, Jean-François Jullia

Nucléaire

Fukushima, trois ans après, un voyage pour ne pas oublier

Alors que la catastrophe nucléaire est toujours en cours, Jean-François Julliard est en ce moment à Fukushima au Japon. Invité par le bureau de Greenpeace sur place, il rencontre les habitants, agriculteurs, de la zone sinistrée de la centrale.

Pourquoi venir à Fukushima, trois ans après la catastrophe ? Après tout, les informations abondent même s’il faut les vérifier sans cesse. Et les témoins de la catastrophe ont de plus en plus de mal à se souvenir précisément des moments les plus difficiles.

Si nous venons encore à Fukushima trois ans après la catastrophe nucléaire du 11 mars 2011 c’est pour ne pas oublier. Et pour montrer aux habitants que nous nous souvenons de ce qui s’est passé.

La plus grande crainte de la population locale est de tomber dans l’oubli le plus total. Le gouvernement, Tepco, l’opérateur de la centrale et beaucoup de responsables politiques voudraient que le monde oublie Fukushima. Ils voudraient que nos regards tournés brusquement vers cette partie du monde il y a trois ans, se dirigent maintenant ailleurs, vers d’autres préoccupations environnementales et humaines.

Notre devoir, en tant que représentants d’une organisation de protection de l’environnement et de l’homme dans son environnement, est justement de se souvenir et de continuer à raconter. Car la catastrophe nucléaire, environnementale, humaine continue, elle ne s’est pas arrêtée le 12 mars 2011.

C’est pour ça que je suis venu à Fukushima. Pour rencontrer des habitants, pour écouter leurs récits, pour tenter de les faire partager au plus grand nombre. Et, en échange, pour leur faire savoir qu’en France, nous n’oublions pas Fukushima.
Une organisation résolument anti-nucléaire comme l’est Greenpeace ne pourra jamais oublier Fukushima.

20140216_221615

Raconter encore et encore, être sur place pour témoigner

C’est le message que je vais faire passer à toutes les personnes que je rencontrerai : aux familles, aux agriculteurs, à cet ancien maire qui a dû faire évacuer sa ville en quelques minutes et à tous les autres témoins de Fukushima.

Je ne suis pas venu seul. Nous sommes une vingtaine, de Corée, d’Inde, d’Allemagne, de Pologne ou de France, venus à la rencontre de ces habitants. Nous voulons entendre et faire savoir. Jouer pleinement notre rôle de contre-pouvoir et de lanceur d’alerte. La catastrophe de Fukushima est loin d’être terminée. Et nous sommes là pour poursuivre le récit.

à suivre …





Commentaires (11)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

HALAIS

Comment oser parler d'une catastrophe nucléaire au passé quand ses effets néfastes sur la survie des hommes est négative sur de nombreux siècles ? A moins de dire que les expériences horribles des médecins nazis étaient positives puisqu'elles ont permis , et ceci est hélas vrai , d'améliorer très nettement la médecine obstétrique .

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

claire

Merci de faire passer le message à tous le monde car ses gens doivent se sentir seul face à cette catastrophe

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Christiane

D'accord pour vos actions de sensibilisation aux dangers du nucléaire ! Mais j'ai voulu signer une lettre-pétition que vous proposez , suite à l'article " Fukushima, 3 ans après..." et j'ai vu qu'elle était adressée à Claude Guéant, ministre de l'intérieur etc... Il faudrait peut-être mettre à jour !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE