Océans : premières plongées en eaux profondes sur le Récif de l’Amazone

Océans

Une équipe de six plongeurs professionnels vient de réaliser avec succès les toutes premières plongées en eaux profondes sur le Récif de l’Amazone, à une centaine de kilomètres des côtes guyanaises [1].

Ces premières plongées permettent d’obtenir davantage d’images du récif [2] ainsi que des échantillons biologiques, nécessaires aux scientifiques pour mieux comprendre cet écosystème encore mystérieux, notamment pour procéder à des analyses d’ADN. Seuls des plongeurs sont en mesure d’effectuer de façon efficace et sélective ces prélèvements qui seront traités directement dans le laboratoire de l’Esperanza par l’équipe de scientifiques à bord.

Corail mésophotique du Récif de l’Amazone (famille des Caryophylliidae). Photo prise à 100 mètres de profondeur. Crédit : Alexis Rosenfeld

Lien vers les photos de l’expédition : https://media.greenpeace.org/collection/27MZIFJ8C52SV

 

« Ces plongées sont particulièrement engagées : l’eau est chargée de sédiments provenant de l’Amazone, les courants sont très forts et nous n’avons aucune visibilité lorsque nous commençons à descendre », explique Alexis Rosenfeld, plongeur-photographe. « Nous atteignons le fond, à une centaine de mètres de la surface, en quatre minutes. Sous les faisceaux de mes éclairages, une oasis de vie apparaît. L’émotion m’envahit. Nous découvrons des poches de vie, trésors de biodiversité, explorées par l’être humain pour la toute première fois et dont le mystère reste encore entier. »

 

L’expédition de Greenpeace se déroule alors que la 51ème session du GIEC débute demain pour finaliser le rapport spécial sur les océans et la cryosphère [3], qui devrait souligner la nécessité urgente d’un traité mondial permettant une protection globale des océans.

« Nous nous attendons à ce que ce rapport confirme nos pires craintes : la crise climatique est aussi une crise des océans. L’une ne saurait être résolue sans résoudre l’autre », déclare François Chartier, chargé de campagne Océans pour Greenpeace, à bord de l’Esperanza.

Les océans jouent un rôle crucial dans le maintien de la vie sur Terre. Avec les calottes glaciaires, ils jouent un rôle essentiel dans la régulation de la température de notre planète, absorbant 90% de la chaleur excédentaire du système. En plus d’absorber 20 à 30% du carbone de l’atmosphère terrestre, les océans fournissent ou régulent la majeure partie de l’eau de pluie, de l’eau potable, de la nourriture et des systèmes météorologiques de la planète.

« A la veille d’importantes mobilisations partout dans le monde pour le climat, ce rapport sera un autre appel lancé aux gouvernements pour qu’ils réagissent à l’urgence climatique », poursuit François Chartier. « Nous avons besoin d’un traité mondial sur les océans fort [4], adopté l’année prochaine à l’ONU, qui ouvrira la voie à la création d’un réseau mondial d’aires marines protégées, exempt de toutes activités humaines néfastes et visant à protéger au moins 30% des océans. »

L’existence du Récif de l’Amazone au large du Brésil a été révélée en avril 2016, et sa présence dans les eaux guyanaises en 2018 [5]. Cet écosystème encore méconnu est menacé par des projets d’exploration pétrolière dans les eaux voisines du Brésil, par des sociétés pétrolières telles que BP. Selon les estimations de l’Agence nationale brésilienne du pétrole (ANP), le fond de la mer près du récif amazonien au Brésil pourrait contenir 14 milliards de barils de pétrole, soit l’équivalent de 5,2 Gt de CO2. [6] [7]

 

Notes aux rédactions

[1] Cette mission s’inscrit dans le cadre d’une expédition en mer menée par Greenpeace pour une durée d’un an, au cours de laquelle le navire l’Esperanza traversera l’océan Atlantique, depuis l’Arctique jusqu’en Antarctique, pour mettre en valeur la richesse des écosystèmes marins et dénoncer les menaces qui pèsent sur les océans. La première partie de l’expédition en Guyane a été consacrée à l’observation de la mégafaune marine.

[2] Images de l’expédition Greenpeace sur le Récif de l’Amazone au Brésil (2017) : https://media.greenpeace.org/collection/27MZIFJJ1GXZD

Images de l’expédition Greenpeace sur le Récif de l’Amazone au Brésil (2018) : https://media.greenpeace.org/collection/27MZIFJXOI985

[3] Greenpeace est un observateur accrédité auprès du GIEC. Une délégation assistera à la 51ème session du GIEC à Monaco du 20 au 25 septembre pour participer au processus de révision finale du rapport spécial du GIEC sur les océans et la cryosphère.
https://www.ipcc.ch/report/srocc/

[4] D’après les scientifiques de l’Union internationale pour la conservation de la nature , il est nécessaire de créer, avant 2030, un vaste réseau mondial de réserves marines qui couvrirait au moins 30 % des océans, si nous voulons préserver la biodiversité des océans dans son ensemble et lutter contre les changements climatiques. Greenpeace exhorte les États du monde entier à conclure un traité international ambitieux pour la protection des océans, actuellement en cours de négociations à l’ONU.

[5] https://advances.sciencemag.org/content/2/4/e1501252

Greenpeace annonce la présence du Récif de l’Amazone dans les eaux guyanaises, communiqué de presse (mai 2018)

[6] http://rodadas.anp.gov.br/arquivos/Seminarios_r11/tec_ambiental/ingles/Foz_do_Amazonas_Basin.pdf

[7] Si l’on considère 0.3714 TCO2 par baril de pétrole.

 

Contact presse

Mélanie Veillaux

06 42 64 83 76





Vous voulez nous aider à protéger les océans ?

Aidez Greenpeace à trouver des solutions en faisant un don !