Greenpeace annonce la présence du Récif de l’Amazone dans les eaux guyanaises

Océans

Greenpeace France appelle le gouvernement français à appliquer le principe de précaution et à tout mettre en œuvre pour protéger ce biome unique sur son territoire, notamment face aux ambitions pétrolières de Total dans les eaux de Guyane.

Une expédition de Greenpeace, menée avec des scientifiques brésiliens, au large des côtes de la Guyane, a permis d’identifier pour la première fois le Récif de l’Amazone dans les eaux guyanaises.

Les premières images du Récif de l’Amazone en Guyane ont été prises à partir du navire MY Esperanza de Greenpeace à une profondeur allant de 95 à 120 mètres, dans deux zones différentes analysées, à moins de 150 kilomètres de Cayenne.

Le Récif de l'Amazone photographié par Greenpeace dans les eaux guyanaises

Sur cette photo prise par une caméra étanche à 150 km des côtes guyanaises, on peut voir diverses éponges et des coraux noirs (Antipatharia). ©Greenpeace

« Nous avons trouvé des structures récifales carbonatées dans les deux zones étudiées, et nous avons pu photographier quelques espèces de coraux et de poissons. Des analyses plus approfondies nous en diront plus sur la présence du panache de l’Amazone, des sédiments et des microorganismes présents dans les eaux de Guyane », explique Gizele Duarte Garcia, professeure à l’Université fédérale de Rio de Janeiro, qui était à bord avec Greenpeace.

D’autres analyses des prélèvements doivent être effectuées en laboratoire, mais grâce à l’analyse des vidéos, l’équipe de scientifiques impliquée dans ces recherches a confirmé que ces structures récifales étaient partie intégrantes du Récif de l’Amazone.

Pour Greenpeace, ces résultats sont une très bonne nouvelle pour la science et la biodiversité, mais une mauvaise nouvelle pour Total. La compagnie pétrolière a tenté de minimiser la biodiversité exceptionnelle de la région pour réduire la menace d’une marée noire qui pourrait se produire dans les eaux brésiliennes, là où elle projette d’effectuer des forages pétroliers exploratoires, et avoir un impact sur les pays voisins.

« Nous savons que les marées noires ne s’arrêtent pas aux frontières. Nous avons maintenant la preuve de l’existence du Récif de l’Amazone dans les eaux guyanaises, mais il est d’ores et déjà menacé par les projets de Total non seulement au Brésil, mais aussi en Guyane », souligne François Chartier, chargé de campagne Océans pour Greenpeace France et présent sur l’Esperanza.

« Le gouvernement français ne doit pas céder à la précipitation et donner un blanc-seing au projet d’exploration de Total en Guyane. L’heure est à la science, et non à l’exploration pétrolière. L’enquête publique qui va prochainement démarrer doit être l’occasion pour les autorités françaises de prendre toutes les précautions nécessaires et de prendre en compte les résultats de la mission scientifique de Greenpeace », poursuit François Chartier.

Le Brésil et la France devraient unir leurs forces pour protéger cet écosystème unique.

« Nous savons maintenant qu’il reste encore beaucoup à découvrir, non seulement au Brésil mais aussi en France, où la présence de ce récif est  également inattendue. Cette révélation prouve qu’il est encore plus important de protéger ce biome unique contre l’exploration pétrolière », précise Helena Spiritus, chargée de campagne pour Greenpeace Brésil.

Le Récif de l'Amazone est en Guyane !

Le Récif de l’Amazone est en Guyane ! ©Fabio Nascimento/Greenpeace

« Trouver une preuve visuelle de ces formations était une étape importante. C’était passionnant pour tous les scientifiques impliqués en pensant aux possibilités de nouvelles recherches qui pourraient être développées. Plus d’études sont nécessaires. La nature a encore beaucoup de surprises en réserve pour nous ! », a ajouté Gizele Duarte Garcia.

Le navire MY Esperanza de Greenpeace a navigué pendant six semaines dans les eaux brésiliennes et françaises pour documenter le Récif de l’Amazone.

Mi-avril, les recherches de Greenpeace ont démontré la présence du Récif de l’Amazone au sein même de la zone où Total prévoit d’effectuer des forages pétroliers exploratoires, au large du Brésil. Quelques jours plus tard, le procureur fédéral brésilien de l’Etat d’Amapá a formellement recommandé à l’agence environnementale brésilienne Ibama de ne pas accorder les permis de forages à la société française.

Photos et vidéos disponibles ici : https://media.greenpeace.org/collection/27MZIFJX5QZ39

Contact presse
Angélina Pineau
06 42 64 83 76
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.