Les députés et députées européens ont voté en faveur d’une réduction de la pollution liée à l’élevage industriel

Agriculture

La Commission de l’environnement du Parlement européen s’est prononcée aujourd’hui en faveur du renforcement de la réglementation européenne en matière d’émissions industrielles en incluant pour la première fois les plus grands élevages de bovins [1]. Les députés de la Commission ont également voté pour inclure davantage d’élevages industriels de porcs et de volailles dans la directive, en abaissant le nombre d’animaux au-delà duquel ils ont besoin d’une autorisation d’exploiter.

« Les grandes exploitations industrielles doivent être traitées comme les industries polluantes qu’elles sont, explique Marco Contiero, directeur de la politique agricole de l’Union européenne chez Greenpeace. Trop d’animaux sur trop peu de terres, c’est la recette idéale pour engendrer de multiples pollutions de l’eau et de l’air, aux conséquences néfastes pour le climat. Il faut soutenir une agriculture qui produit avec la nature et pas contre elle, tandis que les usines de production animale, polluantes, doivent être reléguées à l’histoire. »

D’après l’actuelle directive européenne sur les émissions industrielles, les élevages de porcs et de volailles sont considérés comme des exploitations industrielles à partir d’un certain nombre d’animaux : elles sont alors soumises aux mêmes obligations que les autres industries polluantes. La Commission européenne a proposé d’inclure dans la révision votée aujourd’hui en commission de l’environnement les élevages industriels de bovins, cette approche est également approuvée par les ministres de l’environnement des Etats membres.

Ainsi, la Commission recommande que les élevages de bovins de plus de 300 « unités de gros bétail » (environ 415 vaches en moyenne) soient soumis aux règles relatives aux émissions industrielles. Les députés de la Commission parlementaire ont également suggéré d’abaisser les seuils actuels pour les élevages de porcs et de volailles, afin qu’un plus grand nombre de ces exploitations industrielles soient couvertes par ces obligations, et que seuls les élevages de moins de 650 porcs, 14 000 poules pondeuses ou 28 000 poulets de chair soient exemptés. La Commission européenne avait initialement proposé d’abaisser encore ces seuils.

L’élevage responsable de multiples pollutions

Selon l’Agence européenne pour l’environnement, le secteur de l’élevage représente à lui seul 54 % de toutes les émissions anthropiques de méthane de l’Union européenne [2], principalement dues aux bovins. L’élevage pollue également l’eau, l’air et le sol par les émissions d’ammoniac et d’oxyde d’azote. Il est responsable de 73 % de la pollution de l’eau due à l’agriculture dans l’Union européenne [3]. L’élevage est responsable de 94 % des émissions d’ammoniac [4], dont la grande majorité provient du secteur de l’élevage, là encore principalement des bovins [5].

Prochaines étapes

Tous les membres du Parlement européen auront bientôt l’occasion de voter sur la position de la Commission de l’environnement concernant la directive sur les émissions industrielles de l’UE lors de la session plénière du Parlement qui se tiendra du 10 au 14 juillet.

Ce vote européen intervient alors que la Cour des comptes vient de publier en France un rapport pointant du doigt les émissions de méthane associées au secteur de l’élevage bovin. Greenpeace rappelle qu’il est nécessaire de réduire notre production et notre consommation de produits d’origine animale, ce qui signifie transformer en profondeur l’élevage. La future loi d’orientation agricole doit permettre d’accompagner une transition vers un élevage écologique, c’est-à-dire un élevage adapté à son territoire, qui respecte les limites planétaires et permet l’autonomie des paysans [6].

 

Notes aux rédactions :
[1] Voir communiqué « Élevage industriel : un secteur polluant qui doit être régulé lors d’un vote européen !« , Greenpeace France, 23/05/23
[2] Source : https://www.eionet.europa.eu/etcs/etc-he/products/etc-he-products/etc-he-reports/etc-he-report-2022-21-emissions-of-ammonia-and-methane-from-the-agricultural-sector-emissions-from-livestock-farming
[3] Source : https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/10/11/115004/pdf
[4] Source : https://www.eionet.europa.eu/etcs/etc-he/products/etc-he-products/etc-he-reports/etc-he-report-2022-21-emissions-of-ammonia-and-methane-from-the-agricultural-sector-emissions-from-livestock-farming
[5] Voir les trois notes de décryptage :
– “Le méthane réchauffe le climat à plein gaz”, Greenpeace France, avril 2023
– “L’abus d’ammoniac est dangereux pour la santé et l’environnement”, Greenpeace France, avril 2023
– “Pollution de l’eau aux nitrates : un fléau européen”, Greenpeace France, avril 2023
[6] Voir tribune collective “Pas d’agriculture sans élevage !”, Ouest-France, 27/02/2023