Allocution d’E. Macron / Nucléaire : réaction de Greenpeace France

Nucléaire

Mardi 9 novembre, Emmanuel Macron a pris la parole lors d’une allocution sur la situation sanitaire. Dans son discours, le Président a également abordé divers thèmes et a notamment annoncé la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France.

Pour Greenpeace France, cette prise de parole d’un président en campagne est totalement irréaliste et anti-démocratique.

Pour Nicolas Nace, chargé de campagne transition énergétique pour Greenpeace :
Annoncer une relance du nucléaire et la construction de nouveaux réacteurs alors que l’industrie nucléaire enchaîne les fiascos est totalement déconnecté de la réalité. A Flamanville, le chantier de l’EPR a déjà 9 ans de retard et son coût a déjà été multiplié par 6 par rapport aux prévisions initiales, atteignant pour le moment 19 milliards d’euros. A Taishan en Chine, le seul EPR en activité est toujours arrêté depuis plusieurs mois, après un incident d’origine encore inconnue dans le réacteur. Trop cher, trop lent et trop dangereux, le nucléaire est obsolète dans un contexte d’urgence climatique.
Pire, en annonçant unilatéralement cette décision, le “Président – candidat” Macron revient sur son engagement de ne pas lancer de nouveaux réacteurs avant la mise en service de l’EPR de Flamanville. Il est encore une fois dans un déni démocratique en ne consultant ni le parlement, ni l’ensemble des citoyennes et des citoyens sur ce choix de société et ce à six mois de l’élection présidentielle. Ce n’est pas en imposant des décisions depuis l’Elysée que l’on réussira notre transition énergétique. Ce n’est pas sérieux.





(Crédits photographiques : © Pierre Gleizes / Greenpeace)