Du 20 au 30 mars a lieu la Semaine des Alternatives aux Pesticides qui fête cet

Greenpeace Bordeaux fait sa Semaine des Alternatives aux Pesticides

²

Du 20 au 30 mars a lieu la Semaine des Alternatives aux Pesticides qui fête cette année ses 10 ans. C’est l’occasion de voir fleurir un peu partout dans le monde des initiatives pour promouvoir les solutions naturelles qui existent face à ces produits toxiques.

Greenpeace Bordeaux était présent ce samedi 21 mars avec un stand d’information aux côtés d’Elsa, apicultrice du Sud Gironde.

P1030146

 

Nous étions 6 militants à monter notre stand devant la Maison écocitoyenne, au bord de la Garonne, en ce premier jour de printemps un peu maussade.

Le public n’a pas tardé à s’approcher pour découvrir notre documentation sur les alternatives aux pesticides, notre chemin au sol tracé avec des fiches d’identité d’insectes ou de petits animaux bien utiles dans les jardins, ou encore les oeillets d’Inde que nous offrions, très utilisés en agriculture biologique pour leurs effets inhibiteurs sur les vers ou les mouches et sur quelques plantes envahissantes.

A nos côtés, Elsa, apicultrice dans le Sud Gironde, passionnée par son métier et inquiète aussi car elle voit ses ruches décimées, de plus en plus ces dernières années. En cause, nous dit-elle, la pollution des eaux, le changement climatique et les hivers de moins en moins rudes. En effet, durant cette période, les abeilles ralentissent leur rythme et ont donc des besoins nutritifs réduits. Le stock de miel qu’elles font en prévision leur est normalement suffisant. Mais pendant des hivers doux, les abeilles ont une activité plus importante et la quantité de nourriture stockée ne leur suffit plus: elles meurent de faim. La présence de pesticides dans les champs visités par les abeilles est également une importante cause de mortalité, notamment les néonicotinoïdes qui s’attaquent à leur système nerveux les empêchant de retrouver leur ruche ou les cultures à butiner.

Et cerise sur le gâteau comme elle nous dit, le frelon asiatique qui s’attaque aux abeilles mais qui n’est cependant pas la cause majeure de leur disparition.

Elsa est venue avec une ruchette et ses cadres pour expliquer aux curieux le fonctionnement d’une ruche et a proposé à la dégustation et à la vente certain de ses produits transformés: pain d’épice, nougat, solution de propolis. Pour le bonheur des enfants, des parents et des bénévoles !

 

 

 

Pour finir sur une note optimiste, deux jours avant, nous apprenions que l’Assemblée Nationale a voté un texte visant à interdire tous les pesticides néonicotinoïdes dès 2016. Jusqu’à présent, seules 3 de ces substances avaient été restreintes (et non interdites), il en reste 5 sur le marché. Espérons que le Sénat valide ce texte pour une avancée réelle en matière de protection de l’environnement et de la biodiversité, notamment des insectes pollinisateurs.

Pensez aussi à feuilleter notre guide Le Guetteur qui vous aide à choisir les marques sans OGM ni pesticides tueurs d’abeilles, et RV sur le site de Greenpeace pour plus d’infos sur notre campagne agriculture.

Des solutions existent !