Rotterdam, le 23 novembre 2007. Depuis ce matin, les activistes de Greenpeac

Forêts

Action contre un bateau transportant de l’huile de palme

Rotterdam, le 23 novembre 2007. Depuis ce matin, les activistes de Greenpeace empêchent le déchargement du Dorussa, un tanker chargé de plus 10 000 tonnes d’huile de palme en provenance d’Indonésie. La destruction des forêts indonésiennes au profit de vastes cultures de palmiers à huile est à l’origine de très importantes émissions de gaz à effet de serre.

« La production d’huile de palme échappe à tout contrôle, précise Suzanne Kröger de Greenpeace Pays-Bas. La planète paie le prix de l’utilisation croissante de cette huile bon marché dans la margarine, les chips, les détergents ou les agrocarburants. Gouvernements et industriels doivent s’engager à faire cesser cette destruction ! »

Dans 10 jours à Bali, tous les dirigeants du monde vont se réunir pour décider de l’avenir du protocole de Kyoto et de mesures à adopter pour lutter contre les changements climatiques. Or, mettre fin à la destruction des forêts est l’un des leviers les plus économiques et les plus efficaces pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Dans le monde, un cinquième d’entre elles sont imputables à la destruction des forêts tropicales… En Indonésie, la disparition des forêts marécageuses à elle seule responsable de 4% du total des émissions mondiales de GES.

L’huile importée provient de la province de Riau, sur l’île de Sumatra, où Greenpeace a ouvert début octobre un camp pour empêcher le drainage illégal de ces forêts, étape préalable à leur mise à feu puis à leur conversion en plantations. A Dumai, le plus grand port d’exportation d’huile de palme d’Indonésie, Greenpeace avait bloqué la semaine dernière le départ d’un autre bateau.

Commentaires (18)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Michèle30

Il n'y a pas 36 solutions il faut boycotter, le dire et le faire savoir. Lire les étiquettes tout haut dans les magasins en ajoutant ; là il y a de l'huile de palme je n'en veux pas c'est nocif pour la santé et une catastrophe écologique pour la planète. Les gens vous regardent ahuris en vous prenant pour une folle, mais peu à peu l'idée fait son chemin, et le bouche à oreille est encore le meilleur moyen de nous faire entendre. Diffusez l'information autour de vous "huile de palme danger".

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

joseh aime

je suis un jeune camerounais procedant une petite compagnie de huile de palme NCHPM et j en detient a mon magasin 5004 litres et je veux un acheteur avec qui on va faire de bonne affaire tres serieux merci

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

emma

moi pareil quand je vois ecris sur un produit " huile de palme " je n'achete pas. Le mieux a faire a petite echelle c'est de boycotter de cette maniere la ! en plus au lieu de "laisser" cette industrie au petit paysans les grosses boites rachetent tout en masse et les revandent dans nos magazins !! quelle honte !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE