[MISE A JOUR 18/04] : Le vote a été effectué. Les 20 milliards d'aides publiq

Climat

20 milliards d’euros pour sauver les grandes entreprises polluantes ?

J'agis

20 milliards d’euros : c’est la somme qui risque d’atterrir directement dans la poche des plus grands pollueurs si les député·es votent ce vendredi le projet proposé par le gouvernement.

[MISE A JOUR 18/04] : Le vote a été effectué. Les 20 milliards d’aides publiques ne sont pas conditionnés à des engagements environnementaux et sociaux solides. Retrouvez notre réaction ici et dans le fil Twitter ci-dessous.

Coronavirus et urgence climatique : une équation trop compliquée pour le gouvernement ?

Ce vendredi 17 avril, depuis 9 heures, les député·es sont réuni·es à l’Assemblée nationale pour se prononcer sur le Projet de loi de finances rectificative (PLFR) qui prévoit notamment un plan de sauvetage des “grandes entreprises” en réponse à la crise économique liée au coronavirus. A la clé : rien de moins que 20 milliards. Concrètement, si ce PLFR est voté en l’état, cela signifie qu’une somme colossale risque d’atterrir dans les poches des plus grands pollueurs, sans qu’aucune condition environnementale et sociale ne leur soit imposée. Toute cela se déroule en catimini, en pleine situation de crise, après des discussions express menées la veille jeudi. Heureusement, la mobilisation en ligne de milliers de citoyen·nes a déjà permis de lancer l’alerte. Alors que les discussions se poursuivent dans l’Hémicycle, nous devons maintenir la pression !

 

Un sauvetage d’entreprises dangereux pour l’avenir des populations

Le sauvetage inconditionnel d’entreprises responsables de l’urgence climatique est tout simplement dangereux pour l’avenir des populations. En choisissant cette réponse à la crise économique, le gouvernement démontre qu’il ne prend toujours pas au sérieux la question écologique, c’est-à-dire le monde d’après. Pire, il prend prétexte de cette crise sanitaire pour blanchir son alliance indéfectible avec les lobbies, au moment où les citoyen·nes réclament au contraire une société résiliente et des lendemains tournés vers l’intérêt général.

 

❌ Le gouvernement veut passer en force ? Faisons monter la pression !

Voici ce qu’il s’est passé depuis jeudi soir :

  • Un amendement déposé par Matthieu Orphelin et 10 autres député·es demandait que soit posée la contrainte pour les entreprises de réduire leur empreinte écologique. Cet amendement a été rejeté en commission des Finances.
  • Le groupe de La République en Marche, avec la députée Bérangère Abba, a déposé un amendement pour que les 20 milliards soient conditionnés… au respect par les entreprises de leur propre politique RSE (responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise). Il est inacceptable de laisser les entreprises suivre leur seule “RSE” : ces textes ne contraignent en rien les entreprises à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Vous l’avez compris : le gouvernement, et sa majorité LREM à l’Assemblée nationale, font, en l’espace de quelques heures, la plus belle démonstration de leur hypocrisie. Dans les médias Bruno Le Maire et Elisabeth Borne s’emploient à parler de transition écologique, alors qu’ils ne suivent qu’une voie : celle du “business as usual”.

 

✊ Mobilisez-vous vite : tout va se jouer dans les heures… ou minutes à venir !

[MISE A JOUR 18/04] : Le vote a été effectué. Les 20 milliards d’aides publiques ne sont pas conditionnés à des engagements environnementaux et sociaux solides. Retrouvez notre réaction ici.

Nous ne devons pas laisser nos député·es voter une décision qui revient à utiliser l’argent public pour servir des intérêts privés néfastes pour le climat et l’environnement ! Le vote devait se tenir à 9h ce vendredi, mais les discussions sont encore en cours. Les nombreuses interpellations citoyennes des député·es ont déjà fait réagir. Il faut continuer !

Interpellez en priorité ces personnes dont le vote sera décisif :

Et si vous avez encore 2 minutes pour faire monter la pression : 

Pensez à personnaliser l’objet des emails que vous enverrez ! Merci d’agir à nos côtés !

 

Si, vous aussi, vous voulez agir pour un monde plus écologique et plus solidaire où les intérêts des populations passent avant ceux des industries polluantes , alors rejoignez-nous !

Déjà signatures !
 

En cliquant sur "Je rejoins le mouvement", vous acceptez de recevoir des communications et des formes d'engagement de la part de Greenpeace via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à nos mentions légales. L’exercice de vos droits, dont la désinscription, est possible à tout moment, voir notre page "Droit des Personnes".





Commentaires (673)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

joelle meyer

Une somme colossale risque d’atterrir dans les poches des plus grands pollueurs, sans qu’aucune condition environnementale et sociale ne leur soit imposée. Toute cela se déroule en catimini, en pleine situation de crise, Le sauvetage inconditionnel d’entreprises responsables de l’urgence climatique est tout simplement dangereux pour l’avenir des populations, irresponsable et criminel! Nous avons besoin de messages de résilience et des lendemains tournés vers l’intérêt général. Politiques, soyez à la hauteur de votre mission!!!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Giornal Sylvie

non a ce projet, c'est scandaleux!!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Haezebrouck

Non à ce projet de loi c'est honteux !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE