Au premier jour de la visite de Nicolas Sarkozy en Inde, des milliers de manifes

Climat

Voyage de Nicolas Sarkozy en Inde : la population dit non à l’EPR !

Au premier jour de la visite de Nicolas Sarkozy en Inde, des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi sur le site choisi pour l’installation de deux centrales nucléaires de type EPR, à Jaïtapur, dans l’état du Maharashtra, à l’ouest du pays.

Au moins 10.000 personnes se sont rassemblées, en présence d’un fort dispositif policier. Des dizaines de manifestants ont été arrêtés et emmenés dans des fourgons de police, selon l’agence Press Trust of India (PTI) et parmi les personnes interpellées, figurent des leaders de la contestation du projet.

La manifestation rassemblait des pêcheurs et des paysans accompagnés de leurs familles, qui devront déménager pour laisser la place à la construction des réacteurs. Ils ont rejeté des offres de compensations financières de l’état.
Ces habitants craignent de voir leur pêche contaminée et de perdre leurs terres agricoles. L’assurance des autorités selon laquelle le projet devrait transformer l’économie locale et créer de nouveaux emplois a été accueillie avec beaucoup de scepticisme parmi la population locale.

Voir la fiche sur la centrale de Jaïtapur
Lire l’article dans The Economi India Times (en anglais)

Pour en savoir plus :
Le site Où va votre argent ?
Le site Nuclear Banks, no Thanks (en anglais)





Commentaires (19)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

LAURENT

NON A L EPR LA FIN DU MONDE ON VA SE LE CREER TOUT SEUL, LA FIN D UNE BELLE PLANETTE.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

B.

Eric Cantona nous a appris beaucoup de choses, même si son "action" a pu faire sourire: Le client a du pouvoir. Les banques ont pris très au sérieux sa menace. Ensuite, les medias ont analysé l'affaire et nous ont appris que les banques régionales croyaient aussi au projet Cantona. Ces banques se réjouissaient à l'idée de récupérer des clients des grandes banques nationales. Certaines de ces banques ont une éthique bien précise, elles boursicotent peu, n'investissent pas comme la BNP au niveau international. Cantona avait raison, et nous pouvons encore suivre son conseil: Quitter les grandes banques, et engager des banques plus modestes, spécialisées, avec un éthique mieux définie. A nous de jouer

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

B.

Permettez-moi aussi de répondre à Fabrice Langelier qui s'est exprimé plus haut. Non, on ne pisse pas dans des violons. Cantona nous l'a démontré, même si ce happening peut faire sourire. Les medias ont analysé l'affaire, les banques l'ont pris très au sérieux, ce qui prouve que le client a du pouvoir. Et nous avons appris au passage que certaines banques régionales n'investissent ni en bourse ni dans de grands projets. Ces banques ont une éthique bien particulière et sont spécialisées. Nous aurions tous dû nous retirer des grandes banques pour soutenir ces petites. C'est encore jouable.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES