Lundi 8 avril, dans un jugement qui fera jurisprudence en matière de liberté d

Climat

Victoire juridique de Greenpeace sur Areva pour la liberté d’expression !

Lundi 8 avril, dans un jugement qui fera jurisprudence en matière de liberté d’expression pour les associations, notamment sur le web, la Cour de cassation a donné raison à Greenpeace qui était poursuivi par Areva pour avoir détourné son logo.

« Voilà une victoire importante et symbolique pour Greenpeace qui se voit ainsi renforcé et légitimé dans son rôle critique vis-à-vis de l’industrie nucléaire, et dans son droit à faire valoir son opinion, déclare Frédéric Marillier, responsable de la campagne nucléaire à Greenpeace France. Mais cette décision aura aussi un impact beaucoup plus large pour la liberté d’expression des associations, des syndicats ou des médias, et leur droits à la critique. »

En effet, au terme d’une procédure qui aura durée six ans, la plus haute juridiction française se fondant sur la Convention européenne des droits de l’homme, a tranché : selon elle, les « associations [Greenpeace France et Nouvelle-Zélande] agissant conformément à leur objet, dans un but d’intérêt général et de santé publique par des moyens proportionnés à cette fin, [n’ont] pas abusé de leur droit de libre expression ». Elle a alors cassé et annulé l’arrêt rendu le 17 novembre 2006 par la cour d’appel de Paris qui avait donné raison à l’industriel du nucléaire.

« Ainsi se trouve consacré le droit de parodier une marque dès lors que la critique s’inscrit dans une démarche d’intérêt général et de santé publique, et que les moyens de cette critique sont proportionnés au but poursuivi », estime maître Henri Choukroun, l’avocat de Greenpeace. En clair, Greenpeace va pouvoir réutiliser ce logo ou en parodier d’autres. L’organisation écologiste ne va pas s’en priver !

L’affaire remonte à l’année 2002. Comme de nombreuses vieilles industries polluantes, le géant du nucléaire français avait décidé de se refaire une nouvelle image à travers un nouveau nom, Areva, et un nouveau logo. Pour dénoncer cette opération cosmétique, Greenpeace avait détourné ce logo. Areva avait alors a assigné Greenpeace en référé, demandant qu’on interdise à l’association d’utiliser ce logo détourné. S’en est suivi six ans de procédures et de rebondissements juridiques.

Commentaires (5)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Voix d'Afrique

La course à l'industries de guerre détruira notre planète. Nos gouvernements doivent comprendre qu'autant la personne humaine est sacrée, autant la planète l'est. Doit-on rédiger un code de la planète? Merci à Greenpeace!

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

petite prune

S'il y avait un prix Nobel de la préservation de la terre, il reviendrait sans nul doute à GREENPEACE. Continuez à crier la vérité & à agir, il est peut-être encore possible de sauver notre belle planète...ou ce qu'il en reste.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

l'arbalete

yo les gars de green peace regarde la terre s'engouffrer dans ses propres délires grâces a des gouvernement dictatorial qui se croient les grand pères fondatrices de l'univers et de dieu,les sauvages eux même quand ils prient ne gâche pas la nature et ça commence par la table ou on mange tout les jours ca c'est la liberté d'expression

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.

Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES