Viande et produits laitiers : l’État laisserait-il les lobbies contrôler l’assiette de nos enfants ?

Auteur(s) : Laure Ducos

Agriculture

Qui décide du contenu de ces assiettes ? En particulier des quantités de viande et de produits laitiers servies aux enfants à la cantine ? En théorie c'est l'Etat, or, en y regardant de plus près, l’influence des lobbies de la viande et des produits laitiers sur les recommandations est criante. Résultat : les apports en protéines sont entre deux et quatre fois supérieurs aux recommandations des nutritionnistes

La restauration scolaire, c’est 6,8 millions d’élèves concernés, un milliard de repas proposés par an, plus de 80 000 tonnes de produits carnés et plus de 120 000 tonnes de produits laitiers distribués chaque année, pour un chiffre d’affaires de plus de 460 et 280 millions d’euros respectivement. Des données à faire tourner la tête.

Mais qui décide du contenu de ces assiettes ? En particulier des quantités de viande et de produits laitiers servies aux enfants à la cantine ? Les recommandations nutritionnelles officielles sont définies au sein du Programme National Nutrition Santé (PNNS). Ces recommandations sont ensuite traduites par le Groupe d’Étude des Marchés – Restauration Collective et Nutrition (GEM-RCN) qui conseille les acheteurs de la restauration collective sur la quantité de viande rouge, viande blanche, fromage, yaourts… que consomment chaque midi les enfants.

Or, en y regardant de plus près, l’influence des lobbies de la viande et des produits laitiers sur les recommandations du GEM-RCN est criante.



A TELECHARGER | Résumé du rapport

A TELECHARGER | Viande et produits laitiers : l'Etat laisserait-il les lobbies contrôler l'assiette de nos enfants ?







Trop de viande à la cantine : vous pouvez agir !

Réduisons la part de protéines animales dans les assiettes de nos enfants

Signer la pétition