Réunie à Récife au Brésil, la commission internationale chargée de gérer l

Océans

Un nouvel échec pour la sauvegarde du thon rouge

Réunie à Récife au Brésil, la commission internationale chargée de gérer la pêche au thon rouge dans l’Atlantique et en Méditerranée (l’Iccat) a une fois de plus échoué à sauver le thon rouge d’une disparition programmée. La réunion s’est clôturée le 15 novembre sur une recommandation qui ne permettra pas le rétablissement du thon rouge. Comme d’habitude, l’ICCAT a été incapable d’agir et de dépasser les intérêts à court-terme de l’industrie.

En dépit de l’affirmation répétée de la nécessité d’adopter un plan de gestion pour le thon rouge qui permette la restauration du stock, les membres de l’Iccat ont adopté un quota total de 13 500 tonnes pour la saison de pêche 2010. Ce seuil est trop élevé. Seul un moratoire immédiat sur la pêche au thon rouge aurait permis de donner à cette espèce une chance de survie.

bancthons1

L’Iccat ayant échoué à adopter un plan de gestion qui permette de sauver le thon rouge, l’interdiction du commerce international du thon rouge s’impose donc. Elle passe par un classement en annexe I de la Cites (la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). L’inscription du thon rouge à l’annexe I de cette convention est le seul moyen d’éviter l’extinction du thon rouge. Elle doit se faire lors de la prochaine réunion de la Cites, en mars 2010, au Qatar.
L’Iccat n’a pas seulement été incapable de sauver le thon rouge. Elle a sacrifié des espèces menacées de requins, d’oiseaux et de tortues de mer. Elle a également renoncé à mener des actions à l’égard de parties contractantes (comme le Maroc, la Turquie ou l’Union européenne) qui continuent à pêcher avec des filets maillants dérivants, interdits par les Nations-unies il y a plus de vingt ans.

L’ampleur de la faillite de l’Iccat comme de la plupart des organisations régionales de pêche ne doit plus être ignorée. Elle reflète la nécessité d’un changement fondamental et radical dans la gestion et la gouvernance de la pêche et des activités en mer. Il est urgent de mettre en place une gouvernance internationale basée sur le principe de précaution, reposant sur une approche éco-systémique.

En savoir plus sur nos actions pour préserver les océans

Commentaires (102)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

marie

Seahepherd sera en méditerranéenne vers le mois d'Avril 2010 pour arreter les bateaux usines japonais !! En attendant, ils sont Antarctique avec trois navires pour essayer de la stopper la flotte baleinière !!. http://www.seashepherd.org/news-and-media/news-100105-1.html

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

pepepaul

Bonsoir a tous,en ce qui concerne les relais chateau,je ne savais pas qu'il existé,maintenant je le sais(coup de pub)Pour ce qui est de reduire la flotte française tout est en bonne voie,donc un peu plus de quotas pour ce qui reste(apparament),SUPER un marin pecheur pauvre,j'en revait GREENPEACE l'a fait.Defendait vos idée,OUI,je vais defendre mon métier jusqu'a la fin.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ex pecheur

cette isabelle autissier ne dit aussi que des conneriesca ne change pas ,de qu elle peche artisanale elle parle ,les thons n ont jamais etaient si nombreux sur toutes les cotes ,ils sont encore observés maintenant au bord de nos cotes dans des fonds inhabituels pourtant , mais cela ne compte pas mieux vaut l avis d une grande navigatrice qui navigue sur des bateaux en carbonne financés par de riches industriel qui respectent profondément la planéte ,putain quand meme ouvrez les yeux ,allez y par vous même ,sur les milliers de thons vendus chaque année vous n en relevez q un l e plus cher sans jamais vous demander le prix au pecheur ,comment une trentaine de bateaux peuvent ils mettrent les thons en dangers ce grand poisson qui parcourt les oceans du monde entier et c est juste nous ,comment peut on à ce point perdre son cerveau son libre arbitre boire ces paroles sans aucuns fondement ,ni preuve , je vous haissais ,je vous plains desormais

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.