Réunie à Récife au Brésil, la commission internationale chargée de gérer l

Océans

Un nouvel échec pour la sauvegarde du thon rouge

Réunie à Récife au Brésil, la commission internationale chargée de gérer la pêche au thon rouge dans l’Atlantique et en Méditerranée (l’Iccat) a une fois de plus échoué à sauver le thon rouge d’une disparition programmée. La réunion s’est clôturée le 15 novembre sur une recommandation qui ne permettra pas le rétablissement du thon rouge. Comme d’habitude, l’ICCAT a été incapable d’agir et de dépasser les intérêts à court-terme de l’industrie.

En dépit de l’affirmation répétée de la nécessité d’adopter un plan de gestion pour le thon rouge qui permette la restauration du stock, les membres de l’Iccat ont adopté un quota total de 13 500 tonnes pour la saison de pêche 2010. Ce seuil est trop élevé. Seul un moratoire immédiat sur la pêche au thon rouge aurait permis de donner à cette espèce une chance de survie.

bancthons1

L’Iccat ayant échoué à adopter un plan de gestion qui permette de sauver le thon rouge, l’interdiction du commerce international du thon rouge s’impose donc. Elle passe par un classement en annexe I de la Cites (la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). L’inscription du thon rouge à l’annexe I de cette convention est le seul moyen d’éviter l’extinction du thon rouge. Elle doit se faire lors de la prochaine réunion de la Cites, en mars 2010, au Qatar.
L’Iccat n’a pas seulement été incapable de sauver le thon rouge. Elle a sacrifié des espèces menacées de requins, d’oiseaux et de tortues de mer. Elle a également renoncé à mener des actions à l’égard de parties contractantes (comme le Maroc, la Turquie ou l’Union européenne) qui continuent à pêcher avec des filets maillants dérivants, interdits par les Nations-unies il y a plus de vingt ans.

L’ampleur de la faillite de l’Iccat comme de la plupart des organisations régionales de pêche ne doit plus être ignorée. Elle reflète la nécessité d’un changement fondamental et radical dans la gestion et la gouvernance de la pêche et des activités en mer. Il est urgent de mettre en place une gouvernance internationale basée sur le principe de précaution, reposant sur une approche éco-systémique.

En savoir plus sur nos actions pour préserver les océans

Commentaires (102)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Neosseadhenda

Hello! Can you tell me how i can register mail at google google http://google.com

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

pepe2B

salut a tous on veut sauver le thon et suprimer les thoniers senneur le probleme c'est que le gouvernement mes tous les pecheurs dans le meme paniers mois je suis palangrier long liner et je pratique la peche a l'espadon et thon cette annee on me previent au mois d'aout que en septembre la peche a l'espadon seras fermer et on parle de 6 mois de fermeture sans indeminitee on a ete recu par ce ministre il crie au et fort que ce n'est pas de ca faute c'est l'icaat qui decide et nous on applique les italiens nos voisin remette les filets derivant a espadons et prenne plus de thon que nous il y a pas ecolo en italie???

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Wanina

Décidément, les menaces et les insultes sont récurrentes dans votre vocabulaire... En voici un petit rappel... http://www.dailymotion.com/video/x6jc9h_intimidation-des-lobbys-lexemple-de_news

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.