Océans

Thon rouge : le coup de grâce

Antalya, Turquie, le 18 novembre 2007. L’assemblée annuelle de la Commission internationale de gestion des thonidés de l’Atlantique (ICCAT) vient de se terminer. Les quelques décisions entérinées sur la question cruciale du thon rouge ne répondent absolument pas à l’enjeu. L’effondrement du stock évoqué par les scientifiques et les experts est plus palpable que jamais.

« Avec le plan adopté à Dubrovnik de 2006, on allait droit dans le mur… En 2007, avec les non décisions d’Antalya, on y va toujours, mais le sourire aux lèvres et la main sur le klaxon » s’indigne Stéphan Beaucher, responsable de la campagne Océans de Greenpeace France. « Ce qui s’est joué cette semaine en Turquie est inacceptable et nous oblige une fois de plus à mettre en cause les méthodes de travail des conférences de gestion des pêcheries. Celles-ci doivent être réformées de fond en comble ! »

– Le plan de 2006, qui a pourtant montré toutes ses limites et carences cette année (surpêche record des pays européens, pratiques illégales persistantes, pêche pirate) est reconduit à l’identique.

– Le total autorisé de captures (TAC) pour 2008 sera équivalent à celui de cette année (29 500 tonnes) alors qu’il devait baisser de 10%… Délégation américaine et organisations écologistes demandaient pour leur part un moratoire.

– Le Japon a obtenu l’autorisation d’organiser en mars prochain une réunion parallèle réunissant tous les acteurs commerciaux du thon rouge. Ce type de démarche émanant d’un tel acteur aura pour seule conséquence de privatiser un peu plus encore une ressource emblématique des peuples méditerranéens. La bénédiction donnée par l’ICCAT au « Tuna business » mené par les autorités japonaises pour se substituer à l’autorité de gestion et de régulation est très préoccupante.

– L’Europe restituera sa surpêche de cette année à raison de 1 400 tonnes par an à partir de 2009… La question de savoir quelle sera la base de calcul retenue (intégration des excès espagnols et italiens notamment) reste entière. Quant à la supposé « sous-pêche » déclarée par les pays du Maghreb pour les années 2005 et 2006, elle leur sera restituée à hauteur de 50%.

La communauté internationale semble considérer avec indifférence la disparition du prédateur majeur de la Méditerranée. Cette disparition provoquera pourtant un chaos écosystémique sur l’ensemble du bassin dont personne n’est en mesure d’évaluer l’ampleur.

Commentaires (7)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

francois

Dans un recent communique de presse IP/08/448 daté du 14 mars, la Commission Europeenne lance une vaste campagne de contrôle pour lutter contre la surpêche des thons rouges. Tres bien, très bien .... encore de bonnes intentions, voire des promesses ? Je note dans cette dépêche (accessible au grand public) que « Dans la pratique, l'Agence communautaire de contrôle des pêches coordonnera des activités communes d'inspection et de contrôle auxquelles participeront 13 grands patrouilleurs, 38 patrouilleurs côtiers et 16 avions. Quatorze campagnes en mer, pour lesquelles 30 inspecteurs en tout seront mobilisés sur un total de 160 jours de patrouille, seront organisées. Vingt-cinq inspections communes auxquelles participeront 50 inspecteurs sont prévues dans les ports concernés. Les inspecteurs de la Commission prendront aussi part à 32 visites d’inspection en mer et dans divers ports. » Après tant d années d’absence et d’absenteisme sur le terrain des operateurs maffieux, les services de l’UE et des Etats (Affaires Maritimes, en ce qui nous concerne) vont-ils enfin intervenir pour contrôler les surpêches de thons rouges et les pratiques illégales dénoncées par diverses ONG et même des médias régionaux et nationaux ? Les mois de mai et juin 2008 risquent d’être fort interessants dans la Grande Bleue ....

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Georges VANPARYS

Je suis inventeur. J'ai (en deux ans) par deux fois proposé à l'IFREMER une -la- solution pour récupérer le pétrole brut après un naufrage. Il s'agit d'un méthode mécanique permettant la récupération de 99% du produit. Je n'ai pas eu de réponse -ni négative, ni positive. Je n'ai pas d'avis à donner, simplement il serait bon que ça se sache. Merci de vore attention, G. VANPARYS

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

olinda

Je ne comprends pas moi non plus les decisions de l'ICCAT pour plusieurs raisons : - Necessite d'equite et de clairvoyance. Le surplus de peche 2007 sera deduit en 2009 au lieu de 2008. La taille minimum n'est pas la meme pour tous les pays et s'il y a bien une mesure simple a comprendre et a faire appliquer et qui a le plus d'impact pour la ressource c'est celle la !!!! Les infractions notees par Greenpeace ne seront pas sanctionnees !!! - Je me pose la question du modele scientifique. Si on rentre les 50.000 tonnes par an depuis quelques annees dans le modele scientifique meme le plus favorable il ne devrait plus y avoir de thons depuis un moment et il y en a toujours semble il ??? Alors ne faudrait il pas pas etre plus humble et reconnaitre que le thon rouge est une espece plus complexe qu'on veut le croire ??

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE