Greenpeace a participé ce dimanche 8 avril aux côtés de nombreux collectifs e

Climat

Succès de la mobilisation contre le projet de forage exploratoire d’hydrocarbures en Méditerranée !

Greenpeace a participé ce dimanche 8 avril aux côtés de nombreux collectifs et citoyens à la mobilisation organisée dans le Var afin de protester contre le projet offshore « Rhône-Maritime » au large de Marseille. 1500 personnes se sont rassemblées sur une plage située à proximité du Fort de Brégançon, l’une des résidences du Président de la République pendant que 3000 personnes se rassemblaient à la Seyne sur Mer. Greenpeace avait auparavant, le vendredi 6 avril, déployé une banderole géante « Forages : touche pas à ma mer » sur Notre Dame de la Garde à Marseille.

Cette mobilisation est un succès !

La décision, via publication au Journal Officiel, sur la prolongation du permis d’exploration des sociétés Melrose et Noble Energy, devait paraître aujourd’hui, 11 avril… Et le JO du jour n’en fait aucune mention ! Ce permis ne sera donc pas renouvelé

La parole citoyenne a donc été entendue par les responsables politiques… C’est une bonne nouvelle, pour les riverains, les pêcheurs et pour l’écosystème , car la zone de forage se trouvait à 30 km du projet de parc national des Calanques et à proximité immédiate du sanctuaire de Pelagos, un vaste espace maritime dédié à la protection des mammifères marins.

Les signaux restent au rouge !

La vigilance citoyenne et la mobilisation ont joué un rôle majeur dans cette décision …

Aujourd’hui, comme demain, elles devront rester en éveil ! Les projets à risque ne manquent pas : le forage profond prévu au large de la Guyane française, projet qui présente de nombreuses similitudes avec celui de Marseille – profondeur du forage, ampleur des dégâts environnementaux en cas d’accident… – sauf que le projet en Guyane est sur le point de se concrétiser cet été.

Les côtes de la Méditerranée ou de Guyane ne sont pas les seules concernées. L’instruction des permis de pétrole et gaz de schiste en attente a également repris de plus belle dans les ministères concernés. Une liste a été mise en ligne par le ministère du Développement Durable. Quatorze de ces permis sont « arrivés au terme de leur instruction » dont douze en Île-de-France.
Tout semble mis en œuvre pour ramener doucement la fracturation hydraulique au goût du jour…

Les forages dangereux : ni ici, ni ailleurs !

Total n’a toujours pas réussi à colmater la fuite de gaz sur sa plateforme d’Elgin, alors que celle-ci est présentée par l’entreprise comme une référence mondiale en matière de technologie et que ce forage est situé en mer du Nord, une zone exploitée depuis longtemps.

Hier la mer du Nord et le golfe du Mexique, aujourd’hui la Méditerranée, la Guyane et l’Ile de France … et demain, l’Arctique ?

Personne ne peut garantir l’absence d’incident grave sur une plateforme de forage. Cette ruée vers l’or noir provoque un emballement climatique irréversible et maintient nos sociétés dans leur addiction au pétrole. Les réserves mondiales s’épuisent : la sortie du pétrole est inéluctable. Avec un prix du baril qui ne cesse d’augmenter, ce sont les citoyens qui paieront, in fine, la facture de l’incurie des gouvernements.





Commentaires (37)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

citoyenactif

NB : comprendre le nouveau capitalisme Les données contradictoire (ou pas tant que cela quand on y réfléchit) du système néolibérale. D’un coté les entreprises cherchent a aller en Chine, de l’autre, elle trouve que les couts sont déjà trop élevés et cherchent d’autres niches pour s’étendre. Conversion progressive à un modèle économique centré sur la consommation. Economie et société : comprendre le nouveau capitalisme « L’interview de Scott Huff, directeur d'Innovate International, Le néolibéralisme se paye, comprendre le nouveau capitalisme ( forum 2050), comprendre le nouveau capitalisme ( forum planete Attitude) http://citoyenactif.20minutes-blogs.fr/archive/2012/05/03/comprendre-le-nouveau-capitalisme.html

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

citoyenactif

Cash investigation Marketing vert : le grand maquillage http://television.telerama.fr/tele/magazine/cash-investigation,8358745,emission36910828.php Synopsis de l'émission Le «marketing vert» consiste à utiliser des arguments écologistes pour vendre un produit. Certaines marques ont effectivement opéré une conversion «verte» pour proposer désormais des produits respectueux de l'environnement. Mais d'autres en revanche n'ont porté à leur marchandise que des modifications mineures, montées en épingle par un marketing fallacieux. Comment s'y retrouver dans la jungle du «greenwashing», cet «éco-blanchiement» qui fait passer de façon éhontée des vessies pour des lanternes basse consommation ? Enquête dans un univers où les initiatives les plus éco-responsables côtoient les mystifications les plus sophistiquées. Portrait également du lanceur d'alerte Jeffrey Wigand, qui a réussi à faire plier le plus puissant lobby américain : celui des fabricants de cigarettes. La critique TV de télérama du 28/04/2012 Repeindre tout en vert. C'est la tendance lourde de ces dernières années, à laquelle succombe un nombre de plus en plus important de produits ou de multinationales (McDonald's, Total, BP, Areva, Crédit agricole...). On appelle ça le greenwashing, en bon français « l'éco-blanchiment ». Ou comment se donner, grâce à une communication publicitaire étudiée, une belle image d'entreprise écologiquement et socialement responsable quand on ne l'est pas. Ou si peu. Cash investigation est allé confronter les discours de quelques marques et entreprises à la réalité de leurs pratiques. Le ­résultat est édifiant. Le magazine montre comment Volvic induit le consommateur en erreur sur la nature de l'emballage de ses bouteilles. Il prouve que certains produits financiers vendus aux particuliers par de grandes banques (LCL, Société générale, Crédit agricole) comme des investissements socialement responsables ne valent pas mieux que les autres. Etrille avec une certaine jubilation la dernière publicité du Crédit agricole (« Il est temps que la banque passe au vert ») et met en évidence le double discours d'Areva, entre sa communication publicitaire et son comportement sur le terrain (ici, dans l'ancienne mine d'uranium de Mounana, au Gabon). Pour son deuxième numéro, le nouveau magazine d'investigation de France 2 tape fort et juste. L'enquête est solide, le ton, offensif, et les questions, « cash » (d'où son titre). Les journalistes n'hésitent pas à utiliser à bon escient toutes les techniques propres à l'enquête télévisuelle : micros laissés opportunément ouverts au moment où l'interviewé se croit à l'abri des indiscrétions, caméra cachée, questionnement déstabilisant... On en redemande. — Olivier Milot Olivier Milot

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

01010101

l'scroc de lard gras liric grande brute ogrSS friqée tout frais v’nu d’prov1s a pour initiale nom : B prébom : P, BP

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE