Samedi 25 juin, dans plus de 40 villes de France et d'Espagne, les deux principa

Océans

SOS Océans : Greenpeace dénonce le pillage des profondeurs marines par Intermarché

Samedi 25 juin, dans plus de 40 villes de France et d’Espagne, les deux principaux pays européens qui pêchent dans les grandes profondeurs, les militants bénévoles de Greenpeace se sont mobilisés pour dénoncer les dégâts de la pêche de grands fonds, emblématique de la mauvaise gestion des pêches européenne. En France, les militants de Greenpeace se sont rendus dans 22 Intermarché, enseigne qui possède la plus grande flotte de chalutage profond en France.

Les militants de Greenpeace, dans 22 Intermarché, ont signalé, grâce à des autocollants, les principales espèces de grands fonds (flétan, grenadier, et bien d’autres) comme étant des « espèces en danger ». Des lettres ont également été remises aux directeurs et gérants des magasins.

Intermarché, principal responsable du crime des grands fonds

Les océans sont en train de mourir, tout particulièrement en Europe. 7 espèces sur 10 sur les étals des poissonneries sont surexploitées ou au bord de la surexploitation. Si on ne veut pas d’un océan vide d’ici 35 ans, l’Union européenne doit radicalement changer la Politique commune des pêches qui régit les flottilles européennes. Le chalutage profond est emblématique de ces mauvaises pratiques : trop industrielles, elles menacent des espèces qui se reproduisent très tardivement, et sont donc particulièrement vulnérables à la pêche. De plus, le chalutage profond entraîne des rejets en mer d’animaux morts et détruisent le fond des océans. Intermarché possède la plus importante flotte de chalutage profond en France.Focus de Greenpeace sur l’activité chalutage profond d’Intermarché ici : http://bit.ly/l26ndZ

Intermarché capture 60% des prises françaises en termes de pêche profonde. Si cela ne représente que 8 bateaux, la technique de pêche est particulièrement destructrice. Les chaluts sont des filets coniques, dont l’ouverture peut être aussi large qu’un terrain de football, tirés par des bateaux au dessus du plancher océanique, raflant tout sur leur passage. C’est un scandale qui doit stopper.

Greenpeace demande à Intermarché d’arrêter la pêche par chalutage profond et d’orienter son activité vers des pratiques qui n’engendrent ni la surpêche ni la destruction des fonds marins.

Une activité qui survit sous perfusion des fonds de l’Union européenne

L’Union européenne a entamé un processus de réforme de la Politique commune des pêches européenne, qui régule les pratiques de nos flottes dans et hors des eaux communautaires. Dans le cadre de cette réforme, Greenpeace demande que l’UE cesse de subventionner les techniques destructrices comme le chalutage profond. La flotte d’Intermarché a notamment survécu malgré sa mauvaise santé économique grâce à 9,7 millions d’Euros de fonds publics, payés par le contribuable français et européen, entre 1996 et 2008. Intermarché a par la suite, en 2008, injecté 20,4 millions d’Euros dans sa flotte pour la maintenir à flot.

voir le reportage de France3 Provence- Alpes sur la journée

Toute la campagne SOS Océans et le guide des espèces profondes menacées





Commentaires (72)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Philippe PAIRAULT

La solution ne serait t'elle pas de partager les ressources de la planète en fonction de ce que chaque pays a l'habitude de consommer et de verrouiller définitivement les volumes pour chaque produit concerné, à une date donnée... pourquoi pas le premier janvier dernier comme date de référence ? Ainsi, on éviterait les pilleurs des pays en voie de développement se jeter sur le gâteau et de grapiller de plus en plus "Nos" ressources, ce qui risque de nous obliger à piller la planète encore davantage ou à voir maigrir la portion dans notre assiette. Y'a des calculs à faire, mais tout ça, ça peut se gérer... vous voyez bien, avec des solutions simples. Philippe PAIRAULT (79)

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Philippe PAIRAULT

Oui, on n'a qu'à tout boycoter et ne plus rien consommer, comme ça, ça sera réglé.... fini la pollution et fini les ravages sur la planète et l'écosystème... et en plus comme y'aura plus rien à acheter, ça tombera bien vu qu'on n'aura plus de travail ni de ressources. Impec' plus besoin d'aller faire les courses ! super programme.... allons y, faut pas hésiter. (n'oubliez pas quand même que vos vieux frigos qui ne fonctionneront plus tout comme vos voitures, faudra pas les laisser trainer dans le jardin, car dans les hautes herbes (vu que vous n'aurez plus de tondeuse) ça fait pas bien propre. Le moyen âge, y'a que ça de vrai. Philippe PAIRAULT (79)

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

mameu61

Je ne savais pas ! dorénavant je n'achèterai plus du tout de poisson chez Intermarché

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE