Les schistes bitumineux, ou Shale oil en anglais (à ne pas confondre avec les O

Climat

Schistes bitumineux : attention, danger !

Les schistes bitumineux, ou Shale oil en anglais (à ne pas confondre avec les Oil shale alias le kérogène contenu dans la roche même), sont contenus dans des couches épaisses d’argile dans lesquelles des intercalations fines contiennent du sable qui enferme du pétrole dans ses pores. Les conditions d’écoulement sont très difficiles car la perméabilité est très faible.

Aujourd’hui, c’est cette substance sur laquelle les énergéticiens parient : cette substance, il faut aller la chercher à 2500 m de profondeur en fissurant la roche dans laquelle elle est emprisonnée, ceci en injectant de l’eau à très haute pression et des produits chimiques.

L’extraction et la production d’un tel pétrole nécessite des quantités faramineuses d’énergie, d’immenses infrastructures et génère énormément d’émissions de gaz à effet de serre, le tout à l’image de la désastreuse exploitation des sables bitumineux par exemple au Canada. Sans parler des risques de pollutions des nappes phréatiques…

Aberration énergétique, climatique et environnementale, les schistes bitumineux, avec les sables bitumineux, sont les pétroles le plus chers, les plus sales, les plus polluants qui soient.

L’exploitation de ces schistes bitumineux est extrêmement couteuse. Mais les pétroliers, opérateurs ou prospecteurs parient sur un prix du baril toujours plus élevé pour rentabiliser leurs investissements.

La France au cœur de cette course effrénée aux schistes

La France est fortement concernée par ces projets : des schistes bitumineux sont notamment présents en Ile de France, en Picardie et en Champagne-Ardenne. En décembre 2010, les réserves étaient évaluées, par le ministère de l’énergie (désormais de retour dans le giron de Bercy et donc des finances), à près de 65 milliards de barils.

Si le gouvernement français donne son feu vert à toutes les demandes de permis d’exploration en cours à ce jour, ce sont plus de 65 000 km² qui pourraient faire l’objet de prospections, de schistes bitumineux et de gaz de schistes.

Les schistes superstars : outre les schistes bitumineux, des projets d’exploitation de gaz de schistes sont en cours. Les gaz de schiste sont au gaz ce que les sables et schistes bitumineux sont au pétrole. Ainsi pour extraire le gaz de la roche, de grandes quantités d’eau, de composants chimiques et de sable, doivent être injectées pour disloquer la roche et libérer ainsi le gaz. C’est la « fracturation hydraulique ». En cas de fuite, ces produits chimiques peuvent s’infiltrer, notamment dans les nappes phréatiques souterraines.

En France, on trouve des gaz de schistes notamment dans le sud-est de la France, où ceux-ci forment un grand V de Mende à Valence en passant par Montpellier. En décembre 2010, les réserves étaient évaluées, par le ministère de l’énergie, à près de 2000 milliards de m3.
Des permis ont été attribués à l’Américain Schuepbach Energy pour le permis de Nant (Hérault, Aveyron, Gard) et à Total pour celui de Montélimar (Drôme).

voir l’enquête du site Owni sur le sujet.

Parmi les acteurs des schistes bitumineux on trouve Vermilion, une entreprise canadienne déjà présente pour l’extraction de pétrole conventionnel dans le Bassin parisien, premier producteur de pétrole en France. On trouve également Toreador Resources Corporation et Hess Oil France. Le vice-président de Toréador n’est autre que Julien Balkany, le demi-frère de Patrick Balkany, député maire de Levallois-Perret. Toréador extrait déjà du pétrole conventionnel dans le bassin parisien.

Voir la Revue du Web du pétrole du 7 janvier

Pour quoi cette quête absurde de l’or noir ?

Les pétroles conventionnels –facilement exploitables- se raréfient et les compagnies pétrolières se positionnent sur les projets les plus fous pour s’assurer de garder leur part du gâteau. Ils maintiennent la planète sous haute dépendance en prolongeant notre addiction avec un pétrole plus cher, plus polluant, plus risqué : sables bitumineux, offshore profond, schistes bitumineux : des projets de prospection, voire d’exploitation sont en cours un peu partout dans le monde.

Les gouvernements du monde entier sont aujourd’hui à la croisée des chemins : ils doivent choisir entre la recherche de pétrole à tout prix, symbole d’une véritable fuite en avant, et le développement massif des économies d’énergie et des filières renouvelables.

Les meilleurs investissements en termes de sécurité énergétique sont ceux qui réduisent la demande et la dépendance au pétrole. Il est du devoir des États de s’atteler à cette tâche titanesque qui est de penser et d’organiser dès aujourd’hui notre nécessaire sortie du pétrole.





Commentaires (87)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

cyron

bonjour, mon avis? il est simple , vous pouvez faire et dire tout ce que vous voulez,vous ne changerez rien, et vous le savez les gens sont tellement corrompu a tout les niveaux qu'il n' y a plus rien a faire même chez vous ses assassins se sont introduit et renseignent tout les (pétrole) sur vos actions, je dirais même qu'au plus haut niveau chez vous ils sont tous corrompus, et tout le monde le sait,les gens comme moi sont désespéré, car on a plus confience en personne et actuellement comme dans le futur, reignera une seule (LOIS) CHACUN POUR SOIS désolé de dire cela mais c'est comme cela que tout les monde pense, personne n'est dupé de toutes les magouilles, et l'être humain est une saloperie, qui une fois face aux problèmes jette tout les inconvénients sur le dos des autres a l'heur actuelle (le monde est (REQUINNISÉ) malheur a celui qui a une faiblesse ou qui est plus faible qu'un autres il sera bouffé tout cru donc arreté de dire ceci cela ON EST FOUTU voila se que nous pensons TOUS AMICALEMENT Cyron Rrudy

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

toucontefait

ironie, évidemment, tout pays qui dépasse l'empreinte écologique acceptable pour la planète ne devrait pas avoir droit à des compensations, je suppose? voir http://sboisse.free.fr/planete/environnement/empreinte_ecologique.php

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

saule

salut toucontefait! comment vas-tu depuis le dernier coup ? j'epère que tes soucis s'arrangent....

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.