Samedi 3 octobre 2020, malgré la pluie battante, nous étions présents à la m

Pour la réduction du trafic aérien et la reconversion de ce secteur

Samedi 3 octobre 2020, malgré la pluie battante, nous étions présents à la marche sur l’aéroport de Poitiers Biard le samedi 3 octobre. Avec détermination et non-violence, pour la réduction du trafic aérien et la reconversion de ce secteur, en solidarité avec les salarié·es qui subissent une crise sociale due à des mauvais choix politiques, nous avons marché et pédalé jusqu’à l’aéroport.
Avec les manifestants d’Alternatiba, de Vélorution, d’ Extinction Rebellion , Greenpeace Poitiers a dénoncé à l’unisson les deux millions de subventions versés par le Conseil Départemental de la Vienne. Autant d’argent qui devrait être investi dans des modes de transport alternatifs. Nous sommes également inquiets des projets d’extension de l’aéroport.
Sur le plan national, et suite à la crise de la Covid-19, le gouvernement français a accordé des milliards d’euros pour relancer le secteur aérien, sans contrepartie écologique et sociale ! Ces initiatives vont à l’encontre des dernières recommandations du Haut Conseil pour le Climat, de la Convention Citoyenne pour le Climat et même des objectifs que s’est fixés la France, qui sont pourtant bien insuffisants pour endiguer le dérèglement climatique.
Parce que le secteur aérien est responsable d’au moins 7 % de l’empreinte carbone de la France, parce qu’effectuer un trajet en avion est en moyenne 14 à 40 fois plus polluant que de prendre le train, parce qu’en France,
la moitié des déplacements par avion est le fait de 2 % de personnes seulement

Par cette mobilisation nous avons dit non :
❌ Non à utiliser l’argent public pour maintenir une industrie incompatible avec les ambitions environnementales de la France !
❌ Non à laisser croire qu’une aviation écologiquement responsable est possible !
❌ Non aux projets d’extension d’aéroports,
❌ Non à risquer l’avenir de l’ensemble des salarié·es de ce secteur !
En revanche nous avons dit OUI !
✅ OUI pour soutenir les travailleur·ses de l’aéronautique et les accompagner dans leur reconversion
✅ OUI pour considérer les riverain·es qui subissent les nuisances des avions,
✅ OUI pour repenser à l’échelle nationale nos besoins en déplacement,
✅ OUI pour fermer les liaisons intérieures réalisables en train,
✅ OUI pour taxer enfin le kérosène