Le Groupe Local de Poitiers a participé à l’action nationale du 24 avril 202

Nouveaux OGM

Mobilisation pour la réglementation des nouveaux OGM

Le Groupe Local de Poitiers a participé à l’action nationale du 24 avril 2021 lancée par Greenpeace France pour la règlementation des nouveaux OGM, les NBT. L’action s’est faite en deux temps :

– Un moment de sensibilisation : explication auprès des citoyen.nes, signature de la pétition le Samedi 17 avril, stickers dans les magasins et l’espace public, diffusion d’affiches et cartes postales préaffranchies à destination du gouvernement.

– Un moment d’interpellation du gouvernement, lors de la Journée Nationale d’Action, le Samedi 24 avril : nous avons investi un grand magasin, collé des stickers et ouvert des banderoles, afin de médiatiser l’information.

 

La presse était présente et a relayé l’information :

Poitiers: Greenpeace ne veut pas des nouveaux OGM (lanouvellerepublique.fr)

– Enfin, des militants de Greenpeace France ont construit un mur de paille devant Matignon et le Ministère de la Transition Ecologique, pour en bloquer symboliquement l’accès. L’objectif : dénoncer l’attitude de Barbara Pompili qui se mure dans le silence et refuse de se prononcer publiquement sur ce sujet qui relève de son ministère. Puis les militants ont déployé des banderoles portant les messages “Nouveaux OGM / Silence = Complicité” et “Barbara Pompili, réagissez”. à Voir l’article ici !

Quels sont les risques de l’inaction du gouvernement au sujet des nouveaux OGM ?

En effet, si les nouveaux OGM ne sont pas strictement encadrés, alors les consommateurs pourraient demain se retrouver avec des OGM dans leur assiette sans le savoir. La culture des nouveaux OGM sans réglementation, et donc leur dissémination, représente un risque pour l’environnement et elle est illégale au regard du droit européen. Les nouveaux OGM pourraient présenter des risques pour la santé, c’est donc le principe de précaution qui doit prévaloir.

Que demande Greenpeace au gouvernement ?

Fin avril 2021, la Commission européenne va publier un rapport pour officialiser sa position sur les nouveaux OGM. Pour qu’elle ne décide pas, sous la pression des lobbies, d’exclure les NBT de la réglementation, une pétition a été lancée, et Greenpeace a mené une campagne d’information et de diffusion.

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, doit réaffirmer la volonté de la France de réglementer ces nouveaux OGM au même titre que les anciens et le Gouvernement français doit prendre publiquement une position claire sur le sujet.

En savoir plus : l’histoire des NBT

De nouveaux OGM, les NBT (New Breeding Techniques, nouvelles techniques de modification génétique) ont été développées par les multinationales des semences (Monsanto-Bayer, BASF, Corteva, Syngenta, Limagrain, Pioneer…).

En juillet 2018, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a confirmé que les produits issus de NBT doivent être soumis à la même réglementation que les OGM “classiques” (transgéniques).

En février 2020, le Conseil d’État français a enjoint l’État de se mettre en conformité avec l’arrêt de la CJUE en lui donnant quelques mois pour publier les textes réglementaires nécessaires.

Un an plus tard, rien n’a été fait. Pire encore, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, a récemment pris position en faveur de ces nouveaux OGM, totalement à l’opposé des récentes décisions de justice. Il soutient ainsi que les produits issus de NBT ne doivent pas être considérés et contrôlés comme des OGM, reprenant les arguments de l’industrie agrochimique. Du côté du gouvernement et notamment de la ministre de la Transition écologique, c’est silence radio.

Signez la pétition ici : Pétition – Non aux OGM masqués ! – Greenpeace France

Suivre le GL de Poitiers sur : Facebook, Twitter, Instagram.