Le contexte international de l’invasion de l’ UKRAINE pose au monde entier l

le nucléaire, l’hydrogène, les énergies renouvelables, on en parle!

Le contexte international de l’invasion de l’ UKRAINE pose au monde entier la question de la sécurité des installations nucléaires et les conséquences impensables qui en découleraient pour les populations en cas de guerre ou d’actes malveillants.

Le contexte national est celui d’une stratégie affichée par plusieurs candidats à l’élection présidentielle de développer la filière nucléaire afin de décarboner notre environnement et d’assurer notre indépendance énergétique. Or, l’EPR dont le chantier a débuté en 2007 ne fonctionne toujours pas. Et la fermeture de 6 réacteurs, dont les 2 de Civaux, a été décidée pour plusieurs mois, pour cause de fissures très problématiques: en effet, nous venons d’apprendre à la CLI de Civaux, que les dites fissures, situées sur des tuyaux du circuit primaire, mesurent jusqu’à 5,6 mm sur le tour complet de la tuyauterie de 30 cm de diamètre. Il n’existe pas de tolérance sur la dimension de ces fissures dans les circuits primaires. Ce qui explique les fermetures récentes de 6 nouveaux réacteurs pour plusieurs mois également.

Pourtant, parmi les 10 objectifs du plan France 2030 présenté par E Macron le 12 octobre 2021, l’objectif numéro 2 est que la France devienne le leader de l’hydrogène vert. Plus récemment : « Le monde de demain sera plus électrique. Nous devons être en mesure de produire jusqu’à 60% d’électricité en plus qu’aujourd’hui. Et la clé, pour faire cela de la manière la plus sûre, c’est de développer les énergies renouvelables et le nucléaire ».

Greenpeace Poitiers et Vivons Sans Nucléaire invitent la population à un apéro-énergie pour échanger sur ces choix énergétiques, leurs enjeux et les choix économiques sous jacents, et sur leur possibilité de répondre à la décarbonation pour sauver le climat.

Rendez vous dimanche 13 mars de 16h à 18h à LA GROTTE, 43 rue de la Croix Rouge à Poitiers.