Greenpeace a publié récemment un rapport intitulé

Greenpeace dévoile les dessous toxiques de la mode

Greenpeace a publié récemment un rapport intitulé « Les dessous toxiques de la mode », montrant comment une vingtaine de marques de prêt-à-porter commercialisent des vêtements contenant des substances chimiques dangereuses (Ethoxylates de nonylphénols, colorants azotiques, phtalates,…). Certains sont des perturbateurs endocriniens qui impactent les fonctions reproductives et dérèglent le fonctionnement hormonal. D’autres sont même connus pour être cancérigènes.

Ces composés chimiques sont à l’origine d’une toxicité qui s’accumule dans l’environnement, par les rejets des usines dans les rivières : En Chine, entre autres pays producteurs, les cours d’eau situés près des usines textiles sont pollués par ces substances. Elles s’infiltrent dans les nappes phréatiques, intoxiquent les poissons et contaminent la chaîne alimentaire. La santé des habitants qui vivent à proximité est durablement menacée. Les substances restent sur les tissus et nous les retrouvons donc dans notre environnement quotidien.

Calvin Klein, Mango, Zara, Levi’s… De nombreuses marques sont concernées.

 

Le groupe local de Poitiers, a donc mené une action de sensibilisation au centre commercial les Cordeliers, notamment devant le magasin ZARA, afin d’alerter les passants sur les dessous nocifs de l’industrie de la mode, et les inciter à rejoindre le mouvement de celles et ceux qui exigent une mode « détox ». Des actions similaires ont eu lieu aujourd’hui dans plus d’une vingtaine de villes françaises, de même que dans une centaine de villes dans le monde.

 

 

Il est grand temps que ces marques entament une cure de désintox et cessent d’utiliser ces produits dangereux. Le gens doivent pouvoir s’habiller sans être les complices involontaires de ces contaminations. Greenpeace leur demande d’exclure l’ensemble des produits chimiques dangereux de leurs chaînes de production d’ici à 2020, et de prendre des mesures plus rapides pour ceux qui peuvent être immédiatement remplacés par des produits non polluant. Des alternatives existent pour fabriquer des vêtements sans provoquer de contamination toxique.

Une fois leur engagement individuel mis en œuvre, les entreprises influentes ont également le pouvoir de catalyser le changement dans l’industrie des vêtements de sport et de la mode en travaillant en collaboration avec les autres. Ils peuvent créer la tendance. Et nous pouvons les y pousser !

7 grandes marques internationales de mode (Puma, Nike, Adidas, H&M, M&S, C&A et Li-Ning) se sont déjà engagées. Nous demandons à ZARA d’en faire de même.

 

Pour en savoir plus : Fashion Victim ?