Julián est un pêcheur artisan à Hondarribia (Fontarrabie en français) port d

Océans

Petite pêche au Pays Basque espagnol : un bateau, c’est une famille

Julián est un pêcheur artisan à Hondarribia (Fontarrabie en français) port de pêche situé au cœur du Pays Basque espagnol.

Julián pêche le merlu dans les eaux de la mer Cantabrique.

À bord de son bateau la Gure Ama Martina (notre mère Martina), baptisé en l’honneur de sa mère, il nous raconte sa vie de pêcheur.

Comme son père et son grand-père avant eux, Julian et son frère pêchent chaque jour avec des méthodes de pêche respectueuses, ancestrales.

Pour activer les sous-titres cliquez sur le bouton

Cette pêche est artisanale, familiale nous explique Julián.

Un portrait émouvant, touchant … Et surtout, tellement proche de ceux de Gwen ou d‘Anne-Marie. Car où que soient les artisans en Europe et ailleurs, tous ont un même désir : le droit de pêcher mieux, pour le futur des océans et des pêcheurs.

Tous les portraits de la campagne : Petite Pêche, Grand Avenir





Commentaires (15)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
Envoyer

francois

Les débarquements de poissons en criées du Languedoc-Roussillon sont passés de plus de 25 000 tonnes en 2002 à 5 000 tonnes à peine en 2011 (on admet que 80% des poissons traites en criees proviennent des "gros" chalutiers de 24m). C’est un véritable effondrement dont les causes sont encore mal connues, ou du moins, très mal explorées. Face à ce constat, je note avec plaisir le récent soutien, certes très insuffisant, apporté à la pêche artisanale et aux petits métiers de la mer par les autorités concernées. Néanmoins, les agressions environnementales et les prédations des ressources ont été d’une telle intensité que des mesures d’égale ampleur doivent être prises afin de mettre un terme aux dérèglements économiques, sociaux et environnementaux qui minent irrémédiablement le secteur. De ce fait, ma reflexion me conduit a dire que « Les pêches artisanales doivent être soutenues et développées car elles pratiquent une pêche probablement soutenable et contribuent à une économie stabilisée locale, régionale et nationale ».

liberte

bonjour; moi aussi je suis pour le respect de la vie, il y a des excès dans tous les domaines, heureusement qu'il y a des asso comme Greenpeace, il y a un manque de respect de cette pauvre terre qui nous nourri, nous loge, ........pendant des années la quantité a été privilégiée à la qualité avec un gaspillage monstre, tuant sans vergogne, beaucoup ont fait passer leur intéret ( particulièrement financier !!!!! ) il est largement temps que les choses changent : il y a urgence ; nous les consommateurs ont a notre part de responsabilité : AGISSONS bonne journée à tous

ETONA

NON au pillage des mers et aux gaspillages monstrueux. OUI à la pêche. Mais à une pêche intelligente et très raisonnée...

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.