Il pourrait s'agir de la plus grave catastrophe écologique de toute l'histoire

Climat

Marée noire en Louisiane : la fuite en avant vers les fossiles

Il pourrait s’agir de la plus grave catastrophe écologique de toute l’histoire des USA, pire encore que la marée noire de l’Exxon Valdez en 1989 où 800 kilomètres de côtes avaient été souillés.

Le jeudi 22 avril, une énorme explosion d’origine inconnue a fait sombrer une plateforme pétrolière, propriété de Transocéan, exploitée pour le compte du groupe pétrolier BP. Cette plateforme située à environ 80 kilomètres des côtes de Louisiane forait à environ 1500 mètres de profondeur. Les systèmes et vannes de sécurité censés éviter le pire et bloquer la fuite sous-marine du forage n’ont pas fonctionné. Ce sont désormais environ 800 000 litres de pétrole qui s’échappent tous les jours, l’équivalent de 5000 barils, qui forment aujourd’hui une nappe d’environ 74 000 kilomètres carré soit la superficie combinée des régions françaises Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. La nappe se situe aujourd’hui à environ 40 kilomètres des côtes de Louisiane.



Il semble aujourd’hui inéluctable que la nappe touche prochainement les côtes américaines. Quatre Etats sont potentiellement concernés. Au-delà des milieux marins et de sa biodiversité – cachalots, poissons, crustacés, parc à huitres, oiseaux marins, etc.- durement affectés, si l’on ne parvient pas à contenir l’avancée de la marée noire, les impacts sur les écosystèmes côtiers vont aussi être absolument dramatiques et de très long terme. On a à faire à des écosystèmes très fragiles, particulièrement en Louisiane avec des zones de Mangroves, où poussent des palétuviers –arbres qui « respirent » par les racines- également des zones de marais –les bayous- formant des milieux naturels totalement exceptionnels.

Le désastre est maintenant inéluctable, puisque la fuite ne sera pas colmatée avant plusieurs semaines et que la nappe avance très rapidement. BP a mobilisé des moyens lourds mais lents : des robots tentent de fermer les vannes sans y parvenir, on évoque la possibilité de mettre en place une immense « cloche » pour stopper l’évolution de la nappe, ou enfin de procéder à un nouveau forage sous marin pour diminuer la fuite. Les autorités ont même commencé à bruler certaines parties de la nappe ce qui va dégager dans l’atmosphère d’immenses quantités de gaz à effet de serre, des retombées de suie, etc.

Cette –énième- catastrophe pose bien évidement la question de ces forages offshore, extrêmement nombreux dans le golf du Mexique. Mais il pose surtout la question de la fuite en avant des groupes pétroliers et des Etats qui les soutiennent par leurs politiques énergétiques et climatiques. Les groupes pétroliers comme BP et certains Etats se sont engagés dans une course folle vers de nouvelles ressources pétrolières et sources d’énergies fossiles, conventionnels ou non, avec le pétrole des sables bitumineux d’Alberta, les forages pétroliers offshore prévus en Arctique, etc.

Le Président OBAMA a par exemple décidé le 30 mars dernier l’ouverture de vastes étendus des eaux territoriales américaines de l’océan atlantique à de nouveaux forages gaziers ou pétroliers offshore. Le prochain test du nouveau plan pétrolier d’OBAMA devrait voir le jour avec un forage offshore à 50 miles -80 kilomètres- des côtes de la Virginie, soit la même distance séparant la plateforme de BP des côtes de Louisiane.

Derrière les grands discours faits la main sur le cœur sur la nécessité de changer de modèle énergétique, d’infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre pour freiner les changements climatiques, l’échec de Copenhague et les décisions en matière d’orientations énergétiques montrent que les leaders mondiaux n’ont toujours pas pris la mesure des risques et des réels enjeux –dont cette marée noire n’est que la face émergée- du « tout énergie fossile ».

Commentaires (146)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Wordpress Themes

Amiable post and this fill someone in on helped me alot in my college assignement. Gratefulness you as your information.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Aurore Pelluchon

Bonjour à tous, c'est la "sotte" qui parle comme m'a qualifiée November. J'ai écrit précédemment que je n'étais pas sûre de vouloir mettre au monde un enfant. Je sais bien que les pays occidentaux ne souffriront pas autant que les pays pauvres de tous les problèmes actuels. Seulement mon propos recouvre deux aspects : le plus évident c'est que je ne veux pas imposer à un être ce que nous allons lui laisser, le deuxième c'est qu'il s'agit de ne pas multiplier le nombre d'habitants sur terre. En effet, vous, November, vous parlez des pays pauvres qui souffrent de la faim, du manque d'eau, d'infrastructures...etc. Mais j'ose dire : heureusement ! Parce que si tous les terriens vivaient comme nous, occidentaux, nous serions dans une merde monumentale ! C'est pourquoi, il me semble que prendre en compte le nombre d'habitants sur la Terre est essentiel pour réfléchir à l'avenir. D'autre part, je sais pertinemment que le progrès est loin d'avoir apporté que du mauvais ! Toutefois cela n'empêche pas de dire qu'il a eu des répercussions négatives. Il apparaît simplement qu'il est grand temps que nous réagissions. C'est ainsi par exemple que j'ai décidé de consommer bio, ou encore de ne pas chauffer durant la journée mon appartement cet hiver. C'est une manière de réagir parmi d'autres. Enfin, si en effet les pays pauvres ont le droit de se développer, ce n'est pas pour autant qu'il faut les encourager à polluer. Ce qui m'échappe dans tout ça, c'est que le jour où il n'y aura plus de Terre, qui s'intéressera à l'économie, aux bénéfices, au nombre de litres de pétrole sous terre ? Il me semble qu'il faut aussi repenser nos choix de vie. Soit on préfère son petit confort personnel, ses 21°c dans son salon, soit on accepte de mieux se couvrir la nuit et de dormir dans une pièce où il fait 14°C, grâce à l'isolation... Et on n'en meurt pas. En tout cas je trouve vraiment très bas de se permettre de qualifier les gens qui écrivent, de petits adjectifs fleuris tels que "sotte" ou "naïve", (November). Ce n'est pas parce que l'on est derrière son ordinateur et que l'on peut dire tout et n'importe quoi puisque l'autre ne nous voit pas, que l'on doit pour autant en profiter. Enfin si cela vous soulage... Habillez-moi pour cet hiver ! Qui sait s'il ne sera pas aussi rigoureux que celui de cette année ! :-)

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

moufette

Le premier commentaire de cet article a été : "# francois dit : Jeudi 29 avril 2010 à 15:08 n est-ce point dans cette zone la qu il y a les seules frayeres du stock ouest du thon rouge de l’Atlantique ??? " STOCK, François ? Tu te rends compte du mot que tu prononces ?? STOCK ??

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.