Il y a 7 semaines, explosait, au large des côtes de Louisiane, la plateforme De

Climat

Marée noire dans le Golfe du Mexique – point d’étape sur la mobilisation

Il y a 7 semaines, explosait, au large des côtes de Louisiane, la plateforme Deepwater Horizon, exploitée par la compagnie pétrolière britannique BP (British Petroleum). Le désastre généré par cet accident apparaît de plus en plus aux médias et aux citoyens comme étant la plus grande catastrophe écologique jamais survenue aux États-Unis.
Alors que le Président Barack Obama affiche de louables ambitions mais trop peu de mesures concrètes, Greenpeace rappelle qu’il est non seulement nécessaire mais aussi tout à fait possible de réduire la dépendance aux fossiles et de changer de paradigme énergétique. Pour découvrir le scénario [R]évolution énergétique, rendez-vous ici : http://bit.ly/RevolutionEnergetique (synthèse en français)

Greenpeace a été particulièrement mobilisée, notamment les bureaux américain et britannique de l’organisation (qui est présente dans plus de 40 pays dans le monde).

Aux États-Unis, les militants de Greenpeace mènent des actions pour réveiller les consciences politiques, industrielles et citoyennes. Des experts, des scientifiques et des militants ont passé des semaines dans les eaux polluées de Louisiane pour recueillir des échantillons, documenter les graves dommages que subi le Golfe du Mexique, une région riche en biodiversité, mais aussi répondre aux nombreuses questions des médias concernant l’ampleur et l’impact de la catastrophe.
Au cours de leurs opérations de sensibilisation,sept militants ont été arrêtés pour violation de propriété, pour avoir inscrit, à l’aide du pétrole issu de la marée noire, le message « Et maintenant l’Arctique? » sur la coque d’un des navires d’exploitation de la compagnie Shell.

Greenpeace a également très rapidement envoyé sur place un photographe, dont les photos montrant l’ampleur de la marée noire et son terrible impact sur les eaux, la faune et la flore ont été parmi les premières à faire le tour du monde.

De plus, les équipes de Greenpeace se sont rendues dans le Golfe, accompagnées de Rick Steiner, biologiste qui a étudié la catastrophe de l’Exxo Valdez en Alaska. L’expert analyse, dans la vidéo, l’ampleur de la catastrophe DeepWater Horizon pour la faune et la flore et lance un cri d’alarme.

Greenpeace pousse les citoyens à agir :

Par ailleurs, aux Etats-Unis, Greenpeace invite les internautes à interpeller leurs responsables politiques à travers un message envoyé à l’ensemble des membres du Congrès américain : « Tell Congress: No new drilling. Period » (« Demandez au Congrès de prendre un moratoire sur les forages pétroliers »).

BP, la compagnie pétrolière responsable de la catastrophe, étant britannique, des militants de Greenpeace sont passés à l’action au Royaume-Uni. Le 20 mai au matin, ils ont ainsi escaladé la façade du siège de la compagnie British Petroleum (BP), à Londres. Sur le balcon du bâtiment, les activistes ont accroché un drapeau aux couleurs du logo de BP « revu et corrigé » : le tournesol est entaché de pétrole, et les lettres BP ne signifient plus « pétrole britannique » mais « pollueur britannique ».

Greenpeace face à BP : une campagne qui dure depuis plusieurs années

La campagne de Greenpeace contre les agissements de BP remonte bien avant la marée noire de Louisiane. Depuis plusieurs années, au Royaume-Uni, Greenpeace fait pression sur BP mais aussi sur Shell, l’autre grande entreprise pétrolière nationale, et sur BP pour que ces deux compagnies cessent d’investir dans l’exploitation des sables bitumineux, technique d’exploitation du pétrole, la plus chère, la plus énergivore et la plus risquée.

Dernière innovation de la campagne menée par Greenpeace en Royaume-Uni sur BP et les sables bitumineux : les internautes sont invités à détourner le logo de la firme multinationale. Ce concours a rencontré un grand succès et se poursuit : participez et informez-vous sur le site.
Cette campagne contre les sables bitumineux se développe en France, avec, cette fois, Total comme cible. Pour en savoir plus, consultez la page dédiée aux sables bitumineux.

Une mobilisation citoyenne :

Au-delà de ces actions proposées par Greenpeace, le grand public se mobilise. Les internautes se révèlent extrêmement choqués par la situation en Louisiane, et les initiatives individuelles se multiplient. Certaines sont particulièrement créatives, à l’image des « BP songs » qui apparaissent sur les plateformes vidéos: This disaster – the BP song (original song) ou encore BP’S LEAKING by TomV

Sur le net, quelques ressources pour suivre le dossier:

Pour garder un œil sur la fuite, la webcam
un « 11 septembre écologique » ‘interview de Barack Obama donnée au journaliste Roger Simon pour le magazine Politico
Sur le blog de Greenpeace international (anglais)
Sur celui de Greenpeace France
Pour (re)voir la chronologie des évènements, voir le travail effectué par le site du magazine TerraEco

Commentaires (147)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Lb93

Tiens le menteur pragmatique est de retour... D'aprés toi, laisser les militaires contaminer les otoctones ( y compris ces propres bidasses) c'est surement plus intelligent ?!!!...

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

karma

Savons nous ce qui compose notre moniteur, notre PC, notre mobile, leurs batteries rechargeables, notre frigo, les cellules photovoltaîques... Savons nous d'où vient le pognon qui a permit le développement des telecoms donc d'internet qui nous permet de réagir au travers de satellites inondant notre canopée. Ce qui paye notre système de santé, nos ré-injections sociales qui permettent à des gens de survivre sans salaire. Comment on arrive à vendre de la nourriture à des populations qui n'ont pas un sou. Payer les profs et les infirmiers de nos enfants et parents, et les cotisations divers aux organismes de santé, écologiques ou pacifiste ET A INDEMNISER LES VICTIMES DES CATASTROPHES? En entretenant ce système financier, cette "locomotive a croissance" alimentée par l'extraction des matières premières et l'envolée de ses cours boursiers (ça rapporte plus Miam.), par les ventes d'armes (en tant que français nous ne pouvont l'ignorer) ou par exploitation des pays dits faibles (voir empire coloniale). Nous sommes tous (ou presque) consterné par le réchauffement, les catastrophes industrielles (on vient encore de passer un cap avec BP après tchernobil avant le continent de plastique dont les européen se foutent on dirait). Mais comment se défaire de ce qui nous a construit pour éviter qu'il nous tue? Comment agir lorsque nos outils de défense viennent des même forges que les armes qui nous attaquent (financement des ONG qui viennent du développement économico-boursier; dévellopements technologiques dits écolo qui nécessite de bruler du charbon ou de l'uranium). Pouvons nous vraiment être des sauveurs ou sommes nous que des "panseurs" (comme pansements) qui veulent se soulager d'une prise de conscience qui nous effroi autant qu'elle nous dépasse? C'est vraiment une question qui ne se veut pas moralisatrice.

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ENKI

Bien vu Lb93 Pas besoin de faire de longs discours stériles quand le génie parle, ça explique tout et simplement: « Le monde contient bien assez pour les besoins de tous, mais pas assez pour la cupidité de chacun !… » Gandhi Adios amigos

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.