[youtube vid="https://youtu.be/km2IYhdWF6A"][/youtube] Lutter contre l’impuni

Devoir de vigilance des entreprises : un pas dans le bon sens

Il aura fallu attendre plus de deux ans après le dépôt de la proposition pour que la loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre soit finalement promulguée le 27 mars 2017. Ce texte représente une avancée importante en matière de responsabilité des multinationales.

Lutter contre l’impunité

Ce texte crée une obligation pour les entreprises françaises qui emploient au moins 5 000 salariés en France ou à l’étranger (via leurs filiales), et les entreprises étrangères d’au moins 10 000 salariés, de publier et d’appliquer un « plan de vigilance ». Elles doivent ainsi prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les atteintes aux droits humains et à l’environnement, en France comme dans les pays où elles sont implantées. Toutes les parties prenantes (associations, syndicats, etc.) pourront être associées à l’élaboration de ces plans.

Les sociétés mères ne peuvent plus tenter de se désolidariser des violations commises en France et surtout à l’étranger où elles ont des activités avec leurs filiales, sous-traitants et fournisseurs. Le plan de vigilance épouse l’architecture de ces groupes où la société mère de nationalité française demeure responsable.

Faire prévaloir l’intérêt général

Femmes faisant la lessive dans le village d’Akokan, au Niger. En 2009, Greenpeace avait relevé des niveaux élevés de radioactivité dans ce village situé à proximité de mines d’uranium d’Areva. © Greenpeace / Philip-Reynaers.

Cette adaptation du droit à la mondialisation économique constitue une étape historique pour les droits fondamentaux. Le fait que le Conseil constitutionnel ait invalidé la possibilité de prononcer des peines d’amendes contre les entreprises est évidemment contestable, mais accessoire face à cette avancée.

Si cette obligation de vigilance apparaît comme une évidence, les ONG ont pourtant dû fortement batailler pour obtenir son adoption. Il a notamment fallu faire face au lobby patronal dont presque l’ensemble des arguments, dont la liberté d’entreprendre, ont été rejetés par le Conseil constitutionnel. Ce dernier a ainsi rappelé « l’incontestable objectif d’intérêt général poursuivi par le législateur » et donc la protection des droits et libertés de tous les individus.

Face à un manquement à la loi « devoir de vigilance », la juridiction civile française pourra être saisie par les victimes, les associations et les syndicats, afin que l’entreprise soit enjointe sous astreinte de publier et de mettre en œuvre effectivement son plan de vigilance.

Certains scandales comme celui du Rana Plaza au Bangladesh, du « charbon du sang » en Colombie ou de la pollution de l’environnement par les mines d’uranium au Niger pourraient dorénavant avoir des retombées juridiques.

Cette loi constitue indéniablement pour Greenpeace un levier supplémentaire pour contester en justice les activités nuisibles à l’environnement.

 

 





(Crédits photographiques : © Greenpeace / Philip Reynaers Akokan, Niger.)
Commentaires (1)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

francois

quel endroit (village) pour cette superbe photo en haut de l'article ? Un fort beau style architectural , ma foi !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.