Exploiter des forages pétroliers en Arctique est vraiment une très mauvaise id

Climat

Les projets de forage de Shell tournent (encore…) au cauchemar

Exploiter des forages pétroliers en Arctique est vraiment une très mauvaise idée. Nous en sommes persuadés.

Et s’il était encore besoin de le prouver le Kulluk, une plateforme de forage de Shell, s’est échouée dans le golfe d’Alaska. Après une saison de forage infructueuse, le vieux rafiot rentrait au port lorsqu’il s’est trouvé confronté à une série de difficultés qui l’ont laissé à la dérive.

Jeudi 27 décembre 2012, le Kulluk était en train de se faire remorquer par l’Aiviq (le tout nouveau navire de Shell à 200 millions de dollars), lorsque la tempête s’est déchaînée sur la mer de Béring. Une corde de remorquage a rompu. La plateforme était livrée à son sort.

Plus qu’un sauvetage, une épopée rocambolesque

Les jours suivants, l’Aiviq a effectué plusieurs tentatives de rallier le Kulluk, en vain, gêné par une mer agitée et des vents atteignant les 120 km/heure.

Samedi, l’équipage du Kulluk a été évacué par hélicoptère par les garde-côtes américains, et la plateforme a dû jeter l’ancre pour ralentir sa dérive vers les côtes. L’amarre du remorqueur a pu être rétablie à deux reprises, mais a cédé à chaque fois. Lundi soir, la plateforme, livrée à elle-même, s’est échouée sur l’île Sitkalidak, près de l’archipel Kodiak.

Le Kulluk transporte 600 000 litres de diesel et environ 50 000 litres d’huile de graissage et de liquide hydraulique. Pour l’instant, aucun déversement n’a été observé.
Un responsable qui a participé à l’opération de sauvetage, s’exprimant sous couvert d’anonymat, tire pourtant le signal d’alarme : « Nous ne pouvons pas connaître les dégâts. Il fait trop sombre. Le temps est épouvantable. » Shell et les gardes-côtes se demandent désormais comment ramener la plateforme à bon port, mais les conditions climatiques extrêmes leur compliquent la tâche.

2013. Et si Shell prenait (enfin) de bonnes résolutions ?

Nous connaissons déjà les conséquences terribles des marées noires en Alaska.
En 1989, l’Exxon-Valdez s’était échoué sur le récif de Bligh, déversant des centaines de milliers de barils de pétrole dans le détroit du Prince William. Des centaines de kilomètre de côtes avaient été souillées, et des milliers d’oiseaux, d’otaries, de phoques et d’orques englués. Encore aujourd’hui, les effets de cette marée noire se font sentir dans la région.

Malheureusement, Shell ne semble en avoir cure. En Arctique, la compagnie anglo-néerlandaise persiste et signe dans les erreurs et les accidents : bateaux de forage échoués sur la plage, moteurs en feu, échec aux inspections de sécurité, équipements de confinement écrasés comme de vulgaires « boîtes de conserve »…

Shell affirme avoir un plan d’intervention « de classe mondiale » en cas de marée noire en Arctique. Mais après l’épisode rocambolesque du Kulluk, qui a encore envie de croire que la compagnie pétrolière est capable de forer en toute sécurité dans l’un des environnements les plus extrêmes de la planète ?

Ce pari est ridicule. En 2013, il est temps que Shell prenne enfin les bonnes résolutions qui s’imposent : mettre un terme à tout projet de forage et sauver l’Arctique !

Toutes les actualités de la campagne Save The Arctic





Commentaires (18)

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par le blocage du posteur et l'effacement des commentaires incriminés. Voir les conditions d'utilisation.

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

citoyenactif

bataille de l'énergie 2 http://citoyenactif.20minutes-blogs.fr/archive/2013/01/22/bataille-de-l-energie-2.html Batailles pour l'énergie - Le Monde diplomatique : « Manière de voir » n° 115 — Février - mars 2011 Prix du pétrole, pénuries électriques, ruée sur les ressources renouvelables, géopolitique des gazoducs… Comprendre le grand jeu de l’énergie dont dépend notre avenir implique une démarche volontariste : on s’arrête, on réfléchit. Et ce n’est pas triste. Le Dessous Des Cartes Richesse Et Pauvreté Des Nations 11 Le Pic Pétrolier, C'est : documentaires : L'Arctique le nouvel Eldorado..., L'Afrique le nouvel enjeu economique mondial Pétrole et gaz naturel en Arctique - Wikipédia : L'océan glacial Arctique est identifié comme fertile en hydrocarbures (pétrole et gaz naturel) depuis des décennies ; certains gisements y sont déjà exploités, le plus connu étant l'Alaska. En 2007, seule une étroite bande côtière est exploitée, mais la fonte prochaine de la banquise d'été autorise de nouvelles ambitions. Alors que les opérations d'intimidation ont déjà commencé, il est utile de s'intéresser à l'estimation des volumes d'hydrocarbures récupérables dans cette zone, et d'identifier quels pays vont en bénéficier. La lecture de cet article est donc soumise aux restrictions d'usage concernant les estimations et la géopolitique. bataille de l'énergie : citoyen actif : De la guerre froide au Grand Jeu : Orient. L’internationalisation du néolibéralisme ! : De la guerre froide au Grand Jeu , De la guerre froide au Grand Jeu : La bataille de l'énergie, La Chine et la guerre des monnaies ( cliquer ici) , Pendant que la bataille de l'énergie fait rage ( Eau (: La guerre de l’eau), Spéculation sur le bien commun ... , les peuples souffrent L'eau, un enjeu du XXIe siècle Extrait d'un think thanks financier : Paris, Lundi 21 janvier 2013 Quelles richesses pétrolières en Arctique ? Il y a moins d'un mois, Shell a subi un revers important dans son programme de forage en Arctique. Le Kulluck, un de ses navires de forage, d'une capacité de 28 000 tonnes, s'est échoué sur une des îles Kodiak, en Alaska, après avoir rompu l'amarre d'un de ses remorqueurs en pleine tempête. Les gardes-côtes américains avaient auparavant évacué les 18 membres d'équipage. Selon le porte-parole des gardes-côtes, les vents atteignaient alors 115 kilomètres/heure et les vagues 12 mètres de haut dans le golfe d'Alaska. En septembre et en octobre 2012, Shell avait utilisé le Kulluck pour forer des puits dans la mer de Beaufort, au nord de l'Alaska. Shell était en train de remorquer le Kulluck vers Seattle pour des opérations de maintenance lorsqu'une série de problèmes météorologiques et mécaniques ont débuté : l'amarre d'un remorqueur a rompu alors qu'au même moment, pure coïncidence, le moteur de l'un des remorqueurs perdait de sa puissance du fait d'une détérioration du carburant. Après cela, la série noire n'a cessé de s'assombrir. source : Quelles richesses pétrolières en Arctique ? | La Chronique Agora voir aussi : La face cachée de Hiroshima - citizen khane A lire aussi : l'agrobusiness prend le large, L'enjeux du Lithium, l'Onde de Choc : Le tungstène, Quels risques climatiques majeurs ? , La Norvège, et les garde fous néolibérale : citoyen actif, Le bout de la logique 2 - l'indigné révolté, Bout de la logique - Altermonde Dernières actualités sur les forages offshore Forages offshore : vote de la commission de l'énergie du Parlement - 09/10/2012 Forages offshore : les eurodéputés souhaitent durcir les conditions d'attribution... - 19/09/2012 Controverses sur le pic pétrolier - 11/07/2012 La communauté internationale peine (toujours) à protéger les baleines - 10/07/2012 Greenpeace lance le 23 juin une campagne pour sauver l'Arctique - 22/06/2012 Toutes les infos sur les forages offshore PPT] L'ENJEU ENERGETIQUE

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Faust

Petite précision sur les gaz de schiste : ils sont encore pires que prévu : http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/04/gaz-de-schiste-des-fuites-de-methane-plus-importantes-que-prevu_1812943_3244.html Estimées à 2.4%, les émanations de méthane liées à l'exploitation des gaz de schiste seraient trois à quatre fois supérieures ! Un bilan pire que le charbon en matière de réchauffement climatique (le méthane est un GES pire que le CO2). Gaz de schiste, non, pétrole non conventionnel, non, forage en eaux profondes, non, sobriété et efficacité énergétiques, oui !

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

Marie

Quand le prix de l'eau sera supérieur au gasoil, peut-être que la question se manifestera autrement

Répondre

Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.
ENVOYER

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE
Consultez nos offres d'emploi

VOIR LES OFFRES

Nos valeurs

Nous sommes farouchement indépendants de tout pouvoir politique et économique et sommes financés exclusivement par nos adhérents.

En savoir plus

Relayez nos informations sur les réseaux sociaux

Suivez-nous, réagissez à nos actus et partagez l'information à votre communauté.